AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

ZEKE&INDIE - Life's a joke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




avatar

Indiana O. Keynes
• Membrounet bipolaire, spécialiste de la désinhibition •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 162
ϟ Arrivée à Boston : 05/01/2014


MessageSujet: ZEKE&INDIE - Life's a joke Dim 9 Fév - 20:54

« POUSSEZ-VOUS, CHAUD DEVAAANT » La brunette zigzague à toute allure à travers les allées du supermarché dans lequel elle a l’habitude de faire ses courses. Les clients lui lancent des regards hostiles tandis que les enfants s’amusent de la voir passer suspendue à son caddie en se croyant sur un circuit de karting. « ECARTEZ-VOUUUUS ! » Elle allait plus avoir de voix à ce rythme là, mais ça la fait marrer, elle voit défiler les fruits et légumes devant ses yeux, et les pancartes multicolores qui affichent Promotions ! lui font tourner la tête, faut dire qu’elle est pas bien nette, elle aime pas faire ses courses quand elle est sobre, c’est hyper emmerdant et elle finit par péter un câble. Pis elle aime pas faire ses courses toute seule, c’est une sacrée corvée, alors aujourd’hui elle a réussi à traîner Zeke dans une grande surface. Elle a du y mettre du sien, elle lui a même promis de lui acheter de l’after-shave et des pansements en échange, persuadée qu’il n’y a pas plus belle récompense au monde. Après l’avoir harcelé pendant des heures ce matin, il avait finalement cédé pour le plus grand bonheur d’Indiana. Elle a pas choisi au hasard dans son répertoire, nan, si elle a décidé d’emmener Zeke c’est parce qu’elle sait qu’avec lui elle risque pas de se faire chier. Ils achètent tout et n’importe quoi, sans même penser à faire une liste, ils ouvrent tous les paquets de gâteaux et se goinfrent en cachette en buvant du Coca avant de tout reposer comme si de rien n’était. Ils poussent tout le monde en caisse en faisant croire qu’Indie est enceinte ou que Zeke est aveugle, ils ne font qu’une bouchée des produits posés sur les présentoirs de dégustation, bref ils se comportent comme des gamins et ne s’en lassent pas. Du coup, y’a pas meilleur compagnie que lui pour faire les courses.

D’ailleurs, il est passé où celui-là ? Elle s’arrête brusquement, manquant de renverser une mamie qui met trois plombes à choisir entre une boîte de cassoulet et une de raviolis. La vision floue et le cerveau à moitié décomposé, Indiana se lance à la recherche de Zeke, qu’elle pense avoir perdu entre le rayon surgelé et le rayon céréales. C’est lui qui poussait le caddie au début, mais quand ils ont pris de la vitesse il s’est étalé dans une pyramide de boîtes en carton et la brunette a continué son chemin sans se soucier du grand blond, convaincue qu’avec ses grandes échasses il allait finir par la rattraper, en mode bottes de sept lieues qui vont super vite. Elle gueule son prénom dans tous les rayons, d’un seul coup le magasin a l’air infiniment plus grand, et elle finit par se demander si il ne s’est pas barré sans elle, trop dégoûté d’être tombé pendant la course. Elle l’appelle sur son portable, pas de réponse. Elle arrête tous les clients qu’elle croise, leur demandant s’ils n’ont pas vu « une grande perche avec du foin en guise de cheveux qu’un coiffeur aurait bouclé » dans les parages, mais tous s’éloignent d’un pas pressé, agacés d’être interrompus dans leur circuit personnel, respectant scrupuleusement leur liste. Dépitée, elle finit par tourner en rond, observant désespérément son caddie pratiquement vide qu’elle va devoir remplir toute seule. Mes ses yeux sont instinctivement attirés par une couleur capillaire qu’elle connait bien, et elle reprend espoir en se lançant à la poursuite de la silhouette qui ne peut être que celle de Zeke. Sauf que, chose anormale, la silhouette est à proximité du rayons fruits et légumes. Qu’est-ce que Zeke foutrait au beau milieu des oranges et des patates ? Elle s’approche lentement, histoire de l’observer pour s’assurer que c’est bien lui. Elle hallucine pas non, Austeen est bien en train de contempler des courgettes. Un sourire illumine son visage quand elle le reconnaît pour de bon. Elle bondit vers lui en faisant sautiller ses deux tresses qui lui donnent l’air d’une écolière moyennement sage. « Zeke putain je croyais que t’étais parti ! T'es tombé du chariot et je t'ai plus vu, t'étais plus derrière moi, j'pensais que tu me rattraperais..» Elle le serre dans ses bras avec bonheur, comme si elle venait d’apprendre qu’on lui avait enlevé une tumeur au cerveau ou je ne sais quoi.  S’il la surplombe d’au moins une tête et demi, il est pas bien plus épais qu’elle, alors elle a pris l’habitude d’enserrer son torse sans se risquer à grimper jusqu’à son cou. Elle lève les yeux sur lui avec un air suspect. « C’est moi qui rêve ou t’es en train de parler à des légumes ? Non parce que si c’est le cas, t’as un sacré problème. » Petit à petit, elle se souvient du pourquoi c’était si urgent d’aller faire des courses. Ce soir, y’a une énorme soirée chez des amis à eux qui font une crémaillère, et ils ont demandé d’amener de quoi manger et boire à tous les invités. Elle consulte sa montre, c’est le milieu d’après-midi, ils ont le temps. Elle tire sur la manche du grand dadais. « T’as pris ta caméra ? Pitié, dis-moi que tu l’as prise, il faut que je fasse un reportage, j’ai une idée d’enfer. » Et pour mieux le convaincre, elle s’empare d’une courgette en guise de micro et entame un pseudo-reportage sur les coccinelles chinoises qui débarquent aux Etats-Unis et qui bouffent les coccinelles américaines. La brunette s’est carrément inventé un jingle qu’elle ne se lasse pas de chanter à chaque fois qu’elle est filmée. Elle marche en même temps pour se donner un genre reporter sportif au cœur de l’action, et ne se soucie pas de savoir si Zeke la suit, elle essaie déjà de repérer les clients qu’elle va interroger, préparant la question fatidique. « Que pensez-vous du manque de justice envers les coccinelles américaines ? » Elle s’arrête de temps en temps, attentive au moindre des conseils de Zeke, s’efforçant d’être le plus dans le cadre possible pour qu’on ne voit qu’elle.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

+ Remember how beautiful you are +
Rappelez-vous qu'à travers l'histoire il y eut des tyrans et des meurtriers qui pour un temps, semblèrent invincibles. Mais à la fin, ils sont toujours tombés. Toujours. + Mahatma Gandhi            unbreakable.


Dernière édition par Indiana O. Keynes le Mar 11 Fév - 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: ZEKE&INDIE - Life's a joke Dim 9 Fév - 22:07

Zeke était un gamin de vingt-quatre ans et ça n’étonnait surement plus personne de le voir faire le con en initiant une partie de PQ bowling en plein milieu d’une allée, tout ça pour essayer de faire tomber les sales gamins qui couraient partout dans son champ de vision. Pas plus qu’on arquait un sourcil en le voyant prendre un caddie dans le seul but de pousser une fille à l’allure surement aussi déjantée que lui, et prendre de l’élan pour tenter, sans doute, de lui faire passer le mur du son ou quelque chose dans ce goût-là. C’était pas non plus très rare de le voir se casser la gueule, parce que même s’il avait de grandes jambes, y avait forcément des moments où l’hémisphère droit entrait en compétition avec l’hémisphère gauche et, donc, ses échasses perdaient le Nord, ou autre il était pas très bon en course d’orientation de toute manière, et s’entrecroisaient pour lui faire manger le sol. Plus jeune, il aurait surement éclaté en sanglots dans le seul but d’obtenir un truc en contrepartie, mais là il se redressait, hilare, en voyant Indiana poursuivre sa route, un doigt pointé sur elle, alors qu’il se pliait en deux. Les gens le dévisageaient à la fois consternés et inquiets, devant ce type aussi stupide qu’un gosse de quatre ans découvrant le fonctionnement d’une chasse d’eau. C’était presque ça au final. Parce que si Zeke avait toujours vu le moment de faire les courses comme une corvée, quand bien même Madame Austen finissait par lui offrir une figurine ou une friandise s’il avait été sage, avec cette nana-là ça devenait tout de suite le truc le plus délirant du moment. Et y avait pas beaucoup de gens qu’il trouvait aussi géniaux. Surement parce qu’il devait pas y en avoir partout. Une chance que sa route ait croisé la sienne non ? Sans doute. Frottant quand même ses genoux endoloris, Zeke reprit son chemin, en se penchant dans les différentes allées pour la chercher, son rythme cardiaque s’affolant à mesure qu’il réalisait qu’elle n’était plus dans le coin. Merde, le con, il l’avait peut être poussé si fort qu’une faille spatio-temporelle s’était ouverte et l’avait gobé. Indiana se trouvait peut être dans le passé, ou dans le futur allez savoir et il se l’imagina en train de courir - ou de rouler avec son caddie - tandis qu’une horde de tyrannosaures lui couraient après. Et merde, il était pas là pour filmer ça !
tapotant son sac dans son dos, il s’assura que sa caméra y trainait, entre autre, et s’attaqua à une partie de la surface qui le fascinait toujours autant. Les fruits et légumes.

Pourquoi ? Parce qu’il avait jamais compris le système de rangement, et quand bien même il avait pas de TOCs, il rêvait de se retrouver enfermé dans un supermarché juste pour réorganiser les trucs. Un peu taré ? Si peu. Attrapant une salade, il l’observa comme si elle venait de lui raconter un énorme bobard et la reposa en faisant mine de s’intéresser aux tomates, l’air du mec leur faisant passer un casting, la vieille à côté de lui le dévisageant d’un air assez surpris. Prenez pas celle-là madame, j’l’ai vu fricoter avec un poivron, elle va vous apporter que des pépins, croyez moi, et il lui tapota la main pour qu’elle relâche la pauvre innocente, s’éloignant sans prendre le temps de voir si la vieille le prenait pour un abruti ou juste un malade mental. Bras croisés, il s’arrêta devant l’étale suivant, visiblement fasciné quand il sentit des bras enlacer son torse, et baissa les yeux pour reconnaître le crâne d’Indiana et sa voix, enroulant son bras autour de son cou, souriant. Moi j’ai cru que tu t’étais retrouvé à l’air préhistorique, t’as rencontré Cromagnon ? Parait qu’il est du genre bougon mais pas trop méchant au final. Ou alors t’as été voir des indiens, parce que t’as une plume dans les cheveux, encore heureux que tu l’aies pas dans l’cul, j’me serais inquiété là, et riant à moitié il lui retira une petite plume avec laquelle il s’amusa pour lui chatouiller le bout du nez et l’oreille. Continuant son jeu, il secoua la tête, c’est la patate, elle m’a pris pour une poire en m’agressant, du coup j’lui expliquait un peu que si elle continuait de se monter le citron j’allais presser les haricots pour qu’il lui explose la pastèque. Et plus il s’enfonçait et plus ça le faisait marrer, même si ça voulait rien dire, même si ça n’avait aucun rapport, parce que s’il y avait bien une personne qui arriverait à suivre son discours de toute façon, c’était bien Indiana.

Glissant la plume derrière sa propre oreille, Zeke attrapa son sac pour sortir sa caméra et se mit à filmer sa partenaire, mort de rire en lui attrapant le bras par moment, pour lui éviter de se casser la gueule. Même si ça entrerait fatalement dans la catégorie des bonus. Oublie pas de parler du droit de votes des saumons de Texas ! Et le génocide des pamplemousses mexicains, parce que ça c’était franchement injuste! Regardant dans sa caméra, plus qu’alentour, souriant bêtement quand elle interrogeait des gens, oubliant sans doute la mission première de leur présence ici, parce qu’il avait déjà surement oublié l’heure du rendez-vous, qu’ils arriveraient en retard comme toujours, il finit par rentrer dans Indiana, maladroit avec les distances. On devrait trop lancer une chaine d’infos insolites, tu te rends pas compte du succès qu’on aurait; mes plans géniaux et ta belle gueule sur l’écran. On deviendrait riche poupée! Et encore un plan foireux, sachant que le dernier l’avait quand même envoyé en garde-à-vue.
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Indiana O. Keynes
• Membrounet bipolaire, spécialiste de la désinhibition •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 162
ϟ Arrivée à Boston : 05/01/2014


MessageSujet: Re: ZEKE&INDIE - Life's a joke Dim 9 Fév - 23:29

Le problème, c’est que lorsqu’Indiana est avec Zeke, elle peut rapidement s’enfoncer dans un délire sans fin et ça finit toujours par dégénérer. Une fois, ils s’étaient faits virer d’une soirée parce que le grand blond avait mis Indiana au défi de se suspendre au lustre du salon. A l’aide de tables et de chaises empilées, il l’avait soulevée pour qu’elle s’y agrippe, et à leur grand désarroi le lustre s’était détaché du plafond, les entraînant lamentablement dans sa chute. Les propriétaires de la baraque les avait menacés de porter l’affaire en justice s’ils ne payaient pas les réparations, et Zeke et Indie avaient quittés la soirée en se marrant comme des baleines, fiers de leur connerie et se félicitant mutuellement pour leur imagination débordante. Elle sourit quand elle l’entend parler de Cromagnon et d’indiens, elle sait pas du tout comment il en est arrivé là mais elle s’en fout, c’est pas l’important. T’façon elle se pose même plus la question, si elle devait essayer de comprendre c’qui se passe dans la tête de Zeke Austeen elle deviendrait folle et elle péterait un plomb. « Nan rien de tout ça, j’t’ai juste cherché partout mais t’étais planqué bordel, pourtant t’es pas difficile à trouver, mais tu vois t’as fini par trouver une bonne cachette parmi les.. asperges ! » Et elle se bidonne, les yeux qui pétillent et la main devant la bouche pour éviter de rire trop fort même si à ce stade là elle devrait plutôt pleurer devant son humour grotesque à propos de la taille de son compagnon. Mais non, le pire c’est qu’Indiana adore ses blagues, alors quand Zeke enchaîne là-dessus elle en peut plus, ça en devient limite ridicule mais elle rentre dans le jeu, proposant des jeux de mots encore plus débiles que ceux de Zeke, on vous l’avait pas dit mais ils font un concours. La pauvre, elle bégaie tellement elle se marre. « Ah o-ouais mais attends t’es sûr que tu m’racontes pas de salades là ? Nan parce que si c’est ça j’vais prendre un avocat ! » Et elle explose de rire, avant d’éternuer violemment sur une mamie qui choisissait ses tomates, chatouillée par la plume de Zeke, d’ailleurs elle sait pas d’où elle sort, y’a peut-être un canari qui a décidé de faire son nid dans sa tignasse. Elle agrippe la grand-mère par l’épaule en lui gueulant dessus. « Ouah désolée madame j’vous avais pas vue ! » et elle se barre avec sa courgette dans la main, suivie de la grande perche qui la filme mort de rire. Le truc c’est que quand son partenaire sort sa caméra, elle elle se sent plus pisser, faut dire qu’elle a longtemps rêvé d’être vedette de cinéma, alors forcément elle s’imagine que Zeke va devenir un producteur-réalisateur de malade et qu’elle sera son actrice fétiche, qu’elle sera adulée aux quatre coins du monde et qu’ils se baigneront dans des liasses de billets aux Bahamas habillés avec des pagnes et des noix de coco. Elle continue son manège, interrogeant les clients en les forçant à s’arrêter, les tournant face à la caméra pour que Zeke puisse avoir leur plus beau profil et elle repart de plus belle, écumant les rayons, changeant de sujet à chaque fois qu’elle croise un produit intéressant, se marrant aux propositions du blond qui doit probablement couvrir tout le son de sa voix sur la vidéo tellement il se bidonne derrière son écran.

Indiana s’arrête brusquement, sous le choc d’une idée insolite, avant de la voir se réduire en cendres par Zeke qui lui rentre dedans. Elle se retient de justesse à un étalage de yaourts aux fruits, s’égratignant lamentablement les mains. Elle n’y fait pas attention, elle a les yeux qui brillent. « Mais tellement, putain Zeke t’es un génie, on monte notre propre boîte, on fait des reportages sur les pandas albinos rejetés par leur mère et on passe à la télé sur des millions de chaîne ! » Elle bondit de partout, déjà impatiente de fouler le tapis rouge au bras du grand blond, faudra qu’elle mette des talons sinon elle sera ridicule, et elle imagine déjà à quoi ressemblerait leur émission. Elle s’approche de la caméra. « Je sais.. je sais ! L’émission s’intitulera.. On vous cache plein de trucs. Ou Les reporters de l’extrême. C’est bien ça ! » Elle fait des grands gestes, elle écoute l’avis de son compagnon, putain dans quoi ils s’embarquent encore ? De toute façon leurs conneries ne s’arrêteront qu’au moment où les vigiles les foutront dehors, et encore c’est pas sûr qu’une fois virés ils redescendent sur Terre. « J’ai une idée géniale ! » Généralement, ce genre de déclaration hystérique n’annonçait rien de bon. Elle s’empare de la caméra de Zeke avec douceur, parce qu’elle sait quand même combien il y tient, et elle vire les paquets de céréales qui trônent sur une étagère en bout de rayon pour pouvoir l’y poser. C’est pas une professionnelle mais elle arrive quand même à cadrer la grande allée principale dans laquelle se bousculent les caddies et les enfants. Elle fait signe à sa grande perche adorée de venir près d’elle, elle sait qu’il aime pas trop être devant la caméra mais tant pis pour cette fois. Elle met en marche la vidéo et articule avec un air concentré, s’efforçant d’être sérieuse parce que quand même faut être crédible. « Nous allons tenter une expérience EXCLUSIVE juste sous vos yeux. Nous allons partir du début de l’allée principale et nous allons courir jusqu’à la fin et faire l’aller-retour jusqu’ici, en chronométrant combien de temps on a mis. J’vous jure que personne a jamais tenté ça auparavant. » Elle se tourne vers Zeke, un grand sourire enfantin sur les lèvres. « T’as pigé ? Et comme ça on va aussi voir qui est le plus rapide entre nous deux ! » Elle lui tire la langue et va se placer au début de l’allée centrale du magasin, sous les regards ahuris des clients, essaie d’imiter Usain Bolt levant les bras au ciel et se met en position de départ de course en attendant sagement son compagnon. Elle déteste perdre, alors elle prévoit déjà de tricher, mais ça elle lui dit pas, sinon c’est pas du jeu. Pis il a des échasses à la place des jambes, alors faut bien qu'elle triche si elle veut gagner. Elle règle sa montre avant d’hurler à plein poumons. « A VOS MARRRQUES , PREEEEETS… » Avant de détaler comme un lapin en gueulant « PARTEEEEZ », fière de sa feinte.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

+ Remember how beautiful you are +
Rappelez-vous qu'à travers l'histoire il y eut des tyrans et des meurtriers qui pour un temps, semblèrent invincibles. Mais à la fin, ils sont toujours tombés. Toujours. + Mahatma Gandhi            unbreakable.


Dernière édition par Indiana O. Keynes le Mar 11 Fév - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: ZEKE&INDIE - Life's a joke Lun 10 Fév - 0:51

C’en était à un point où on pouvait se demander si on leur avait pas attaqué le cerveau à la javel, ou un autre détergeant voir avec tout les produits de vaisselles qui passaient et comme ils se trouvaient dans un supermarché y avait le choix sur la marque, parce que quand ils étaient tout les deux y en avait pas un pour rattraper l’autre. Sauf si Indiana se cassait la figure et que Zeke lui chopait les bras pour lui éviter de se casser le nez, ou de tuer un microbe - un gamin quoi - qui passait trop près à cet instant. Certains s’étaient même posés la question, à un certain moment donné, de savoir lequel des deux avaient une influence sur l’autre avant de rendre les armes en se rendant bien compte que si influence il y avait elle allait aussi bien dans un sens que dans l’autre, sans distinction, sans être plus forte d’un côté ou d’un autre. Quand Indiana avait une idée tordue, Zeke la suivait sans réfléchir, sans poser de questions parce qu’il lui faisait sans doute une confiance aveugle, même si c’était peut être pas franchement très sain. Et quand c’était dans son esprit à lui qu’un truc pas net germait, il pouvait être sur qu’elle serait derrière pour appuyer le truc, pour le tourner à sa sauce et on donnait plus cher de leur peau ensuite. Le supermarché, si c’était pas le premier, arriverait dans cette liste des quelques lieux où le tandem un peu foireux n’avait plus le droit de mettre les pieds, au risque d’être accueilli par des battes de base-ball ou des chiens agressifs sans doute élevés dans le seul but de leur bloquer une entrée. Peine perdue, ils trouveraient toujours un moyen d’entrer quelque part, de s’inviter à des soirées sans prévenir personne, de casser quelques vases importés de Chine, quelques assiettes en porcelaine en voulant se faire une partie de frisbee improvisée dans une allée de statuette en marbre, qui finissaient par tomber comme des dominos quand l’un tentait un touch down en récupérant une soucoupe, se prenant pour un joueur de rugby. C’était pas franchement le genre de duo qu’on voulait voir débarquer à sa soirée, sauf quand on les invitait, et sans doute que si on lui avait interdit de voir Indiana, Zeke serait devenu un peu plus accroc à la jeune fille qu’il ne l’était déjà. Parce qu’il trouvait en elle un écho à ses bêtises, qu’il retrouvait pas aussi bien, aussi déjanté, avec les autres, et pourtant JT ou Lee arrivaient juste après elle dans la liste des gens avec qui faire des duos casse-cous. J’suis sûr que t’as réfléchis un moment de la sortir celle-là, te fatigue pas le poids-chiche qu’y a sous ta crinière ma belle, ça serait dommage que tu te grilles le melon sur ça, terriblement moqueur, il lui tapota le crâne en tirant la langue, avant de récupérer sa plume pour l’ennuyer. Jamais à court ni de l’envie ni des gestes pour l’embêter. Si tu me fais un procès je te prends tout ton blé, il te resteras rien et t’auras pas besoin d’oignons pour pleurer. Tu veux vraiment patauger dans la semoule ? Et certainement que ça pouvait durer encore longtemps comme ça, sans compter l’attaquer de microbes d’Indiana sur la pauvre vieille que Zeke avait vu approcher du coin de l’oeil sans réagir. Eclatant de rire, pour la suivre dans son délire journalistique, non sans renchérir à ses bêtises, certains acheteurs les dévisageant d’un air clairement agacé. Sans doute qu’ils finiraient par avoir les oreilles chauffées par les mains de la sécurité, mais en attendant ils continuaient leur bêtise. Et puis se faire choper par des gars en uniforme ça lui faisait plus tellement d’effet et pas seulement parce que son père adoptif était un policier, mais aussi parce que de toute manière ça lui faisait toujours des trucs à raconter aux gens après coup.

Et en parlant de coup. Bousculant Indiana parce qu’elle s’était arrêtée trop brusquement pour qu’il ait le temps de freiner, Zeke fit quand même un mouvement dans sa direction pour la retenir mais elle s’en sortait comme une grande. Il aurait du se douter que son idée ne tomberait pas dans l’oreille d’une sourde, de toute façon elle imitait bien mieux la femme enceinte que celle atteinte de surdité, là où il imitait très bien l’aveugle. Atypique, complètement. Et celle des crevettes qui se prennent pour des homards, et se font rejetées par les deux camps, c’est un terrible fléau t’es pas au courant ?! Et il se marrait en la regardant bondir dans tout les sens, incapable de se calmer deux minutes mais c’était pas pour le déranger, on s’y faisait vite. Oh oh !!!!! Et il claquait des doigts en agitant la main devant elle, une idée sans doute géniale lui caressant les neurones encore fonctionnels qu’il lui restait. Les trucs de l’extrêmes qu’on vous cache! Et maintenant notre reporter de l’incroyable, Indiana ! lâcha-t-il, en lui arrachant sa courgette de la main pour parler dedans, la caméra toujours en main. Jusqu’à ce qu’elle la lui prenne, arrachant un air un peu suspect à Zeke comme chaque fois qu’on lui prenait son bien. Croisant les bras, il l’observa faire en se demandant ce qu’elle avait encore en tête, et un grand sourire se dessina sur ses traits, laissant les fossettes apparaître alors qu’il se frottait les mains l’une contre l’autre. Tu vas mordre la poussière liliputienne, cracha-t-il en se la jouant athlète de haut niveau, se frottant la narine du bout du pouce, en plissant les yeux avant de se redresser pour la voir partir avant la fin de sa phrase. TRICHEUSE! beugla le jeune homme avant de partir au quart de tour pour tendre le bras en la rattrapant, agrippant son bras en tirant la langue, avant de réaliser sa bêtise et de l’embarque en arrière alors qu’il lui fonçait dessus, se ramassant sur le sol avec elle, mort de rire, avant de lui tapoter l’épaule pour pointer des bouts de chaussures qui se dessinaient sous leur nez, allongés par terre. Je suis content de vous voir m’sieur. Faut l’arrêter elle, elle a triché. Déjà j’suis sûr qu’elle a triché au bac et en plus elle triche à la course, c’est clairement pas quelqu’un de confiance, j’me suis laissé abuser par ses tresses et sa bouille, regardez vous même.. faudrait être sans coeur pour pas craquer sur cette pauvre enfant. Son père l’a jamais reconnu. Iggy Pop, vous le connaissez ? Bha .. et il pointait le pouce vers la jeune fille, en roulant des yeux, le nez levé vers le type qui les dévisageait d’un air un peu fâché, les bras croisés. Devenir avocat; à rayer de la liste. Zeke était définitivement pas bon dans ses plaidoiries.
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Indiana O. Keynes
• Membrounet bipolaire, spécialiste de la désinhibition •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 162
ϟ Arrivée à Boston : 05/01/2014


MessageSujet: Re: ZEKE&INDIE - Life's a joke Mar 18 Fév - 22:59

Indiana ne se souvient même plus, ou à peine, du jours où elle a rencontré Zeke. Probablement à une soirée, ils sortent tellement qu’il n’y a que là qu’ils auraient pu se rencontrer. Une rencontre dans un magasin de fringues ou sur un site internet aurait été totalement atypique. Tout ce qu’elle sait, c’est que depuis qu’elle le connaît, elle en est dingue. Mais pas dingue genre elle veut se marier avec et lui faire des gosses, sûrement pas ; et pas dingue non plus au point de lui envoyer des textos mielleux comme le font la plupart des gens. Non, c’est juste qu’Austeen est ce qui définit au mieux son alter-ego, et ils se ressemblent tellement qu’elle se demande s’ils n’ont pas été jumeaux dans une autre vie. Bon, physiquement c’est pas trop ça, mais mentalement ils sont absolument identiques, à quelques détails près, au point qu’un jour on leur a demandé s’ils ne partageaient pas le même cerveau. Ça l’a fait marrer Indie, parce que c’est vrai qu’ils partagent tout, avec eux faut pas espérer qu’un secret soit gardé secret. La brunette l’appelle tous les jours, le voit au moins trois fois par semaine et n’hésite pas à faire croire qu’elle sort avec ou que c’est son frère lorsqu’elle est dans une situation embarrassante. Ils ont fonctionné comme ça dès qu’ils se sont rencontrés, alors forcément ça va pas changer du jour au lendemain.

Elle frappe dans ses mains en écoutant la proposition du grand blond. Elle répète en murmurant, les yeux dans le vide. « Les trucs de l’extrême qu’on vous cache.. mais c’est énormissime ça, on va faire un carton Zeke, je te jure on va.. » Elle reprend ses esprits parce qu’elle se souvient qu’elle est interviewée, enfin jusqu’au moment où surgit dans le pois chiche qui lui sert de cerveau à cet instant, la brillante idée de courir comme des dératés dans l’allée principale du supermarché pour calculer le temps que ça mettrait. Elle est persuadée qu’un jour ça pourra être reconnu comme un sport national, voire mondial, ben quoi on autorise bien le lancer d’arbres en Ecosse, alors pourquoi pas la course dans le supermarché ? Pour sûr que ça fonctionnerait, et Indiana serait récompensée pour avoir donné un véritable sens à l’expression « faire ses courses ». Elle se félicite intérieurement et prend place tandis que la perche s’installe à côté d’elle. Bien sûr qu’elle triche, sinon elle ne s’appellerait pas Indiana, et elle est d’ailleurs étonné qu’Austeen ne l’ait pas soupçonnée depuis le début. Elle détale en essayant tant bien que mal d’éviter les caddies qui trainent, manquant de s’étrangler de rire en entendant son compagnon brailler derrière elle. Un peu trop près d’elle d’ailleurs. Bordel, il l’a déjà rattrapée ? Elle a à peine le temps de parcourir une dizaine de mètres qu’elle sent les doigts de Zeke lui agripper la manche, puis le bras. La brunette se démène en s’égosillant. « EEEEH mais t’as pas le droit, c’est pas du jeu ! » Avant de s’effondrer sur le sol, foudroyée par l’impact de Zeke qui lui rentre dedans comme une furie en essayant de la tirer en arrière. Dans leur chute ils embarquent un panier rempli de courses dont le contenu s’étale devant eux. Elle s’apprête à ramper vers son compagnon pour l’étriper et l’accuser de lui avoir volé la victoire, mais elle s’arrête quand elle voit les chaussures qu’il lui désigne. Elle lève légèrement la tête, y’a un vigile pas content-content qui les regarde, heureusement, le grand blond a la bonne initiative de prendre leur défense, et pendant qu’il déblatère sur la possible tendance à la tricherie d’Indiana, celle-ci, le ventre creusé par ses exploits précédents, décide d’ouvrir le paquet de cookies qui traine devant elle et en enfourne un dans sa bouche, le plus discrètement du monde. Flattée par les compliments de son compagnon sur sa « belle bouille », elle s’efforce de sourire au vigile pour lui donner bonne impression, du chocolat plein les dents. Elle commence à se relever en prenant appui sur ses coudes et se met debout pour faire face au vigile. Elle prend un air désespéré et ajoute en lui postillonant des miettes de cookies sur le costume. « F’est vrai, fe qu’il dit.. Ivvi Pop f’est mon père, mais il a jamais foulu de moi.. F’est dur à fivre.. » C’est limite si elle pleurerait pas sur commande, mais l’agent de sécurité ne semble pas le moins du monde ému, et en un tour de bras il saisit les poignets des deux adolescents attardés et les embarque vers la sortie. La brunette fait signe à Zeke de récupérer sa caméra au passage, et deux minutes plus tard, les voilà plantés à l’entrée du magasin, sans courses et surtout sans alibi plausible pour leur retard à la soirée. La bonne humeur d’Indiana est retombée et toute son euphorie aussi, et c’est assise sur un banc les bras croisés qu’elle boude, les sourcils froncés, à la recherche d’un nouveau truc à faire, parce que là il est que vingt-heures et leur soirée peut pas se terminer comme ça. Elle marmonne. « On a qu’à y aller, à cette stupide fête, hein ? Même si on apporte rien, c’est pas grave, t’es pas d’accord ? » Elle hausse les épaules, elle est pas convaincue, elle a été brisée dans son élan et elle retombe à la période de l’enfant qui fait un caprice quand on lui enlève son jouet favori. « Au moins là-bas, y’aura à manger. » Elle fixe son grand blond adoré avec un air désespéré, attendant peut-être de lui qu’il lui annonce un miracle, ou qu’il lui propose un truc, n’importe quoi. Elle se dit que soirée ou pas, tant qu’elle la passe avec la belle gueule d’Austeen, ça devrait lui aller.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

+ Remember how beautiful you are +
Rappelez-vous qu'à travers l'histoire il y eut des tyrans et des meurtriers qui pour un temps, semblèrent invincibles. Mais à la fin, ils sont toujours tombés. Toujours. + Mahatma Gandhi            unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: ZEKE&INDIE - Life's a joke Sam 29 Mar - 5:14

Le coeur à ses raisons que la raison ignore. Gamin quand il avait demandé aux Austeen pourquoi ils l’avaient choisi lui, après leur avoir avoué avoir un peu triché pour se faire emmener, c’était ce que sa mère lui avait répondu. Il avait longtemps cru, du coup, que son coeur avait un petit cerveau qui prenait des décisions indépendamment de l’autre, sous sa caboche, et s’était inquiété pendant des jours et des nuits que le palpitant ne se mette pas en tête de prendre la tangente sans l’en informer. Il n’en avait réellement compris le sens qu’en rencontrant des gens comme Indiana. Ca ne s’expliquait pas ce genre d’élan, ce genre d’amour qui vous prenait par surprise pour une personne que vous croisiez par hasard et avec qui ça venait si naturellement qu’on en venait à plus se poser de questions. Leur relation s’était nouée si facilement, si simplement, que l’orphelin en avait oublié leur première rencontre, persuadé quelque part qu’au final il la connaissait depuis toujours, qu’il l’attendait et qu’elle était arrivée un peu tard certes mais à un moment de sa vie où il avait désespérément besoin d’une amie comme elle. C’était Indiana. Son état à lui. Dès qu’il apprenait un truc absolument incroyable, et même quand ça l’était pas tellement, elle était une des premières - pour ne pas dire la première - qu’il appelait pour partager sa nouvelle et rire pendant des heures à s’en ruiner les côtes et le forfait. Il s’en foutait. Ca lui semblait être évident, qu’il fallait qu’il partage avec elle les trucs qui lui arrivait, parce que ça n’intéresserait personne d’autre, sauf Indiana, même si elle pouvait surement faire semblant par moment. C’était une des constantes de sa vie, et il n’était pas franchement prêt de s’en débarrasser, l’idée même de s’en séparer ne lui avait même pas effleuré l’esprit d’ailleurs. A la vie à la mort semblait-il constamment lui lancer, dans un regard, en riant alors qu’elle faisait le clown, juste avant de la suivre, comme toujours.
Inventer des interventions inutiles, se la jouer agents secrets, convoyeurs de l’extrême aussi dans le pot de yaourt que conduisait Zeke.. Y avait surement pas une seule chose qu’ils n’avaient pas encore fait ensemble. Et s’il en restait sur la liste, nulle doute qu’il ne leur faudrait surement pas trop longtemps pour les rayer de la longue liste. Et courir dans l’allée, d’un supermarché de surcroît, c’était pas forcément sur la liste, mais ils tiennent pas vraiment les comptes non plus, ça leur prendrait trop de temps anyway. Surtout que c’est pas la pire connerie qu’ils aient pu faire. Une chance qu’ils aient encore jamais été à Vegas, certainement qu’ils seraient interdits de casino et même d’entrer dans la ville s’ils y mettaient les pieds.

En attendant, il utilisait sa grande taille, pour réduire la distance et la rattraper pour la plaquer au sol en éclatant de rire, ignorant son coude qui se cognait au sol et lui électrisait tout le bras. Il n’était plus à un bleu près avec elle, encore moins à une tricherie. Tout sourire, il la retenait alors qu’elle s’égosillait en se débattant, la chopant par la taille, un bras plaquait sur elle quand il relevait doucement les yeux pour regarder le type de la sécurité. Ca sortait tout seul, toujours, les conneries pour adoucir les colères des autres même si ça ne fonctionnait pas forcément toujours. Parfois ça allégeait la claque, surtout quand sa mère devait venir le chercher en garde-à-vue, parfois ça faisait peser la balance pour la punition qu’il allait se prendre dans le train. Peut être qu’il devrait enfin à quitter le domicile des Austeen et vivre dans son propre appartement, mais allez savoir s’il avait peur de voler de ses propres ailes, ou que son petit coin se transforme en laboratoire de Dexter avec Indiana qui viendrait surement squatter.. Parce que oui, on pouvait décemment pas penser à vivre seul, sans mettre Indy dans le décor. Du moins Zeke ne le pouvait pas. En plus elle a un cheveu sur la langue, la pauvre. Pouvez pas lui en ajouter sur le nez non? Et il se lançait dans une thèse sur le zozottement, inventant statistique et tout le bordel alors que le type leur faisait clairement comprendre qu’il était pas là pour écouter leurs âneries. Dommage, Zeke était persuadé que dans tout son baratin y avait forcément un truc de vrai.

Il récupéra sa caméra, non sans un rappel d’Indiana, et brandit le poing en lançant une injure d’enfant de quatre ans proche d’un « espèce de zut » qui se voulait faussement enragé. Pour la forme. Tournant en rond, caméra sous le menton, une main dans la poche, il grimaça. On s’apporte nous-mêmes, j’veux dire.. Quand Indiana et Zeke débarquent à une fête, qui a besoin de se nourrir ! Enfin j’espère que c’est pas des cannibales, ça m’ferait chier de mourir bêtement comme ça. Au pire.. J’crois qu’il me reste de quoi faire un joint dans la boite à gants.. Faut se nourrir bio il paraît.. Quoi ? Il avait dit une connerie ? S’approchant d’Indiana, il passa une main sur sa joue avant de sourire et d’enrouler son bras autour de son cou. Allez fais pas la gueule. Je propose qu’on aille faire un tour.. Si y a que des blaireaux, on leur pique des chips, des cacahuètes - parce qu’y a toujours des cacahuètes - quelques bouteilles et on va vivre comme des pirates sur une plage.. Je te laisserais peut être même tenter de conduire, j’sais pas encore. Allons y darling ! Il l’embarquait déjà vers la route avant de se stopper, en riant et de l’obliger à faire demi-tour dans un petit je suis garé là-bas en fait puis de fouiller la poche de sa veste pour lui tendre un petit paquet de marshmallow, j’ai piqué ça en récupérant la caméra, tiens.

[c'pas fameux, sorryyyyyyyy T_T j'me rattrape à la prochaine]
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Indiana O. Keynes
• Membrounet bipolaire, spécialiste de la désinhibition •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 162
ϟ Arrivée à Boston : 05/01/2014


MessageSujet: Re: ZEKE&INDIE - Life's a joke Jeu 24 Avr - 17:58

Désolée du temps que j'ai mis   , et c'est toujours trop cool c'que t'écris alors shut up mon lapin.   

C’est limite si elle se mettrait pas à pleurer, les bras croisés, assise sur son banc. Elle marmonne quelques mots incompréhensibles entre ses dents, et pour le coup elle ressemble franchement à une gamine de huit ans à qui on vient de confisquer sa nouvelle poupée. Parce qu’autant elle peut être grande gueule, autant elle peut bouder pendant des heures pour faire chier son monde. Ben oui, en plus d’être bipolaire elle a aussi conservé son âme d’enfant – et pas que les bons côtés. Elle rumine en mâchouillant les derniers bouts de cookies qui lui restent, elle est pas contente et puis c’est tout. Sauf que voilà, c’était sans compter sur la présence de son Zeke adoré, qui lui ne perd jamais de sa superbe. Quand on dit qu’ils se complètent, on ment pas les gars, ils ne supportent pas de voir leur acolyte afficher une mine tristounette. Elle finit par lever les yeux sur la silhouette du blond qui s’amuse à lui donner le tournis en faisant les cent pas. Elle fronce le nez et plisse les yeux pour montrer qu’elle s’efforce de comprendre ses digressions sans fin. S’apporter soi-même, un nouveau concept by Austeen qui ne manquerait pas d’en faire méditer plus d’un. « Personne ne voudrait te manger Zeke, tu nourrirais même pas un moineau avec ce que tu as sur les os. Même si tu as très bon goût. » Elle lui sourit avec un air enfantin, c’est limite si elle se féliciterait pas pour sa blague à double-sens. Parce que non seulement Zeke a bon goût parce qu’il l’a choisie elle comme amie, et en plus de ça, son corps tout entier a bon goût parce que voilà, il est trop hot et Indiana a toujours dit que la peau du grand blond était sucrée. C’est sûrement grâce au gel douche à la fraise qu’elle lui avait offert pour ses vingt ans. Bref, au-delà des jeux de mots douteux de la brunette, c’est sa bonne humeur qui revient lorsqu’elle entend la proposition de la grande perche. « C’est vrai ça, j’peux conduire ta voiture ? » Elle a les yeux qui pétillent et elle embrasse avec tout l’amour du monde le nez du blondinet. Faut dire qu’ils sont rares les gens qui acceptent de la voir conduire leur voiture. Bon ça peut paraître logique quand on sait qu’elle a pas son permis, étant donné qu’elle est toujours mineure. C’est chiant ces vingt-et-unes années à attendre pour obtenir le droit de conduire. Du coup elle s’est vengée en s’achetant une voiture et surtout, en s’amusant à conduire celle des autres. Elle tend les mains pour réclamer les clefs du bolide d’Austeen, mais celui-ci l’embarque déjà dans le parking, incapable de se rappeler où est-ce qu’il s’est garé. Ça la fait marrer, parfois il est tellement à l’ouest qu’elle a peur qu’il se perde dans les rues de Boston, trop occupé à planer pour se souvenir d’où est-ce qu’il doit aller, et surtout où dormir. Indie est même sûre que si elle n’était pas là pour le lui rappeler, il oublierait de manger pendant des jours. « Attends, attends ! » Elle enfourne des marshmallows dans sa bouche avant d’ouvrir la portière de la voiture et de se pencher pour prendre son sac. Elle en sort tout son matos, et aligne deux jolis rails sur le tableau de bord, avant de les aspirer en vitesse. Elle cligne des yeux et se frotte le nez, définitivement réveillée et en forme pour affronter le reste de la soirée. Pas sûr que Zeke la laisse conduire dans cet état, mais qui ne tente rien n’a rien. « T’en veux ? » Elle lui désigne ce qui lui reste du menton et appuie d’un doigt sur le bouton de la radio, s’installant comme si de rien n’était du côté conducteur, impatiente de faire démarrer le tas de ferraille. Elle se reluque dans le rétroviseur intérieur, remettant un coup de crayon noir un peu hésitant sur ses paupières. « J’suis bien, comme ça ? J’ai pas eu le temps de me changer mais c’est pas grave, hein. T’façon on y va pas pour faire un défilé. Quoique, ça serait une bonne idée, tu crois pas ? En plus Emilie elle doit avoir plein d’habits, elle a une baraque immense et des chambres dans tous les coins. Nous on dormira dans la bleue, celle avec des grands miroirs sur tous les murs. Eh, Zeke, tu dors avec moi hein, tu m’abandonnes pas pour une pétasse blonde. Ou pour un pétard blond, peu importe. » Elle a jamais trop su de quel bord était Zeke, elle sait juste qu’elle a couché avec parce qu’elle avait envie et que la nuit suivante il se tapait un mec. Peut-être qu’elle l’a dégoûté, mais tant pis, elle se pose pas la question. « Et j’en profite pour rajouter que t’as pas intérêt de me piquer les mecs que je repère, parce que j’te vois venir là, avec ta belle gueule de tombeur à faire craquer les forteresses. » Elle pose les deux mains sur le volant en imitant le bruit d’une voiture de course. « Vroummmm, vroummmm… Bon tu me les donnes ces clés ? On va pas attendre la Saint-Glinglin ! »

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

+ Remember how beautiful you are +
Rappelez-vous qu'à travers l'histoire il y eut des tyrans et des meurtriers qui pour un temps, semblèrent invincibles. Mais à la fin, ils sont toujours tombés. Toujours. + Mahatma Gandhi            unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
• •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: ZEKE&INDIE - Life's a joke

Revenir en haut Aller en bas

ZEKE&INDIE - Life's a joke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boston Tea Party :: RPG-
Sauter vers: