AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Do you need a job?[Marton/ Aaron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Do you need a job?[Marton/ Aaron] Mer 26 Fév - 22:29


new text message






Wolgan


Wilke Shaw, dont je suis proche, m'a recommandé vos services pour toute mission délicate.
Rémunération à la hauteur de votre réputation contre résultats en rapport
Si interessé, RDV quai 12, entrepôt 8b ce soir à 21h

John Dohe

THANKS XO MONSTER



Cette convocation au commissariat avait été la provocation de trop. J'avais conscience que la tactique de Burnam était d'user ma patience pour me pousser à la faute...Et je me rendait parfaitement compte que malgré ses airs obtus,il avait suffisamment de pugnacité pour tenir le temsp nécessaire pour y parvenir.
Je ne comprenait pas vraiment la raison d'un tel acharnement, car je n'étais somme toute pas la pire menace pour Boston. Surement était-ce un problème de jalousie,cristallisé hélas sur ma personne. Mais même si je concevais aisément qu'on envie ma position sociale,ma prestance et mon élégance, je n'allais pas pour autant tolérer que l'on continue à m'empoisonner l’existence.
Manifestement, l'intervention du Maire n'avait pas suffit pour calmer les excès de zèle de ce flic de seconde zone. Alors, puisqu'il le fallait, j'allais employer d'autres méthodes, nettement plus efficaces. Les ânes parfois entendent mieux le bâton que la carotte,et il fallait croire que Burnam était de l’espèce rétive aux récompenses.
J'attendais donc le fameux Wolgan aux entrepôts que papa utilisait pour le transit des marchandises délicates. Un lieu fort bien gardé par des vigiles compétents et dont la compréhension des nécessites de service était largement facilitée par des primes substantielles.

Je m'étais installé dans le bureau surplombant le hall de stockage,dominant ainsi l'espace que traverserait mon visiteur,ce qui me permettait de vérifier qu'aucune fâcheuse surprise ne m'attendait. J’étais arrivé en avance et avait effectué une ronde méthodique des lieux en compagnie du responsable du gardiennage. J'avais insisté sur le fait que tous devaient être d'un vigilance extrême ce soir. Wolgan avait une réputation de loyauté, mais ,lorsque l'on est dans une négociation avec les hommes de l'ombre, aucune précaution n'est superflue.
Ne fais jamais confiance disait toujours, à juste titre, papa!
J'attendais dans la pénombre, la main un peu nerveuse dans la poche de mon blaser ou j'avais pris la précaution de loger un petit 38 discret et efficace. Je n'étais pas vraiment à mon aise dans cette peau de voyou que je n'avais jamais vraiment revêtue jusque là.
Je savais les codes du milieu, bien sur,en digne fils de Wilke Shaw que j'étais,mais mes parents m'avaient jusqu'alors protégé du contact trop prolongé avec ...leurs relations d'affaire!
J'aurais apprécié que papa m'accompagne ce soir, mais hélas, des rendez vous importants en Europe le rendait indisponible. La pression de Burnam commençait à porter ses fruits, je ne pouvais différer le rendez vous pour attendre son retour.
Je me débrouillais donc seul,avec la crainte délicieusement excitante du débutant au ventre.
Volgan, comme première immersion dans le banditisme,c'était tout de même un gros morceau.
J'avais prévu de le recevoir en contre jour des projecteurs puissants qui devaient s'allumer automatiquement à l'ouverture de la porte.
L éblouissement du visiteur le mettrait d'emblée en position de faiblesse rassurante pour moi, et ,de surcroit il ne connaitrait de moi qu'une silhouette en contre jour.
Je tenais à préserver mon anonymat, voulant à tout prix éviter que qui que ce soit n'aie barre sur moi pour quelque chantage, et encore moins des personnages aussi dangereusement sulfureux que Wolgan.

Plus l'attente se faisait longe et lus la nervosité me gagnait. J'avais beau me sentir protégé par les employés paternels, je me savais en terrain méconnu. Je pratiquais certes souvent la négociation ,et avec une âpreté qui je crois était reconnue par mes adversaires,. J'avais même été parfois amené à faire quelques tractations discrètes avec des gens aux mœurs douteuses. Mais jamais encore je n'avais eu un deal à gérer avec de vrais figures du grand banditisme,du moins seul.
Et peu à peu l'excitation du défis s'estompait pour céder la place à l'inquiétude du débutant.
Je n'allais tout de même pas me mettre à douter de moi?
Il était de toute manière trop tard pour reculer puisque 20h59 s'affichait à ma montre...
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Do you need a job?[Marton/ Aaron] Sam 1 Mar - 7:32

DO YOU NEED A JOB
Aaron&Marton

///







Ma belle dormait encore lorsque je me levai ce matin. Je déposai un baiser sur son front et sortis doucement du lit. Elle avait l'habitude. Elle ne savait jamais où j'allais ni quand. Mais elle savait très bien pourquoi, et elle me faisait confiance. Je n'avais pas vraiment de secret pour elle. C'était la seule. A moins qu'une information puisse la mettre en danger, je lui disais pas mal de choses. Elle était la seule. La seule personne en ce monde à savoir que Marton Millers et Wolgan ne faisait qu'un. Et ça me plaisait. J'aimais partager tout ça avec elle. J'aimais lui faite confiance car je n'avais jamais fait confiance à personne. Et ça fait du bien de savoir que quelque part sur cette terre, quelqu'un vous fait confiance, quelqu'un vous attend chez vous. Mais là, depuis que j'ai quitté ce lit, j'ai enfilé mon masque. Aucune expression sur le visage si ce n'est un froid insaisissable. Ce matin j'avais un contrat à exécuter. Et ce soir, un rendez-vous pour un second contrat. Je ne savais jamais à l'avance de quoi il s'agissait, et de toute manière, si le revenu était correct, j'acceptais toujours. On pourrait me demander de tuer une enfant que je le ferais. Car au travail, je n'ai aucun état d'âme. La cible... Est une cible.

Je serre deux verres de jus d'orange. Un que je bois d'une traite, l'autre que je dépose amoureusement sur la table de nuit de June. Ça nous rappelait avant. Le tout début. Un léger sourire m'échappa en regardant mon ange dormir, puis je sortis de la chambre, retrouvant le masque. Un petit tour dans la salle de bain et j'étais fin prêt. Autant vous dire que tout se déroula comme prévu. Aujourd'hui, un homme dont j'ignore l'identité a disparu d'une mort accidentelle et stupide, électrocuté dans son bain. Triste destin. J'empoche l'argent et je rentre. June était partie travailler. Me voilà donc seul, nettoyant les armes qui venaient de me servir. Quand je les astiquais, on pourrait croire que j'avais des cristaux entre les mains. C'est important, une arme. Ce n'est pas simplement un bout de plastique sur lequel vous appuyez pour provoquer un meurtre. Chaque arme a une âme, elle a une puissance, une taille, une matière. Tout est important. Chaque élément influencera fortement la destinée de la personne qui se trouve au bout. L'arme est votre partenaire. Elle ne doit pas vous lâcher, car sans elle, vous êtes fichu. Si elle vous trahit, vous êtes bon pour la taule, ou le cimetière.

Journée banale devant la télévision. Je regardais ma montre toutes les cinq minutes. Tic Tac. Il me tardait d'être ce soir. Quand l'heure arriva, j'étalai plusieurs armes sur la table basse du salon. Je n'allais pas venir les mains vides. Jamais. Trop risqué. Je choisi une arme à feu que j'accrochai à ma ceinture. Puis, ma main baladeuse s'arrêta sur une minuscule arme. Ridicule vous me direz, elle tient dans la paume de la main. Je réponds justement, c'est là sont plus gros avantage. Ne vous fiez pas à l'apparence de sa petite taille. Cette arme peut provoquer de sérieux dégâts, et surtout, elle est assez petite pour rentrer dans l'une de mes bottines, le long de ma cheville. Dans mon autre chaussure, je planque une lame. J'étais fin prêt.

Je me déplace en transport en commun. Moins risqué. Je me mêle à la foule, je suis invisible. Vous ne pouvez entendre ni mes pas, ni ma respiration. Peut-être simplement mon souffle dans votre nuque. Mais vous ne me voyez pas, car je suis un fantôme. Une fantôme laissant sur son chemin un souffle gelé. Je regarde régulièrement ma montre. Je finis le chemin à pied. Mes pas ne font qu'un avec la nuit, et j'approche de plus en plus de notre point de rendez-vous. Mmmh. De la lumière. Beaucoup de lumière à l'entrée. Pourriez-vous faire moins discret s'il vous plait? Ça sentait le débutant. Je devais redoubler de prudence. Je suis tapis dans l'ombre, et je regarde discrètement ma montre. Tic... Tac.

Le fantôme décide de se montrer à l'homme. J’apparais devant mon hôte sans qu'il n'ait pu me voir arriver. Allait-il être déstabilisé? Etait-il le débutant que je pensais, ou bien le sous estimais-je? Je me refusais de juger à l'avance, et j'attendais de voir ce qu'il avait à me proposer. Je m'avance, semi dans la lumière, semi dans l'ombre.

Bonjour. Je suis Wolgan.


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Do you need a job?[Marton/ Aaron] Dim 2 Mar - 18:29

Mais il m'aurait presque fait peur! j'avais tressaillit en entendant son timbre grave et posé. une veux neutre sans émotions affichant le calme parfait de ceux qui savaient se donner assez d’assurance pour maitriser le monde.
Et ,si cette marque de professionnalisme m'avait impressionné, c' était Somme toute bon signe. Je n'avais jamais douté de la pertinence des conseils de papa, et l'arrivée impromptue, discrète et ponctuelle de mon futur employé ne faisait que confirmer ce qu'il m'avait laissé entendre
Volgan savait faire les choses avec toute l'efficacité et la discrétion que peuvent requérir les missions discrètes et marginales.
Je fis de mon mieux pour dissimuler mon trouble, conscient que l’assurance affichée est la premiére règle de prudence régissant ce type de relations.
Je n'avais certes pas la longue habitude et papa pour traiter ce genre d'affaire mais j'avais suffisamment côtoyé le milieu dans mon enfance pour en connaitre les codes
Je décidai de rester debout afin de ne pas encore accroitre la domination physique de mon interlocuteur.
Je détestais me sentir en position d'infériorité et la vexation acheva de m’aiguillonner
Je me sentais prêt maintenant à faire face à Volgan

Vous êtes ponctuel...C'est parfait!

Je savais que ce que j'attendais de lui n'était pas forcément de même nature que ce que lui demandaient habituellement ses clients. Volgan était un  tueur, avant tout, et, du moins pour l’instant, je n'envisageais de tuer personne.
Mais si Volgan avait une réputation d'assassin efficace bien assise, celle de stratège que l'on m'accordait n'était pas moins méritée.
Moins il y aurait de personnes au courant de mes manœuvres souterraines pour atteindre Burnam et plus je serais protégé. L'anonymat de ce rendez vous était déjà un gage de sécurité.
Il n'y avais jamais de précautions inutiles dans  les affaires interlopes. C'était à sa grande prudence avant tout que papa devait sa réussite et je mettais à profit son expérience pour garantir la mienne.
Certes un détective eu pu surveiller Burnam .
Quelque voyous de Roxxburry le menacer au besoin,mais s'il s'agissait au final de l'éliminer vraiment ,il me faudrait un Volgan

Alors, autant tout lui déléguer dés le départ pour éviter de multiplier les envies de bavardages qui vous sabotaient avec une rapidité foudroyante une réputation,non?

Restait à le convaincre de se  cantonner à une mission bien en dessous  de ses  capacités. L'orgueil professionnel finissait toujours par envahir les meilleurs. Mais, chaque chose ayant un prix, j'étais décidé à acheter sa vergogne et je savais pouvoir disposer d’une trésorerie suffisante pour y arriver.

C'est un travail simple que j'ai à vous proposer, dans un premier temps, Volgan. Etes vous polyvalent?

J'avais posé ma question en espérant piquer son amour propre, induisant ainsi une sur valorisation d'emblée de la mission que je lui proposait, puisque j'allais sans doute le conduire à songer qu'elle était digne d'un homme tel que lui, capable de faire la preuve de l'étendue et de e la diversité de ses talents.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Do you need a job?[Marton/ Aaron] Sam 15 Mar - 12:04

DO YOU NEED A JOB
Aaron&Marton

///







L'homme se montre fier et guidant le pas. L'homme se montre grand mais il tremble comme un enfant. Il mérite tout de même du respect, et son attitude me sied. Dois-je avouer que dans mon métier, je suis assez imbus de ma personne? Je suis l'un des meilleurs. Si ce n'est LE meilleur. Et c'est avec un sourire satisfait se dessinant lentement sur mon visage que je suis l'homme jusqu'à ce que l'on pourrait qualifier de bureau. La pièce est sombre et c'est d'autant mieux. Seuls les rayons de la lune transpercent la fenêtre et nous éclairent l'un l'autre. J'attends d'entendre les paroles de l'homme. Celles-ci me surprennent d'ailleurs. Polyvalent? Qu'entend-il par là? Je fronce légèrement les sourcils. Pour qui me prend-il?

Que voulez-vous dire? Je ne suis pas la pour m'amuser.

Le ton de ma voix se durcit. Tout en restant d'un calme déstabilisant, je pouvais montrer la colère montant en moi. Je déteste par dessus tout que l'on me fasse perdre mon temps. Et je n'aime pas beaucoup sa façon de s'adresser à moi. Il parle d'un travail simple. Je ne veux pas de travail simple. Je veux du concret, de la complexité. Je veux un vrai contrat. Je me relève du fauteuil où j'étais assis pour m'approcher de l'homme d'un air menaçant et non patient.

J'espère que vous avez quelque chose à me proposer. Ma patience à des limites monsieur. Je n'ai pas de temps à perdre en bavardage.

J'étais un peu plus grand que lui, et surtout, plus sûr de moi. Ma carrure s'imposait au dessus de lui, comme voulant lui faire comprendre qu'il devait abréger la discussion. Je n'étais pas du genre à aimer bavarder, et je n'appréciais guère que l'on me passe un entretien d'embauche. Je suis quelqu'un de renfermé et confiant dans mon travail. Je n'échouais jamais. Je n'aimais pas la compagnie. J'aimais la solitude. Tout ce que je voulais, c'était qu'il me donne ce foutu contrat. J'allais ensuite rentrer chez moi pour m'organiser, puis commencer à observer l'homme ou la femme qu'il me demanderait d'éliminer. Puis je passerai à l'action telle une ombre sauvage. Une ombre que personne ne peut voir ni saisir. La mort en personne qui souffle dans votre nuque. Peut-être que cela devrait me déplaire. Après tout, je ne fais que semer la mort sur mon passage. J'ai toujours été seul, extrêmement seul. Je m'étais accommodé à cela. Mais aujourd'hui il y avait June. Aujourd'hui je revivais. Aujourd'hui j'avais peur de la mort. Pour elle. Autrefois, je n'en avais rien à faire. Mais la perdre... La perdre me tuerait. Aujourd'hui j'avais une faiblesse.

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
• •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Do you need a job?[Marton/ Aaron]

Revenir en haut Aller en bas

Do you need a job?[Marton/ Aaron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boston Tea Party :: RPG-
Sauter vers: