AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Intrigue février, sujet number one.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




avatar

Sons of Liberty
• Admin •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 160
ϟ Arrivée à Boston : 09/11/2013


MessageSujet: Intrigue février, sujet number one. Dim 16 Fév - 15:19


Intrigue février, sujet number one





N'est-ce pas le rêve de tout le monde de recevoir une lettre d'admirateur le jour de la St Valentin? Sûrement. Faut pas se mentir à soi-même, tout le monde a envie de cœurs, de chocolat et d'un peu de tendresse dans ce monde de brutes même ceux qui prétendent le contraire. C'est trop facile à ce qu'il paraît, de dire que c'est juste commercial. Toujours est-il que lorsqu'un petit groupe restreint a reçu une jolie carte sentant bon la rose, invitant chacun dans le même restaurant à un blind date, tout le monde a répondu à l'appel... Après tout, avoir un valentin secret, c'est plutôt excitant, non? Personne ne peut désormais le nier.

C'est de cette façon que tout le monde se retrouve au rendez-vous, sur son 31, en attendant que la soirée passe par monts et merveilles...

C'est pas en ce soir romantique qu'on s'attend à voir débarquer la fureur des Sons of Liberty, right? Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort pourtant. Ni une ni deux et tous les Valentins se retrouvent enfermés dans le restaurant, un tic tac inquiétant résonnant au loin, une folie ambiante qui s'éparpille, gagne le cœur de tous les individus qui paniquent, essaient de comprendre... Reste à savoir ce qu'on attend d'eux. Tous à l'abri, la soirée risque d'être mouvementée.

Fonctionnement :
+Comme vous êtes pas mal nombreux dans le sujet, un ordre de passage a été instauré, mais y a pas de soucis pour le changer si vous vous arrangez entre vous :
Carrey, Jayden, Indiana, Scarlett, Caleb, Sev.

+Pour chaque réponse il vous sera demandé un maximum de 800 mots, pas plus, histoire que les sujets restent rapides.
+Si quelqu'un n'a pas répondu, son tour sera passé après deux jours sans réponse.
+Le mj peut intervenir quand bon lui semble, ses interventions sont à prendre obligatoirement en compte.

(c) kusumitagraph'
Revenir en haut Aller en bas
http://sons-of-liberty.forum-canada.com






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Dim 16 Fév - 22:00

    Elle avait trouvé ça bizarre en voyant l’enveloppe sur son bureau ce matin-là, cherchant du coin de l’oeil lequel de ses idiots de collègue ça pouvait être, savoir qui était assez crétin pour tenter de lui faire une blague pareille. D’un naturel suspicieux, Carrey avait observé le papier sous tout les angles, cherchait des empreintes, avant d’interroger tout ses collègues d’un air menaçant, histoire de les faire craquer. Aucun n’avait lâché l’affaire; ils étaient innocents. Ca venait donc de quelqu’un de l’extérieur. Elwyn était-il capable d’un truc pareil ? Surement, mais il aurait plutôt fait ça sous forme de post-it, ou alors il lui aurait envoyé une horde de pigeon dont un seul détenait l’invitation, là ça manquait clairement d’imagination. Le mec de la photocopieuse ? Après tout, il lui avait plusieurs fois fait des sourires à en dévoiler ses dents trop blanches - elle le soupçonnait de s’être fait passer un produit et donc espérait un jour le coincer dans l’obscurité pour voir si ses dents brillaient dans le noir, un pari stupide avec un des agents du poste -, et il lui avait même proposé un café une ou deux fois. Sauf que depuis quelques temps il avait cessé ses manigances et jeté son dévolu sur la nana de l’accueil. L’espace de quelques minutes, elle songea même que c’était l’autre crétin qu’elle avait pincé dans son local, une fois, avec le badge de Mickey, qui lui faisait une farce pour se venger. Elle était même à deux doigts d’aller sonner à sa porte à la manière de Robocop pour lui péter la gueule. Enfin, Carrey avait finit par se calmer, relire le papier une fois, deux fois, vingt fois, avant de finalement se demander si ça ne venait pas d’un ami, voir de son père. Après tout, du temps où elle vivait avec lui et sa famille, avant que tout dérape, il avait pris l’habitude de l’inviter au restaurant pour la St Valentin dans une optique de réunion père-fille qui devait les rapprocher. Ca ressemblait bien à sa manière de faire, toujours très théâtrale, à croire qu’elle avait encore douze ans et qu’elle adorait soulever le voile du mystère. Sauf que l’idée ne lui plaisait pas et qu’elle se préparait à refuser, passant le reste de sa matinée à râler dans son coin, à envoyer chier le premier qui descendait aux archives pour récupérer un dossier, et menaçant presque de botter le cul du prochain qui viendrait lui demander un truc ou lui parler st valentin. En temps normal, le 14 Février, elle le passait à l’hôpital psychiatrique, avec sa mère, à discuter de tout ce qui leur passer par la tête parce que de toute manière l’ex-madame Burtley n’avait plus toute sa tête et que les médicaments qu’elle prenait l’empêchait de penser de façon correcte. Pourtant.. Sans doute poussée par un élan de folie, Carrey s’était pas forcément habillée très élégante, c’était pas son genre, bien qu’elle avait fait un effort, et s’était rendue sur les lieux du rendez-vous.

    Elle devait être en avance, il n’y avait aucun signe de son paternel, ni aucun visage qu’elle reconnaissait réellement, un peu agacée de s’être déplacée pour rien avant de jeter un rapide regard à la salle et de comprendre. Blind Date. Elle avait du se planter quelque part, ou tellement pressée de savoir de qui venait le papier, elle n’avait pas correctement lu la chose. La control freak en elle se mit à hurler, et lèvres pincées elle observa les environs avant de soupirer, fortement agacée et un peu paniquée. C’était sans doute ce qu’elle détestait le plus au monde; c’était même pire que les cafards, et elle préférait sans doute encore lutter contre une horde d’araignées carnivores que s’asseoir à une de ces tables avec un inconnu. Malgré tout, elle chercha à reconnaître un visage, sans réel succès, peu réconfortée dans son malaise palpable. Plantée près du bar, à regarder les tables, Carrey finit par lâcher un juron, se retourner en se cognant quelqu’un pour s’excuser assez durement et s’arrêta quelques minutes en croyant reconnaître une des jeunes femmes qui lui était passée à côté. Sans doute ne serait-elle pas si seule, mais ça ne parvint pas à l’arrêter et elle fit complètement demi-tour pour rejoindre les portes, les pousser et se cogner dedans en les retrouvant fermées. Arquant un sourcil, Carrey tira sur les poignées avant de sursauter en entendant un cri en provenance de la salle, sans comprendre ce que la voix venait de hurler. Une histoire de bruit étrange, de tic-tac. Grimace au visage, elle retourna vers le bar pour réaliser que l’ambiance commençait clairement à devenir tendue et l’oreille attentive, elle finit par l’entendre à son tour. Une horloge? Un minuteur ? Elle déglutit difficilement, encore dans l’optique que ça devait être une farce de mauvais goût.
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Jayden N. Blackwood
• Membrounet serial complexé, spécialiste de la virginité •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 391
ϟ Arrivée à Boston : 05/01/2014


MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Mar 18 Fév - 0:08

Accroché à son cocktail comme à une bouée de sauvetage, Jayden jeta un regard circulaire aux invités, détaillant leurs visages avec inquiétude. Il n'y avait quasiment que des femmes, toutes plus jolies les unes que les autres, et qui avaient l’air tout aussi paumées que lui. Sérieusement, qu’est-ce qu’il était venu foutre ici ? Pas qu’il n’appréciait pas leur compagnie - non, cela avait définitivement de quoi être plaisant... Mais c’était précisément ça, son drame. Lui, le timide maladif incapable d'aligner deux mots devant une fille sans bégayer, il allait réellement devoir passer une soirée entière dans une salle où il y avait deux fois plus de femmes que d’hommes? Il allait se ridiculiser, c’était inévitable. Sérieusement, tu t’imaginais quoi, génie? Pas ça, c’était sûr. A vrai dire, quand il avait reçu cette mystérieuse carte – la première carte de Saint Valentin de toute sa vie –, il s’était tout de suite imaginé une admiratrice secrète prise d’un élan de romantisme, une lectrice inconditionnelle qui l'avait démasqué, ou encore une caméra cachée organisée par Zeke… N’importe quoi mais pas ça. Un Blind date, franchement… Il était loin d'être assez téméraire pour ce genre de trucs. S'il restait, c'était bien parce que la perspective de passer une vingt troisième Saint Valentin seul lui paraissait tout simplement insurmontable. « Tu connais du monde, toi ? » Il avait tourné la tête vers Indiana, dissimulant tant bien que mal sa nervosité derrière quelques gorgées d'alcool. Elle était la seule personne qu’il connaissait ici, et sa présence le soulageait terriblement. Pour tout avouer, il s’était collé à elle tel un mollusque à son rocher dès qu’il l’avait vu, et il ne l’avait plus lâché depuis, trop heureux de ne pas être condamné à passer sa soirée dans son coin. L’idée qu’elle ait peut être envie de faire de nouvelles rencontres l’avait bien effleuré quelques secondes, mais sa phobie sociale l’avait balayé aussitôt ; il allait faire quoi, lui, si sa seule alliée l’abandonnait ?
Mais quelque chose détourna leur attention avant que la belle brune n’ai le temps de répondre – par quelque chose, comprendre ‘une femme entrant en altercation avec les portes battantes du restaurant’. Pour la sortie discrète, elle repassera – mais comment ne pas la comprendre, Jayden en rêvait, d’avoir le courage de se barrer. Sauf qu’apparemment, partir n’était plus une option - les portes étaient bel et bien bloquées.
Un cri retentit. Tournant à nouveau la tête, le jeune anglais senti son cœur s’emballer avant même d’avoir eu le temps de comprendre quoi que ce soit. Cette agitation soudaine, ce bruit de mécanisme résonnant dans toute la salle… Est-ce qu'il rêvait, ou c’était vraiment en train d’arriver ? « Mais… les bombes ne font plus tic-tac. », souffla-t-il. En tant que l’un des rares mâles présents, il aurait sans doute dû prendre une attitude protectrice, agir en chevalier servant prêt à voler au secours de ces gentes damoiselles... Mais non : là, au milieu d’une dizaine d’américains paniqués, tout ce qu’il avait trouvé à faire, c’était de prononcer le mot « bombe » et, par-dessus le marché, d'insinuer que leurs terroristes – si c’était bien de ça qu’il s’agissait – disposaient de technologies périmées... Il fallait vraiment qu'il ait une conversation avec son cerveau au sujet de tout ce qui était situations d'urgence.
Agrippé bêtement à la table à laquelle il s'était assis, le jeune homme, incapable de bouger, ne put qu'échanger des regards paniqués avec les autres invités pris au piège, attendant avec angoisse qu'il se passe quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Indiana O. Keynes
• Membrounet bipolaire, spécialiste de la désinhibition •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 162
ϟ Arrivée à Boston : 05/01/2014


MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Mar 18 Fév - 22:17

D’habitude, Indiana jette toujours son courrier directement à la poubelle, sa paranoïa permanente lui faisant imaginer les pires horreurs sur les lettres piégées. Elle a lu des tas de trucs sur les virus mortels qu’on envoie à des victimes innocentes qui décédent trente secondes après avoir déchiré l’enveloppe, et il est hors de question qu’elle meure d’une maladie débile tout ça parce qu’un psychopathe a décidé d’exterminer la planète entière. Mais quand elle a vu, cachée au fond de sa boîte aux lettres, une petite enveloppe toute rose avec des cœurs dessus, elle s’est demandée si ça n’était pas une mauvaise blague, puis a décidé de la conserver. Elle est restée des heures à la contempler, posée sur la table de son salon, essayant de deviner qui est-ce que ça pouvait bien être. La brunette ne s’est jamais vraiment intéressée à la Saint-Valentin, elle trouve que les roses sentent la vieille lessive de sa mère et elle bouffe déjà des dizaines de chocolat par jour, alors bon. Mais là, c’est la première qu’elle reçoit une invitation. Finalement, elle l’ouvre, avec toutes les précautions du monde, le cœur battant à toute allure comme si quelqu’un allait lui annoncer que Jésus en personne était venue la saluer et qu’il l’attendait dans la salle de bains. Les doigts fébriles, elle tente de se concentrer, surexcitée à l’idée de découvrir ce qui se trame dans cette enveloppe. Elle déplie la lettre, au bord de l’évanouissement – on vous a dit qu’Indiana amplifie toujours ses réactions ? – et s’applique à lire à voix haute tous les mots qu’elle voit défiler devant elle. Elle pouffe de rire, c’est ridicule, quelqu’un l’invite à manger dans un restaurant, elle ? Elle secoue la tête, c’est probablement une farce de Zeke, ou peut-être qu’il a vraiment décidé de la demander en mariage, elle lui en a parlé un jour, l’idée avait sûrement germé dans son esprit. Ou alors c’est Lee qui a un service à lui demander, genre dormir chez elle again and again et pour se racheter il l’invite à bouffer des tacos. Mais c’est pas son genre, elle a beau chercher elle voit pas vraiment ce que ça peut être. Alors le Jour-J, elle se dit qu’elle va y aller, elle rate pas une occasion de sortir et encore moins de se faire payer le restau.

Indiana détonne au milieu du beau monde bien habillé, avec sa dégaine de fille des champs. Bah, elle avait envie d’essayer sa nouvelle salopette, alors elle l’a mise en espérant que le thème de la soirée ça serait Ferme et Compagnie, ça lui plairait bien à elle, elle est hyper douée pour imiter le cochon. A peine arrivée, elle repère Jayden dans un coin de la salle, et elle bat des mains pour attirer son attention. Elle tente de couvrir le brouhaha permanent avec sa voix. « Coucou héhooooo je suis là ! » La brunette est bien contente de le voir, c’est bizarre qu’il soit sorti de chez lui, alors elle le bombarde de questions et elle finit par comprendre qu’ils ont reçu le même genre d’invitation. Elle fronce les sourcils, c’est quoi ça, une caméra cachée ou quoi ? Elle déambule dans le restaurant à la recherche d’autres têtes connues, et elle sent les doigts de Jayden crispés sur sa salopette, pour sûr qu’elle en a pour toute la soirée, il va pas la lâcher d’un poil et c’est tant mieux parce qu’apparemment ils se sont tous bien faits rouler dans la farine et aucun Valentin ni aucune Valentine ne seront présents pour les invités. « Non, j’connais personne à part toi, mais c’est sûrement parce que j’ai mal regardé, partout où je vais je connais toujours quelqu’.. » Elle s’interrompt net dans sa tirade quand elle entend le cri d’une femme qui s’affole et qui bafouille on ne sait quoi à propos d’un tic-tac. Elle tend l’oreille et aperçoit du coin de l’œil une jeune femme qui s’excite sur les battants de la porte, qui semble définitivement fermée. Elle se marre en entendant Jayden, qui lui est bel et bien terrorisé. « Totalement has-been ces terroristes. » Elle appuie ses propos d’un ton docte, et soudainement traversée par une pensée qu’elle se sent obligée de partager, elle s’écrie en saisissant le bras du beau brun qui s’agrippe à elle. C’est que depuis tout à l’heure elle essaye de deviner à quoi peut faire penser ce drôle de bruit. « Je sais ! On se croirait dans Peter Pan, tu sais le crocodile là, il a avalé un réveil, et depuis il fait tic-tac-tic-tac et même que le Capitaine Crochet il a trop peur ! » Elle glousse, fière de sa trouvaille, puis elle se tourne vers la jeune femme qui n’arrive pas à ouvrir la porte. Se prenant pour un leader nouvelle-génération, elle ouvre ses bras et ajoute en haussant la voix. « Je propose… Qu’on défonce tous la porte ! » Et de pointer ses bras en direction de ladite porte, attendant avec excitation une quelconque réaction de ses compatriotes prisonniers.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

+ Remember how beautiful you are +
Rappelez-vous qu'à travers l'histoire il y eut des tyrans et des meurtriers qui pour un temps, semblèrent invincibles. Mais à la fin, ils sont toujours tombés. Toujours. + Mahatma Gandhi            unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Mer 19 Fév - 23:06


Intrigue de Février.

LOU ET OTHERS

« Joyeux anniversaire … Lou … » murmurais-je doucement alors que je m’endormais à moitié. Ouais c’était mon anniversaire. Je devenais vieille. Trente trois ans … c’était pas rien. Surtout c’était étonnant que j’aie encore été là à trente trois ans mais bon. Passons. Un anniversaire comme un autre. Vide. Pourtant tout le monde s’affairait. A offrir des cadeaux à faire plein de trucs spéciaux. Mais pour le lendemain. Ouais, Naître un treize février c’est vraiment la merde. La fête des amoureux qui tombe le lendemain. J’suis vernie, je vous le dit moi. Je me tournais dans mon appart comme un rat mort. Un peu sur les nerfs. Ouais la période de mon anniversaire c’était pas une période que j’appréciais beaucoup en général. Alors entendre les niaiseries des gens « oh mon amour tiens des chocolats » « oh mon amour je t’ai offert de la lingerie ». Parce que les autres jours de l’année tu bouffes de la carotte ou du céleri (quoi que certaines filles elles en bouffent de la carotte mais ça c’est une autre histoire) et que tu te tapes le pyjama snoopy ou donald. C’est super si y’a qu’un seul jour dans l’année ou tu peux te laisser aller avec celui ou celle que t’aime.

Une lettre … c’était bizarre. Un Valentin secret. J’avais étudié la lettre sous toutes les coutures pour essayer de voir de quoi il pouvait s’agir. De qui ça pouvait venir. Et immédiatement mon esprit matérialisa Mason. Pour mon anniversaire, ou pour la Saint Valentin. Ou bien pour les deux ? Mais … la logique me manquait parce qu’à moins d’avoir fait des recherches sur moi, pas de raisons pour qu’il sache ma date de naissance. C’est pourtant un petit pincement au cœur, et peut être même une colonie de papillon dans le ventre que, toute apprêtée je me rendais enveloppe en main au lieu indiqué. « Bonjour » dis-je poliment en entrant. J’avais passé une petite robe noire, la plus « classe » que j’aie pu trouver. Mes yeux luisaient d’impatience. Je devais ressembler à une de ces ados amoureuses a leur premier rendez-vous. Parce que ce grand con de Mason O’Reilly avait cet espèce de machine a remonter dans le temps qui me faisait redevenir une ado amoureuse. Putain de Gobe-Mouche.

Je comprenais rien. Parce que de toutes manières je ne comprenais jamais rien. Plantée comme un piquet au milieu de la salle. Sans comprendre la panique des gens autour de moi, je ne disais rien. J’attendais qu’il se passe quelque chose. Comme s’il allait surgir et hurler « SURPRIIIIIIIIIIIIIISE » ou une connerie du genre. Tic Tac Tic Tac ? Bah … heu … pourquoi ils ont tous peur ? Pourquoi ils courent tous ? Les secondes passent et l’inquiétude commence quand même à me gagner. Pourquoi est ce qu’il n’arrive pas. Hé oh ! Mason t’es où ? Et voilà. C’était … Oh … comme je vous dit c’est bien ma chance. « Joyeux Anniversaire Lou … » sifflais-je entre mes dents à voix très basse. Sans vouloir vraiment prendre part à l’agitation. Certains parlaient déjà de défoncer la porte. Vu ma force de hamster on allait peut être éviter … Je me recroquevillais dans un coin. Posant mon menton sur mes genoux et fermant les yeux, priant pour que ça passe plus vite. Tic Tac … Tic Tac … Putain de Gobe Mouche.



Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Ven 21 Fév - 18:41







 ❝  Intrigue Février ❞
~ Other & June L. ~






Ce jour-là je me rendis à l’appart de mon père qui était maintenant le mien, prendre le courrier.  J’y trouvais une petite carte parfumé pour la Saint valentin… tien qu’est-ce donc ? Je l’ouvre et la regarde sur le chemin en allant au bar de Sev boire un petit coup. Je lui montre l’enveloppe, il avait eu la même. Un rendez-vous pour la Saint Valentin, on rigole en buvant des coups. Puis finalement on décide d’y aller mais tous les deux, ça ne pouvait qu’être drôle. Bien entendu j’allais le dire à Marton que je sortais avec un ami à une soirée. Il n’aime pas sortir et me laisser librement, il sait que c’est moi et que j’en ai besoin. Alors en partant, légèrement pompette je dis à la semaine prochaine à Sev, un rail de cock et dodo. Marton n'était pas à la maison, il était parti, un contrat. Je ne voulais pas savoir où ni pourquoi. Je ne voulais rien savoir.

Le jour-j, je me prépare le soir après le boulot. Je prends une douche et enfile des collants noirs, mes escarpins noir et une jolie robe rouge que j’avais, pour la Saint Valentin s’était niquel non ? Je passe dans la salle de bain me coiffer les cheveux en les lissants, puis je me mets du rouge à lèvre et du noir autour des yeux. Un peu de brun sur les paupières et me voilà magnifique avec mes jolies cocard sur la tronche. Je prends mon sac à main noir en vinyle que je gardais pour les soirées. J’enfile ma veste blazer pour ne pas avoir froid. Marton et moi on avait nos code entre nous, heures pour les sms etc… je n’oublie pas mon téléphone dans mon sac ainsi que mes clopes. A une certaine heure il m'envoyait un message pour me dire qu'il allait bien, je l'attendis avant de partir. Une fois que je le lu et lui répondu avant de partir. Sur le pas de la porte je mets un petit trait de cock sur ma main et la snif. Je m’en vais. Je retrouve Sev un peu plus loin dans la rue, on se rend à la soirée, avec le carton d’invitation. On essayait de se demander ce que pouvait être ce truc débile. Je me demandais qui pouvaient mon valentin secret ? Surtout que je n’en n’avais rien à foutre étant donné que j’étais casé et heureuse avec l’homme de ma vie. On prend le métro avec Sev. On finit par arriver au lieu de rendez-vous. Un joli restaurant, super bien décoré pour l’occasion. Très Sain Valentin. Je présente mon carton et entre en compagnie de Sev. Une Blind Date… ! Ha bah tien sympathique…  Sauf que je n’en avais encore plus rien à foutre ! Quoi que ça pourrait être drôle de discuter avec des gens… Mais bon après si c’est pour leur prisé le cœur c’est dégueulasse et si Marton passait par là il y aurait des morts en mode sniper alors bon. Après tout il n'était pas censé être là... Je jette un regard vers Sev. Peut-être que lui ça allait l’intéresser pour choper de la nana ? Je lui lance un petit sourire ravageur genre : A l’attaque tombeur ?!

Quant à moi en tout cas je vais au bar, je m’assoie et prend un verre. Je n’avais pas envie pour le moment de me mêler au table. J’entends un bruit bizarre… une espèce de tic-tac … je me dis que c’est moi qui déconne. Mais je rends compte que d’autre gens l’entende, j’ai pas d’hallu’  Certain regarde en l’air autour d’eux. Je jette un regard en vers Sev et me dirige vers lui. Après tout c’est mon ami, je préfère être près de lui … oui je ne suis pas rassurer du tout. J’entends un type près de moi « Mais… les bombes ne font plus tic-tac » Heiiiin ?!

« Quoi ? Bombe ? Sev…» J’avais le chic pour mettre les choses à l’aise ! J’aperçois Lou, une bonne amie. Tic tac tic tac… je m’approche d’elle. Certain essaye d’ouvrir la porte, impossible elles sont toutes fermer… Bordel c’est quoi ce merdier ! Oooh je sens que Marton va m’en vouloir il ne voudra plus que je sorte de la maison ! Elle est recroqueviller dans un coin. Je m'approche d'elle et pose ma main sur son bras.

«  Lou … hey Lou. Je suis là, viens avec moi. » J'essaye de la soulever pour l'emmener avec moi. Je suis un peu pommé, il y a trop de monde qui s’agite et la cocaïne que j’avais pris avant de venir ne m’aider pas… j’étais à la fois détendu au niveau physique et complètement à l’envers du cerveau la panique qui monte à bloque.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Mar 25 Fév - 20:36

Que j'aie potentiellement quelques admiratrices secrète n'était pas fondamentalement surprenant. N'étais-je pas un avocat brillant,un personnage mondain apprécié, et, ce qui ne gâtait rien, plutôt bel homme? Cette missive ,qui aurait été fort flatteuse pour un homme ayant un succès moins éclatant que le mien ,m'avait néanmoins fait plaisir,et même amusé. J'étais fort curieux de voir à quoi ressemblait la téméraire qui osait impudemment me faire pareille avance,redoutant un peu qu'il ne s'agisse que d'un laideron, d'une laissée pour compte,tentant de compenser sa disgrâce par quelque témérité.
Je m'étais donc rendu à cette invitation... Méfiant, comme à l'accoutumée.
Mais le danger s'était avérè d'une toute autre nature que celui envisagé.
Je tentais de faire le bilan de la situation. Je me retrouvais piégé dans un restaurent de seconde zone plongé dans la pénombre avec un groupe d'individus plus ou moins paniqués. Certains parlaient de bombe,d'autres de porte verrouillée à enfoncer. Après la vague d'attentat, les bostonniens avaient une tendance pathétique à la paranoïa. Une simple panne électrique et déjà la rumeur enflait et on cédait à la panique.
Mon premier réflex avait été de contacter mon chauffeur pour qu'il vienne me chercher, mais ,dans cet endroit sordide, impossible d'avoir le moindre réseau.
Une panne de courant, c'était concevable. Une porte coincée, aussi, et une déficience de relais GSM tout autant. Mais la concordance des trois semblait fort peu probablement n'être due qu'au hasard.; Je songeais alors qu'il était envisageable que je sois victime de quelque groupuscule mal intentionné, m' ayant attiré dans un traquenard.
Le lettre, cette fichue lettre, piége bien grossier, si grossier qu'il avait fonctionné, endormant ma méfiance.
Je ne pu m'empêcher d'admirer le coup de bluff de mon adversaire. Il avait marqué le premier point, me conduisant ou il avais voulu, mais, à présent , je serais sur mes gardes. S'il m'avait adroitement manipulé lors de son premier coup, il faudrait qu'il compte désormais sur ma méfiance avant de porter le prochain.
J'examinai rapidement les options qui étaient miennes.
Fuir semblait être la meilleure option. J'avais remarqué que la porte était solide en entrant,pourvue de serrure étonnamment neuves compte tenu de la vétusté de ses panneaux épais. Une réparation qui me semblait à présent prendre pleinement son sens. et m'indiquait qu'il serait surement vain d'essayer de sortir par cette voie....
Et puis il y avait cette histoire de bombe...Aussi. lentement, en prenant soin de ne rien heurter dans la semi obscurité je m'approchai du comptoir aux environs duquel semblait se trouver la machine infernale. Mon ennemi du moment était cette masse de clients agglutinée au comptoir. Je posai ma main sur une épaule sans doute féminine vu son volume, afin de me frayer un chemin vers l'endroit ou était supposé se trouver l'engin. Des bombes, j'en avais vu parfois à la maison étant jeune. Je voulais savoir à quoi on avait affaire exactement afin de me faire une idée de qui pouvait bien être derrière tout ça. Les fameux "Sons of Liberty" étaient un bouc émissaire trop souvent utilisé pour masquer des crimes plus bassement crapuleux. Un homme ne fait pas une carrière telle que la mienne sans s'attirer des ennemis farouches. J'avais été convoqué ici, et je savais que j'étais la cible. Et l'autre qui résistait, m'empêchant d'approcher.
L'heure n'était plus au mondanité, mais à l'efficacité  à présent, et la péronnelle qui proposait, telle l’innocente dinde qu’elle semblait être,d'enfoncer la porte n'allait plus longtemps me faire barrage

Au lieu de vociférer des inepties, écartez vous mademoiselle je vous prie. je dois passer:

La bousculant avec assez de fermeté pour enfin approcher du zinc, je dus encore éviter de justesse le verre de cocktail d'un ahuri qui ne l'avait toujours pas posé. Certes la situation semblait mal engagée, mais était-ce une raison pour que je ruine de surcroit une cravate à 250$?
Dans le brouhaha ambiant, j'avais du mal à localiser précisément d’où provenait le bruit de mécanisme ,à peine perceptible, qui, effectivement, laissait supposer qu'un dispositif à minuterie était enclenché dans les parages. Mais comment me concentrer suffisamment pour la localiser précisément dans le brouhaha de cette foule confuse.Il n'y avait peut être pas de temps à perdre. J'ai aspiré une énorme bouffée avant de Pousser un tonitruant

VOS GUEULES!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Mar 25 Fév - 22:44

Alisha avait atterri à cette soirée un peu par hasard. Bon, bien sûr, elle avait réussi son invitation comme tout le monde mais au premier abord, elle avait décidé de ne pas y aller. Qui pouvait bien s'amuser à lui envoyer une lettre de ce type là? Il était probable que c'était une belle farce alors autant faire l'impasse, non? Sauf qu'en vue du bordel que constituait sa vie ces temps ci, la jeune Cartwright avait finalement opté pour une jolie robe pour aller à cette soirée pour le moins intrigante. Tout ce qu'elle attendait de ce moment là, c'était une bonne dose d'alcool pour noyer ses dilemmes, sa médiocrité et tout ce qui pouvait aller avec tout cela. Heureusement pour Alisha, le bar était rempli de bonnes choses alors elle pouvait se permettre d'enchaîner les cocktails sans véritablement culpabiliser. De toute évidence, elle ne connaissait personne, ce qui était un peu bizarre finalement vu que ce genre d'événements mondains pouvaient attirer la crème de la ville et forcément, les Cartwright faisaient partie du lot. Mais après tout, que savait-elle des personnes qui avaient décidé d'organiser la soirée? Ils n'avaient certainement pas invité des gens au hasard, il devait y avoir un schéma là dessous... Mais Alisha décida de ne pas s'aventurer sur ce chemin là, elle était là pour se détendre après tout. Elle l'avait bien mérité avec ces histoires de mariage et tous les problèmes familiaux qui entouraient la catastrophe ambulante du manège Cartwright.

Pour autant, les choses ne devaient pas rester tranquilles longtemps. Accoudée au bar, les yeux dan le vague, Alisha ne put que se retourner lorsqu'elle entendit une agitation naître à l'autre bout de la salle. Un bruit étrange. Comme une horloge. Mais il fut vite recouvert par les bavardages des gens en présence, la panique se faisait sentir, c'était certain et Alisha n'avait pas la moindre idée de ce qui se tramait. Elle se releva de son siège, verre à la main pour aller faire un tour du côté des portes, dans l'espoir que cette vision lui apporterait des réponses. Mais avant d'arriver à hauteur, elle entendit une voix qu'elle reconnut bien vite. Aaron. Bah voyons. Il était toujours là lorsqu'il était question de drames en tous genres... Et en plus, il était extrêmement poli. Son beau frère tout craché. Alisha tenta un maigre sourire vers les gens qui se retrouvaient à côté d'elle, un peu surpris de la réaction de Winston. Quel tact, c'était certain.

"On t'a pas appris la politesse chez les Winston? T'es partout où la tragédie passe, on dirait... Bon, c'est quoi ton plan à part crier sur tout le monde? Peut être que se calmer, appréhender la situation et comprendre avant de partir dans tous les sens, ça nous aiderait, non?"

A vrai dire, Alisha n'en savait fichtrement rien. Elle regardait tour à tour les inconnus autour d'elle, espérant peut être que l'un d'entre eux aurait une solution miracle. Alisha, elle, n'avait qu'une envie, c'était d'aller siroter sa boisson dans un coin. Sauf que ce n'était plus une option maintenant qu'elle comprenait qu'ils étaient probablement tous en danger. Le tic tac était là. Et il ne faisait que retentir plus fort... A moins que ce ne soit un effet de son esprit? Allez savoir...
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Dim 2 Mar - 21:44

Sev était tranquillement assis dans le siège du patron du bar, les pieds sur le bureau quand celui-ci entra. Il aurait pu avoir l'air furieux que son employé pique sa place et squatte son bureau. Hors Sev était un riche trafiquant et utilisait ce boulot comme simple couverture. En gros, le patron du Alibi avait plus à y gagner en laissant le Russe faire ce qu'il veut. Du coup, il lui donna l'enveloppe en lui demanda de retirer ses pieds du bureau tout de même. L'unique réponse de notre vilain Russe fut un magnifique doigt d'honneur qui voulait clairement dire "j't'emmerde !". La lettre rouge était une invitation pour la Saint Valentin. Pfff, qu'est-ce qu'il s'en fichait royalement ! Les sentiments... il ne connait pas. D'un autre côté, c'était un bon moyen pour ce faire une fille facilement le soir du 14 Février. Plus tard dans la journée, June passa au bar pour se faire payer à boire par son ami et parler de la même invitation. Du coup, ils allaient se rendre sur les lieux tous les deux.

Le jour-j, notre camarade russe attendit son amie dans la rue. Il n'avait pas fait un grand effort pour se vêtir. Il avait un jean de marque très chic, le genre qui fait plus de cinq cents dollars, une chemise blanche et un veston noir par-dessus pour faire encore plus classe. En guise de veste, il avait son éternelle veste en cuir ou une arme était bien entendu cachée dedans. Le duo arriva à l'adresse indiquée, une sorte de restaurant haut de gamme. Ouais, c'était sympa. Au premier regard, il vit des jolies filles. Ho, c'est qu'il risque de remplir son carnet d'adresse. "Tu sais quoi June, on a bien fait de venir ! Ce soir, je vais être comme le roi du pétrole ? A ton avis, je peux m'en faire combien ?" demanda-t-il pour s'amuser. Il alla vers le bar pour prendre un verre tout en affichant un grand sourire à une jeune femme très séduisante muni d'une paire de sein très sympathique à regarder. Avant qu'il ne l'aborde, de l'agitation se fit entendre et la demoiselle s'en alla. Eh merde, putain ! Qui est le con qui vient de lui faire perdre sa première cible ! Nan, mais lui il va se prendre des coups sur la gueule. Un peu remonté, il alla vers la porte qui était fermé et personne ne put l'ouvrir. Puis quelqu'un cria à la bombe et une nana proposa de défoncer la porte. Ceci fit rire Sev. Nan, mais qu'est-ce que c'est que cette soirée de merde ? Par la suite, un gars à l'allure friquée ordonna à tout le monde de se taire d'une manière très peu polie et en contradiction avec son look. Comme quoi les riches ne sont pas tous bien éduqué ! Sevchenko décida de se rapprocher du bar et le tic-tac ne lui échappa pas. Sans demander la permission, il sauta par-dessus le bar sous les yeux des tout le monde. "C'est bon ! Je ne vais pas dévaliser la caisse ! Arrêtez de me regarder comme un voleur !" lança-t-il avec son accent russe. Sans plus attendre, il se mit à chercher sous le bar d'où provient le son qui fait peur aux gens. Un carton fermé se trouvait entre plusieurs caisses de bouteille vide. Le son semblait provenir de la boite. "Je crois que j'ai trouvé !" s'exclama-t-il avec un petit sourire. D'ailleurs, il devait bien être le seul à sourire en ce moment. Le Russe se saisit de la boite et la posa sur le comptoir sans y apporter plus de douceur. Si c'était une bombe, ça devait être de l'artisanal de bas de gamme, donc il ne devait pas y avoir de liquide sensible aux mouvements pouvant tout faire péter. "Je crois qu'il faut ouvrir la boite !" Beaucoup de gens reculèrent complètement effrayés, d'autres affichaient clairement leur refus d'ouvrir la boite. Mais vous savez quoi, Alenko lui il en a rien à foutre. Ce mec marche uniquement à l'adrénaline et si en plus il peut faire chier le monde, il est aux anges ! C'est avec un grand sourire, qu'il posa ses mains sur le couvercle de la boite en carton et qu'il le soulevant en s'écriant : "BOOM" et la moitié de la salle sursauta et hurla de terreur.

[désolé pour le retard, j'avais pas vu que c'était mon tour !]
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Sam 15 Mar - 3:07

« Mais.. les bombes ne font plus tic-tac » et elle crevait d’envie de claquer des doigts en pointant le jeune homme de l’index pour hurler qu’elle approuvait. Ca ne faisait plus de bruits normalement, ces trucs-là, ou alors on se retrouvait perdu dans un dessin-animé en noir et blanc, au milieu d’une action située dans un wagon, à la mode d’un vieux disney. Ou dans Peter Pan, comme le souligna intelligemment, ou presque, une autre des personnes enfermées. Bien que peu encline à afficher un sourire, boudeuse de renommée, surtout fâchée d’être coincée ici, Carrey laissa afficher un sourire, et se força à ravaler son rire en posant sa main sur sa bouche. Ce n’était pas forcément le moment idéal pour s’esclaffer mais cette jeune fille avait de quoi amuser le plus coincé des moines, enfin pas tous apparemment puisqu’un abruti poussait tout le monde en vociférant, ce qui n’arrangea pas tellement la situation. Il fallait se concentrer. S’écartant un peu, l’américaine essaya de se remémorer de ce qu’on lui avait appris pendant ces heures, ces jours, ces mois, au FBI pour former les recrues. Ne pas céder à la panique. C’était peu son habitude, parce qu’elle était déconnectée en temps normal et que réagir avec logique c’était loin d’être dans ses habitudes. Mais elle fut coupée dans ses pensées par la voix de l’énergumène qui ordonnait à tous de « fermer leur gueule ». Plissant les yeux, elle retint une injure et ravala sa réflexion pour en ressortir une moins.. acide ? Et si au lieu de beugler comme un porc qu’on abat vous la boucliez vous aussi, pour laisser les gens aptes à la réflexion de penser à un plan !, agacée, elle se tourna vers celle qui ne manquait pas non plus de répondant, et qui devait avoir un lien de famille avec le premier pour lui sourire d’un air entendu. Elle marquait un point. Enfin quelqu’un avec un peu de jugeote.
Etrangement, elle commençait à apprécier cette sortie. Il lui semblait trouver un divertissement à la hauteur de ses attentes dans cette ambiance tendue, bercée par le bruit d’un tic-tac incessant, cernée par l’attente de quelque chose qui n’avait pas l’air de venir. Ils avaient peut être eu raison sur son dossier; surement qu’elle était instable. Carrey afficha un léger sourire et eu la même idée qu’un des hommes du bar: chercher la source du bruit, aussi elle s’arrêta en chemin quand il la prit de vitesse pour sortir dessous le bar avec une boite. Elle sentit l’impatience et la curiosité lui faire vibrer le squelette alors qu’elle s’approchait, au contraire de certain qui reculaient. On l’avait formé assez longtemps pour lui faire oublier de raisonner comme un citoyen lambda et prendre ses jambes à son cou face au danger. Les cours de déminage avaient toujours été les plus intéressant d’après elle, même si elle s’était toujours mieux débrouillée dans les autres. Ouvre-la alors, souffla-t-elle en se plaçant de l’autre côté du comptoir, penchée sur le côté pour observer les contours du paquet, ne remarquant rien qui pourrait pousser à la laisser fermer. Et puis finalement, comme l’avait fait remarqué le jeune homme plus tôt; les bombes ne faisaient plus ce genre de bruit depuis bien longtemps maintenant. Alors qui que fut ce farceur, ce n’était rien d’autre qu’une blague, sans doute. Elle était encore penchée quand l’homme face à elle souleva le couvercle non sans crier, pour faire sursauter tout le monde. Carrey se redressa pour le dévisager d’un air consterné avant de sourire légèrement pour attraper le reste de la boite et la tirer vers elle.
Ca devenait clairement excitant et elle commençait à avoir du mal à montrer une neutralité sans failles. Elle trouvait enfin ce qu’elle avait cherché en essayant d’entrer au FBI, et bien que l’idée de jouer aux héros était très loin derrière elle, Carrey désirait mettre au service des autres, ce qu’on lui avait enseigné. Et puis, apparemment, ils n’étaient que deux assez courageux pour approcher l’objet. Délicatement, elle glissa la boite vers elle et jeta un oeil dedans quand un nouveau bruit retentit dans la salle. Apparemment, la Saint Valentin n’était pas uniquement propice aux amourettes et aux déclarations pour certains.

hj: sorry pour le retard les canards
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Jayden N. Blackwood
• Membrounet serial complexé, spécialiste de la virginité •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 391
ϟ Arrivée à Boston : 05/01/2014


MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Dim 16 Mar - 22:22

Trop concentré sur le tic-tac qui retentissait dans la pièce, Jayden ne pensa même pas à s’affoler quand Indiana s’agrippa à lui. Pourtant d’habitude, un contact physique avec une jolie fille, ça l’aurait mis dans tous ses états, le petit anglais. Il fallait croire qu’il y avait certains trucs efficaces pour calmer les hormones ; la conviction d’être sur le point de mourir dans d’affreuses souffrances, par exemple.
Le contact ne dura de toute façon qu’une fraction de secondes, puisque la belle brune s’improvisa soudainement chef d’une guérilla contre les portes du restaurant, remplie d’un aplomb qui le laissait admiratif. Pourquoi était-il si foutrement incapable de s’affirmer comme ça ? Il aurait donné tellement pour avoir autant d'assurance! Mais apparemment, cela n’avait impressionné que lui ; d’ailleurs, un espèce de roux-beau-gosse-en-costume-au-prix-indécent avait hurlé à l’assemblée de se la fermer, et une femme, pour qui Jayden senti un élan de gratitude, s'empressa de l'envoyer bouler. C’était presque drôle, en fait ; ils étaient pris en otage, mais il y en avait encore qui étaient capables de s’envoyer des piques juste comme ça, pour la forme. L’être humain est vraiment un animal fascinant.

Tremblant de tous ses membres, le jeune Blackwood se décida enfin à quitter sa chaise, inspirant de grandes gorgées d’air dans une tentative désespérée pour se calmer. Qu’est-ce qu’ils étaient censé faire, dans un moment pareil? A part évacuer, bien sûr – ce qui était, à l’évidence, impossible. Qu’aurait fait Jacob à sa place ? Mais si, Jacob... le héros de son dernier roman. Ah, oui... il est peut-être utile de préciser que le jeune homme n’avait tellement pas de vie qu’il s’inspirait de celles qu’il inventait. Et Jacob était fort, Jacob était intelligent, il aurait eu la solution, c'était évident. Il aurait probablement dit à tout le monde de couper les téléphones. Ouais, il aurait fait ça, c’était certain ; si les bombes réagissaient aux ondes radio, il fallait les limiter au maximum. Mais d’un autre côté, si les explosifs étaient assez obsolètes pour faire tic tac, les chances qu’elles disposent d’une telle technologie laissaient rêveur. Dans ce cas, Jacob aurait peut-être dit de se cacher sous les tables, aussi, c’était sûrement une bonne idée. Faire une espèce de barricade qui les protégerait un peu du souffle de l’explosion. Sauf que si l’explosif était assez puissant pour faire exploser toute la pièce, c’était vain. Non, il fallait se rendre aux évidences ; Jacob n’existait pas, et il n’y avait rien qu’ils puissent faire pour se protéger, ils étaient pris au piège.

Une espèce de crétin à l’accent russe décida que l’occasion était rêvée pour se donner en spectacle, brisant les réflexions incohérentes de Jayjey. Et là, la scène devint absolument surréaliste. Il sorti un carton qu'il pensait être l'origine du bruit, le secouant sans ménagement, et s’apprêta à l’ouvrir. « Non-non-NON-NOOON ! » Il était trop tard, l'homme avait retiré le couvercle. Jayden, se protégeant tant bien que mal le visage derrière ses bras, attendit le choc… Mais rien. Rien d'autre que le rire du mec, en tout cas. Il rouvrit alors les yeux, et sans réfléchir une seconde, laissa sa colère le porter jusqu'au Russe. « PUTAIN mais faut être vraiment con ! Pourquoi des mecs assez intelligents pour attirer et enfermer une dizaine de personne dans un restaurant foutraient leurs explosifs dans une boite à portée de main ? ET SURTOUT POURQUOI TU SECOUERAIS LA BOITE EN QUESTION SI CE N'EST POUR NOUS MONTRER A QUEL POINT T’ES ATTARDE ?!!! » C'était sans doute la peur, qui le faisait réagir comme ça, parce qu'aucun de ces mots ne lui ressemblait. Il eut soudain envie de frapper ce type qui croyait drôle de se foutre d'eux alors que leurs vies étaient en danger, jusqu’à ce qu’il se rappelle que c’était juste une armoire à glace capable de le broyer d'une pichenette ; et puis, il réalisa qu’il venait de beugler comme un autiste et que tout le monde avait les yeux braqués sur eux. Il espérait avoir parlé au nom de tous, mais après tout, rien ne disait qu'ils étaient du même avis... Ouais, peut être même que c'était lui au fond, le crétin, et qu'ils n'éprouvaient pour lui que du dédain, à travers leurs regards. Il fallait que sa phobie sociale s'en mêle - c'était un cauchemars, ce n'était pas possible autrement...
Mais l'attention collective fut détournée par le nouveau bruit venant s'ajouter aux tic-tac, et Jayden écouta, incapable de savoir ce qui les attendait. Rien de beau, c'était sa seule certitude...  
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Sons of Liberty
• Admin •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 160
ϟ Arrivée à Boston : 09/11/2013


MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Mar 18 Mar - 20:23


Intrigue février, sujet number one





Tic ! Tac… Tic… Tac ! Ce bruit retentissant n’a pas cessé, malgré l’ouverture de la boîte. A l’intérieur, une minuterie. Les chiffres, numériques, défilent vers le bas. Il ne reste plus qu’une minute avant que ce défilement n’atteigne le 0. Les portes ne s’ouvrent toujours pas… Tout est clos… Le défilement continue, sous les yeux impuissants de Sev et Carrey, les deux inconscients qui ont ouverts la boîte. Et soudain, les lumières s’éteignent. Le défilement continue, 3… 2… 1… 0 !

Pas de boom. Pas de porte qui s’ouvre brusquement. Rien du tout… Sauf un écran qui s’allume soudain sur l’un des murs. Dessus, se déroule le drame du restaurant… Les Sons menacent ces gens, qu’ils connaissent pour la plupart. Qu’ils aiment pour certains… Les minutes coulent, pendant que le film est diffusé et soudain plus rien… Le noir complet. Et le silence, oppressant. Est-ce tout ? Les portes se sont elles ouvertes ? Pas le moins du monde, mais une voix retentit soudain dans la salle. Vous croyez faire partie des chanceux n’est ce pas ? Si les Sons sont là bas… Ils ne sont pas ici… Et si votre voisin n’était pas celui que vous pensez… Parmi les invités, se cachent des Sons, femmes et hommes, mais qui sont ils ? Peut être n’êtes vous pas autant à l’abri que vous le pensiez…


Fonctionnement :
+Comme vous êtes pas mal nombreux dans le sujet, un ordre de passage a été instauré, mais y a pas de soucis pour le changer si vous vous arrangez entre vous :
Indiana, Sev, Scarlett, Caleb,Carrey, Jayden.

+Pour chaque réponse il vous sera demandé un maximum de 800 mots, pas plus, histoire que les sujets restent rapides.
+Si quelqu'un n'a pas répondu, son tour sera passé après deux jours sans réponse.
+Le mj peut intervenir quand bon lui semble, ses interventions sont à prendre obligatoirement en compte.
+Pour plus d'explication sur la vidéo, rendez vous ici!

(c) kusumitagraph'
Revenir en haut Aller en bas
http://sons-of-liberty.forum-canada.com




avatar

Indiana O. Keynes
• Membrounet bipolaire, spécialiste de la désinhibition •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 162
ϟ Arrivée à Boston : 05/01/2014


MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Jeu 20 Mar - 10:54

Bon, quand Indie a eu la géniale idée de vouloir défoncer la porte, elle ne pensait pas que sa proposition ferait un gros bide. Ni qu’elle se ferait rembarrer par une brute impolie, qui non content de l’humilier publiquement, la bouscule pour ensuite lui gueuler dans les oreilles. Du coup, toute l’euphorie de la brunette retombe, et elle croise les bras d’un air boudeur pour esquisser une grimace en singeant l’insolent d’une voix débile « Ecartez-vous mademoiselle, nia nia nia nia » Elle se tourne vers Jayden pour lui demander pour qui se prend cette armoire frigide en costard, mais elle en a à peine le temps puisqu’une demoiselle qui semble connaître le type en question prend la peine de l’engueuler comme un enfant. Indie l’encourage comme elle peut, et elle finit par lever son majeur en direction du bonhomme en lui tirant la langue, puis en articulant sans parler un bien fait mérité. Non mais !

En attendant ils ne sont toujours pas bien avancés pour cette histoire de tic-tac, mis à part que depuis que le mot bombe a été prononcé on se demande bien par qui, toute l’assemblée semble frissonner de peur et s’agite nerveusement en chuchotant dans tous les sens. La brunette pose les mains sur ses hanches et balaie la salle du regard. D’habitude, y’a toujours deux ou trois super-héros qui débarquent pour sauver la populace d’une situation improbable. Mais au lieu de Superman et son slip rouge, on a le droit à un russe qui saute par-dessus un bar sans oublier de le salir avec ses chaussures. Indie plisse le nez, heureusement que personne ne fait ça chez elle, elle serait déjà morte de quinze attaques cardiaques à répétitions. Elle donne un coup de coude à Jayden en désignant le blond qui s’affaire à chercher une boîte. « Eh, il est pas mal lui, hein, qu’est-ce que t’en penses ? Allez, avoue-le, t’aimerais bien le mettre dans ton lit. » Au vu de l’air paniqué du grand brun, elle soupire doucement en observant la suite des évènements. « Des fois j’oublie que t’es encore vierge, c’est chiant quand même cette histoire de virginité. Eh regarde ils ont trouvé la bombe ! » Une jolie brunette qui a l’air d’avoir un sacré caractère a rejoint le russe, et voilà que maintenant elle l’incite à ouvrir la boîte. Lorsque le russe crie, tout le monde recule, des gens hurlent,  d’ailleurs Jayden manque de se pisser dessus à côté d’elle. Indie, elle, elle se marre bien, parce que franchement fallait oser la faire celle-là. Elle se précipite jusqu’à eux et se hisse sur la pointe des pieds pour tenter de voir ce qu’il y a dans la boîte. Sauf qu’à ce moment précis, la salle est plongée dans l’obscurité. La brunette râle. « EEH mais qui a éteint les lumières ? C’est pas le moment de jouer à cache-cache, je vous signale qu’on a une bombe entre les mains ! Ben d’ailleurs elle va bientôt exploser. » ça l’amuse plus qu’autre chose en réalité, parce qu’Indie elle est pas toute là, elle est dans son bel univers et c’est pas un détonateur qui affiche bientôt 0 qui va la sortir de son monde. « C’est comme dans les films ! Cinq, quatre, trois, deux, uuuuun, ZERO ! » La foule sursaute de nouveau,  mais encore une fois il ne se passe rien. Les portes sont toujours bel et bien closes, et l’électricité n’est pas revenue. Ah, si, un écran s’allume, au fond de la pièce. Les têtes pivotent en sa direction, et une lueur d’incompréhension passe dans les regards. Soudainement, une drôle de scène se déroule sous leurs yeux ; il semblerait que dans un autre restaurant, d’autres personnes se soient faites piégées, sauf qu’eux sont en train de subir une terrible attaque. En fond sonore, une voix glaciale s’élève, martelant sévèrement qu’il est possible que les invités qui sont ici ne soient pas de simples individus piégés. Sous le regard impuissant et horrifié des personnes présentes aux côtés d’Indiana, là-bas, de l’autre côté de l’écran, une dizaine d’inconnus sont blessés, terrorisés. Des inconnus ? Loin de là. Dans le brouhaha qui règne dans le second restaurant, elle distingue très clairement une voix qui lui est familière. Sa gorge se serre soudainement. Qui d’autre que Zeke pour trimballer une caméra dans un restaurant et se retrouver forcé à filmer un tel évènement ? Elle a un réflexe stupide, celui de se précipiter vers l'écran en s'égosillant. « ZEKE ! ZEKE TU M'ENTENDS ?!» Etrangement, la soirée n’est plus aussi drôle, et les sourires se sont effacés. La brunette peine à respirer. Ce ne sont pas des inconnus qu’ils regardent, ce sont des personnes chères, et surtout, des personnes pour qui on ne peut rien faire. Vraiment ? Indie se remémore les paroles de la voix. « Mais bougez-vous, il faut faire quelque chose ! » C'est limite si elle devient pas hystérique, faut dire qu'elle est jamais très calme alors dans cette situation on vous laisse imaginer son état. Les larmes lui montent aux yeux, et elle articule d'une voix de gamine en pleurs.« Il y a des responsables, dans cette pièce. Ce sont eux qu’il faut trouver pour les sauver. »  Nerveusement, elle avale une de ses pilules magiques qui l’aidera à se détendre. Elle rejoint Jayden puis balaie la salle d’un regard méfiant. A qui peut-on réellement faire confiance, ici ?

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

+ Remember how beautiful you are +
Rappelez-vous qu'à travers l'histoire il y eut des tyrans et des meurtriers qui pour un temps, semblèrent invincibles. Mais à la fin, ils sont toujours tombés. Toujours. + Mahatma Gandhi            unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Dim 30 Mar - 21:08


Contrairement à ce que certaines personnes peuvent penser, Sev n'est pas un crétin. C'est juste un mec qui aime délirer de bien des façons. Et puis, en plus de ça c'est un Russe et les Russes sont bien connus pour avoir ce petit grain de folie que les autres n'ont pas. C'est peut-être à force de boire de la vodka tout le temps, ça doit atteindre leur cerveau et les rendre un peu plus fou. Pour lui, ça avait été tout naturel de bondir par-dessus le bar pour partir à la recherche de cette fameuse bombe. De toute manière, personne n'avait bougé son cul pour chercher si s'en était une. Lui, au moins il avait eu les couilles de le faire. On dirait bien que c'est le seul homme de la salle à avoir des "corones" digne de ce nom. Cette pensée le fit sourire, ravi de constater qu'il est bien un homme qui en a dans le paquet. Une femme c'était montrée également courageuse pour venir à la recherche du "tic-tac". Manque de chance pour elle, il avait été bien plus rapide. De même, il n'attendit pas bien longtemps pour retirer le couvercle de la boite tout en criant "boom" pour faire peur aux gens. Plusieurs personnes le regardèrent avec un regard indigné et un gars vint lui crier dessus comme s'il en avait quelque chose à foutre. Les américains n'ont vraiment pas le sens de l'humour, c'est triste de voir ça. Tout ce qu'il voulait lui, c'est détendre un peu l'atmosphère. "Et pourquoi des connards auraient mis une boite qui fait "Tic-tac", si c'est pour qu'elle soit repérée rapidement ? Réfléchie un peu, il n'y a que dans les films que les bombes font du bruit. Et puis, s'il y a vraiment ce genre d'engin ici et que des terroristes veulent nous tuer, ça arrivera ! Alors pète un coup et arrête de stresser !" lança Sev sans être des plus sympathique avec le môme. Quitte à mourir, autant le faire avec le sourire non ? Son regard se tourna vers la boite et son contenue ou il y avait bien des chiffres qui défilaient. Il vendait assez d'arme pour deviner du premier coup d’œil que ça n'avait rien d'une bombe, même artisanal. Pas de C4, pas de fil qui partent dans tous les sens mais un autre type de dispositif qui n'avait rien à voir avec de l'explosif. Quand les chiffres tombèrent à zéro, la lumière s'éteignit et un écran diffusa des images d'un autre lieu. Le Russe s'en fichait pas mal, la lumière de l'écran lui permit d'attraper une bouteille de vodka dans le bar et de l'ouvrir pour en boire une gorgée. Puis, il s'assit sur le comptoir tout en continuant de regarder le spectacle. Ceci ne le choquait pas. Il était lui-même l'auteur de ce genre d'attaque bien que ça se soit le plus souvent passé dans des commissariats ou des entrepôts ou il faisait ses ventes. La salle se mit à pâlir, des chuchotements terrifiés s'élevant à la vue des images toujours plus choquante. Puis, une voix indiqua que les gens présents n'étaient peut-être pas qui ils prétendaient vraiment. Un sourire s’afficha alors sur le visage de Sev. Des sons présents... oh, il a peut-être la chance de trouver de futur client en live.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Ven 4 Avr - 18:38

Intrigue février
Au milieu des Sons !


La saint valentin en solitaire. La Saint Valentin à chercher à faire en sorte que ça se passe au mieux possible.. Ouais, bah quand on est célibataire, ce n'est pas génial, encore moins quand on se retrouve toute seule mais que l'on aime quelqu'un. Les choses n'ont jamais été évidentes, les choses se sont toujours réellement mal passées. Et elle aurait beau faire de son mieux, ça ne voudrait pas dire que ça l'aiderait mieux à gérer la situation hein, au contraire même. Mais bon.. Elle était prête à faire de son mieux pour que ça se passe comme elle le voulait. Elle avait laissé Lucy à la maison, et maintenant.. Elle en était plutôt contente. Quand les lumières s'étaient éteintes, quand elle s'était retrouvée coincée alors qu'un message annonçait qu'il y avait des Sons dans le coin. Rien de bien rassurant et elle avait beau regarder tout autour d'elle, rien ne semblait lui laisser penser qu'il pouvait y avoir le moindre Fils de la liberté, dans le coin. C'était flippant, dans un sens, de se rendre compte qu'il y avait des gens ici, près à faire du mal aux inconnus qui les entouraient. Elle n'était pas quelqu'un de violent, mais en fin de compte, elle aurait bien aimé être chez elle, avec sa fille. Elle aurait voulu ne pas avoir à supporter le comporter d'un abruti ou en tout cas, à l'heure actuelle, d'un groupe d'abrutis persistant à croire que ça allait arranger les choses. Elle s'approcha d'une enfant, terrorisée, et en larmes. C'était à se demander déjà, à la base, ce qu'elle pouvait bien faire là. Et surtout, où pouvait se trouver ses parents ? pourquoi est-ce que personne ne semblait véritablement s'intéresser à cet enfant ? C'était.. A ne plus savoir quoi dire, ou faire. C'était même.. Assez fou, en réalité. Mais il était absolument hors de question pour elle de se faire leurrer, hors de question pour elle de laisser tomber cet enfant. Elle serait là pour elle, quoi qu'il se passe. "Tu n'as pas à avoir peur, où sont tes parents ?". L'enfant ne disait rien. Et dans le brouaha et dans le bordel qu'il pouvait y avoir ici et dans la peur de chacun, il allait falloir mettre un peu d'ordre.. Et elle n'était pas faite pour ça.


Dernière édition par Scarlett Blueberry le Dim 6 Avr - 13:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Caleb Richardson
• Modo requin, spécialiste du chantage cochon. •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 133
ϟ Arrivée à Boston : 24/02/2014


MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Sam 5 Avr - 10:15


Quelle idée avais-je eu de venir me joindre à la foule en ce jour de saint-valentin. Mais qui ne croit plus vraiment à l'amour, c'est vraiment une horreur. Je n'avais pas envie d'être avec ma femme, j'avais envie d'être avec Liam au contraire, mais celui-ci ne veut visiblement pas de moi puis ça reste quand même un de mes plus gros secrets, je ne pouvais pas prendre le risque de le crier haut et fort. Je pensais quand même au jeune homme durant quelques minutes. Je n'avais d'autre chose à faire. Enfin jusqu'au moment où j'entendis ces bips pour ensuite entendre comme les autres une voix avant que les lumières ne s'éteignent. Et c'est reparti pour un tour les Sons sont de retour (pour nous jouer un mauvais tour), je ne sais même pas ce que je dois en penser, j'aurais très bien pu faire partie de leur groupe, rien que pour ennuyer le monde, mais vu que je m'en fiche royalement ça aurait quand même été délicat de me fondre dans leurs délires si on peut dire ça comme ça. Le noir m'ennuyait un peu, puisque je n'y voyais rien du tout, mais il ne fallut pas tellement longtemps pour que mes yeux s'habituent. Je regardais les personnes présentes autour de moi, certaines étaient paniquées par contre je ne compris pas vraiment la remarque de la rousse. Je haussais un sourcil restant un peu de marbre fasse à tout ça. Il eut un petit soupire. « - Il ne manquait plus que ça pour faire vivre ma soirée. Je vous remercie moi qui m'ennuyais à mourir. Pour une fois, vous m'avez été utile les gars. » Je tournais une fois sur moi-même ne sachant pas vraiment à qui je devais m'adresser mais je sais qu'on m'entendait c'est le principale. Je posais ensuite mon regard sur les simples gens comme moi. J'attendais maintenant la suite des événements.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


 When you will realize that the worst thing that happened to you in life is to meet me. Tell you that I have been your best match. I have taught you to be wary of you men like me but not to suffer for them. Look at me and told you that you will never have another man like that.

(c) Bloody Storm


Dernière édition par Caleb Richardson le Sam 5 Avr - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Jayden N. Blackwood
• Membrounet serial complexé, spécialiste de la virginité •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 391
ϟ Arrivée à Boston : 05/01/2014


MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one. Lun 14 Avr - 21:15

Quand Indiana, dans un cri déchirant, bondit en direction de l’écran, Jayden esquissa un geste pour la retenir, mais s’arrêta soudainement. Parce que sous ses yeux continuaient à défiler les images, et qu’il commençait peu à peu à piger un truc. Ce restaurant. Il connaissait ce putain de restaurant. Lochlann lui en avait parlé, il était censé y aller pour la Saint Valentin. Ouais, exactement. Ce soir-là. Le jeune Blackwood senti ses mains se mettre à trembler. Comme si ce n’était pas assez effroyable de savoir que la vie de Zeke ne tenait plus qu’à un fil, il était en train de réaliser que celle de son meilleur ami était peut-être menacée aussi.
Ses pupilles parcoururent l’écran avec angoisse, à la recherche du moindre signe qui pourrait lui indiquer s’il allait bien ou pas. Une voix, une ombre, n’importe quoi  qui le mette sur la voie...  Mais il ne vit rien, au milieu des cris et des pleurs, qui puisse indiquer sa présence. Cela ne laissait que deux options possibles : soit il n’était pas là-bas, soit il était… Non, non-non-non, ça ne pouvait pas être ça, c’était impossible. Il avait sans doute eu un empêchement, il ne devait pas y être allé et il était tranquillement chez lui, c’était sûrement ça. Il avait soudainement décidé que c’était pas si mal que ça d’être célibataire, ou bien, il avait déjà quelqu’un en vue…  Sa gorge se serra. Qui essayait-il de duper ? Lochlann le lui aurait dit, s’il avait eu quelqu’un en vue, c’étaient le genre de confidences que faisaient les meilleurs amis… Non ?

La voix d’Indiana déchira le vacarme ambiant, et les yeux bleus du jeune homme se posèrent à nouveau sur elle. Il n’aurait jamais pensé la voir un jour dans cet état, ses traits fins déformés ainsi par la souffrance. C’était sûrement ça, la peur, la vraie, vue de l’extérieur. Il l’avait déjà ressenti plusieurs fois, quand il sentait que le lymphome l’emportait sur sa vie ; mais jamais il ne l’avait vue sur quelqu’un d’autre - jamais comme ça. La jeune femme avala quelque chose avant de le rejoindre. Sans réfléchir, Jayden la prit alors dans ses bras, déposant un baiser sur son front. Ça lui était venu comme ça, instinctivement, comme un besoin de la rassurer, de se rassurer. Il la senti frissonner contre lui – ou peut-être était-ce lui – et il resserra son étreinte. « Ça va aller, t’inquiètes pas, Zeke va s'en sortir, il s'en sort toujours » Ses doigts s'égarèrent un instant dans ses cheveux, puis il s'écarta enfin, soutenant son regard avec force. « Tu m'entends? Ça va aller. » Il était loin d'en être convaincu, mais le répéter apaisait un peu sa terreur.
Il jeta alors un regard autour de lui, avec l'impression de découvrir pour la première fois les visages qui l'entouraient. Beaucoup avaient l'air tout autant horrifiés que lui, et avaient des réactions humaines, comme cette femme qui avait semble-t-il prit une enfant sous son aile, mais d'autres avaient l'air... tellement loin de tout ça. Est-ce que rire de la situation était quelque chose de normal? Et si c'était eux, les Sons infiltrés? Jayden refusait de le croire ; il avait toujours été fasciné par les Fils de la liberté... Mais ces mecs là ne le fascinaient pas... ils se contentaient de l'inquiéter.
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
• •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: Intrigue février, sujet number one.

Revenir en haut Aller en bas

Intrigue février, sujet number one.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boston Tea Party :: RPG-
Sauter vers: