AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Who are you really ? [feat. Aaron Winston]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Who are you really ? [feat. Aaron Winston] Lun 3 Mar - 20:31

L'inspecteur Burnam était dans son bureau et regardait le bureau vide de sa collègue. Elle avait passé un examen il y a quelques mois pour entrer à la CIA. Elle avait reçu son admission pour la formation il y a quelques semaines. Depuis deux jours, elle était partie. Tout ceci rendait un Kay un peu triste. Bobby était vraiment une fille géniale, elle bossait et était une coéquipière parfaite. Maintenant, il se retrouve seul son duo étant cassé le temps qu'on lui trouve un coéquipier digne de ce nom. Doucement, il soupira en tentant de se convaincre que c'était mieux pour son amie. La CIA c'est toujours mieux que la police. Mouais... lui ça ne l'avait jamais vraiment attiré. Être un flic lui convient très bien et puis il n'a plus besoin de porter l'uniforme vu qu'il est inspecteur. Pour ne pas penser à tout ça, il ouvrit son tiroir et en sortie un dossier de sous un faux fond sans que personne ne le voit. Oui, c'était son tiroir spécial, l'affaire n'étant pas vraiment officielle, il est bien obligé de monter le truc tout seul. En ouvrant celui-ci, il y découvrit une fois de plus tout ce qu'il savait sur Aaron Winston. Son parcours scolaire, ce qu'il faisait en tant qu'avocat, les liens avec sa famille, la famille de sa femme... D'ailleurs, en fouillant dans les diverses feuilles, il se stoppa en voyant la photographie d'Ivy. Il la regarda longuement avec un certain sourire. En ce moment, elle lui manquait terriblement, qu'est-ce qu'il ne donnerait pas pour la voir.

Kay s'empara de son téléphone portable et chercha dans son répertoire à la recherche du numéro de la jeune femme. Sans plus attendre, il l'appela et raccrocha deux secondes après. Non, il ne pouvait pas faire ça. Si jamais Aaron était là où quelqu'un d'autre... Tout en soupirant, il referma le dossier son regard perdu dans le vide. Oh et puis zut ! Il rangea le dossier à sa place, prit sa veste et la posa sur les épaules. A l'heure qu'il était, elle devait être au foyer. Il pourra toujours s'arrêter sur la route pour acheter des cafés et lui en porter un, histoire de discuter et de la serrer dans ses bras. Kayden était presque parti quand son chef l'interpella. "Burnam ! Dans mon bureau. Tout de suite !" Whaou... tout ceci ne présage rien de bon. Des collègues restèrent un regard interrogateur à l'inspecteur qui haussa les épaules ne sachant pas qu'elle pouvait être le problème. S'il avait su... il serait parti plutôt que d'entrer dans le bureau de son supérieur ou son ennemi juré était justement là.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Who are you really ? [feat. Aaron Winston] Mar 4 Mar - 19:21





... Et il n'y a pas moyen de faire autrement, Ted?

-Non Aaron. Il tient absolument à cette confrontation.... Insister aurait été embarrassant

-Bien sur, mais c'est fâcheux. Tu sais à quel point je suis pris...

Le double sens de cette phrase que moi seul pouvait pleinement savourer me fit sourire.

- Évidemment, ne me parle pas des impératifs de planning! Tu  penses bien que de je ne sais pas moi même parfois comment faire tenir 48 heures dans 24

-L'exercice du pouvoir implique de résoudre parfois des questions aussi épineuse que la fameuse quadrature du cercle... Rien qu'en logistique!

- Haha...Comme tu dis,sinon comment va ta femme?
Sa question me crispa un brin... Je ne pouvais qu'espérer qu'Ivy retrouverait rapidement sa raison et cesserait ce  simulacre de guerre froide imbécile. Une femme de son intelligence ne pouvait gâcher 7 ans de vie harmonieuse sur un simple coup de tête... Juste pour une stupide soire qui avait mal tourné, sans aucune raison objective, qui plus était. Ivy devait être fatiguée...Il faudrait que je songe à l'envoyer en vacances....

-La routine Ted, tu sais...Je me demande parfois si elle ne travaille pas trop.

- Pleins toi! Depuis que margareth à décidé de ne plus s'occuper que de la maison je vis un enfer!

-Bien doux j'imagine Ted! Margaret est délicieuse....

-N'empêche qu’elle m'emmerde! D’ailleurs je te laisse elle me récrie de me préparer... Les Oumansky viennes bridger dans moins d'une heure. On a pas fini de bailler.

-Je te laisse a tes mondanités ,Ted, Embrasse Margaret et viens te changer les Idées au club Jeudi. Léo et moi comptons faire un demi parcours vers 17 heure..

-J'y songerai Aaron...Transmets mes amitiés à Léonard Salut!.

-Je n'y manquerai pas. Au revoir Ted.

~~~~

Fichu contretemps! Moi qui voulait profiter d'avoir pu finir à une heure raisonnable mon travail de la journée et comptais bien en profiter pour proposer à ma charmante parente Abigaël quelque moment de plaisante détente en fin d’après midi.

Je dis au chauffeur de Prendre vers down town. Direction; Le commissariat.

L'esprit obtus et le désir de faire perdre leur temps aux contribuables qui les entretenaient devait être une condition d'embauche au distric municipal de police de b Boston.
Mais que voulait bien encore savoir le chef ?
Mince, Ted lui demandait de réfréner les excès de zèle d'un de ses adjoints, ce n'était tout de même pas sorcier. J'(étais un citoyen exemplaire aux yeux de la justice,il n'y avait rien à discuter
Juste tenir son chien plus court en laisse pour qu'il cesse de déféquer sur ma pelouse,ce n'était pas sorcier!
Mais il fallait croire que ce pinailleur, à l'instar de Burnam qui continuait à m'importuner , par procuration cette h fois, n'avait rien de mieux à faire pour tuer le temps que de se mettre lui aussi à abuser du mien.

Profondément contrarié, je poussai la porte du fâcheux ignorant la tentative d'interception de l'inefficace planton destiné à lui garantir un peu de tranquillité

Levant un soucis grincheux, le chef s’apprêtait  à me tancer vertement, avec le ton d'instructeur militaire qu'il devait employer avec ses subalternes
Il avait tout de l'arrogance minable du sous officier aimant entretenir l'illusion du pouvoir dans la domination de qui lui était d'ores et déjà soumis.

Winston,Aaron Winston. Je suis pressé , on m'attend chez monsieur le maire pour un bridge avec le consul Oumanski dans moins d’une heure, alors allons droit au fait!
Un petit bluff ,et une petite leçon d'autorité facile à donner, en jouant justement sur des codes de subordination hiérarchiques auxquels il avait bien l'air d'être sensible.
Je jouissais de le voir contenir la colère induite par mon mépris absolu de ses prérogatives d'autorité, jouissant de la tutelle de plus puissant que lui. Pour sauver la face et expulsé ses poussées de testostérone refoulées, il hurla le nom de Burnam par la porte entrebâillée avant de la claquer sèchement
Posté à la façon d'un affranchit de série B sur le bord de son bureau, il me jetais une œillades qui se voulait glaçante...et qui était loin de m’impressionner. J'avais soutenu des regards plus dures, à commencer par celui de papa.
le temps des politesses, des compromis était révolu. Ils commençaient sérieusement à me les briser, et le bras de fer allait commencer.
Je ne doutais pas un instant de le gagner.
Messieurs, vous vouliez de la confrontation,? Et bien, on vous en servirait, à satiété et même jusqu'à l'indigestion s'il le fallait.
Il ne faillait pas me pousser à bout si vous vouliez vous préserver.

Burnam, ce cher Burnam morpion infatigable suspendu à mes couilles! Tu allais tâter du tranchant de mes griffes, vermine !
Burnam à présent entrait

Monsieur le maire n'a pas été assez clair au sujet de l'inspecteur Burnam, Monsieur le commissaire?

Je tournais ostensiblement le dos au nouveau venu afin de lui signifier que j'ignorais jusqu'à sa présence tant je le tenais pour quantité négligeable
J'insistai, un sourire mauvais aux lèvres, en me rapprochant du chef qui jouait les boudah instables sur sa planche de travail.

On peut l'appeler sur le champ si vous avez besoin d’une confirmation des ordres qui vous ont été donnés. Il sera ravi que vous lui présentiez vos excuses pour m'avoir retardé perturbant ainsi le bon déroulement de sa soirée..
A moins qu'il ne faille là encore déléguer votre pouvoir décisionnaire à votre subalterne?

J'avais dégainé mon Blackberry tout en lançant ma salve offensive... Et je me tournai alors brusquement vers Burnam, l'appareil à la main,mimant le geste de le lui confier.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Who are you really ? [feat. Aaron Winston] Mar 11 Mar - 23:28


Sans en avoir vraiment le choix, Kayden fut bien obligé de monter dans le bureau de son supérieur sans en connaitre la raison. Sincèrement, il n'avait rien à se reprocher, il sait qu'il est un bon flic et qu'il n'est pas du genre à commettre des bavures. Ce n'est pas un ripoux et surtout on ne peut pas l'acheter comme une certaine personne à déjà bien tenté de le faire. Non, l'agent Burnam reste quelqu'un d'honnête qui ne cherche qu'à défendre sa ville et les pauvres innocents qui sont victimes de tous ces malfrats. En se dirigeant vers le bureau, il se fit quand même plusieurs films tout en réfléchissant à quelle connerie il avait pu faire. Est-ce qu'on allait l'accuser du départ de Bobby ? Ou est-ce qu'on allait lui parler d'un futur coéquipier ? Non, vu le ton de la voix du chef c'était plus grave que ça. En poussant la porte, il reconnu de dos se sale type à qui il eut tout de suite envie de refaire le portrait : Aaron Winston. Qu'est-ce qu'il venait faire ici ? Ce pourri d'avocat commença à parler du maire de la ville et du fait qu'il avait donné des ordres par rapport à lui. Silencieux et surpris, Kay haussa un sourcil. C'est quoi ce délire encore ? Le maire n'a jamais rien dit à Kay, d'ailleurs il ne le connait même pas, enfin pas personnellement. Les seuls fois où il l'a vu c'est sur des affiches de campagnes ou dans le journal local. Peut être l'a t-il déjà vu au poste pour parler avec le chef, mais ça c'est toujours arrêté à un simple bonjour. Son regard se porta alors sur son patron qui avait l'air assez tendu. Cet idiot avait dû oublier de lui dire quelque chose... Oh attendez ! Burnam se souvient d'une petite conversation autour de la machine à café. Le chef lui parlait justement de Winston en disant que c'était un mec qu'il ne fallait pas embête. Ce jour là il avait pris ça juste comme une discussion, mais pas pour un conseil voir même un rappel à l'ordre. Quand Kay dit que le chef n'a pas de couille c'est bien la vérité.

Notre clown d'avocat commença à expliquer qu'il allait appeler le maire s'il le faut. Non s'en était trop. L'inspecteur avait véritablement l'impression d'avoir face à lui un gosse qui ne pouvait pas se défendre par lui même. Alors comme ça, la petite visite qu'il a fait l'autre jour ne lui a pas plus. Le point positif de tout ça, c'est que ça le confortait dans une chose. S'il Winston fait ça, c'est qu'il se sent menacé et qu'il a bel et bien raison sur son compte. Winston, tu es un putain de pourri et tu risques de prendre cher pour tout ça. "Est-ce qu'on peut m'expliquer ce qu'il se passe ?" demanda Kayden tout simplement. "Je suis assez étonné de vous voir ici Monsieur Winston. Si j'ai bien compris vous vouliez me parler ?" Burnam fit bien entendu exprès de ne pas connaitre la nature du problème. Comme il se l'était dit avant, il n'avait rien à se reprocher, il n'avait donc pas l'intention de revêtir une allure de coupable. Et puis, quand il avait vu l'avocat il y a quelques jours de cela, il était venu dans le cadre d'une affaire, après si la conversation à dévié et qu'il c'est senti menacé que peut-il y faire ? Il finit par refermer la porte derrière lui et avancer un peu plus dans la pièce et croisa les bras. Et dire qu'il pourrait déjà être dans sa voiture pour rendre visite à Ivy.
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
• •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Who are you really ? [feat. Aaron Winston]

Revenir en haut Aller en bas

Who are you really ? [feat. Aaron Winston]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boston Tea Party :: RPG-
Sauter vers: