AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over) Dim 26 Jan - 15:00




Le temps était passé plutôt doucement et Soren était un peu plus intégré dans le groupe des frères O'Connell. Bucky lui avait fait faire plusieurs exercices sur des modèles différents de petits coffres-forts maison et d'autres types de serrures à haute sécurité pour voir s'il était capable de les ouvrir. Heureusement que l'agent de la CIA avait subi une longue formation et était devenu un véritable expert dans le domaine. Plus rien ne pouvait lui résister. Même les systèmes informatiques qui protègent les coffres et certaines alarmes. Tout ce qu'il restait à faire maintenant c'est passer à l'action pour de vrai. Le premier braquage sera pour lui le baptême du feu. C'est à l'issue de celui-ci qu'il va savoir si les deux frères veulent définitivement de lui dans leur petit gang. Le but de l'agent est de réussir, après tout il n'a pas fait tout ce boulot pour rater son infiltration. Cela faisait déjà plus de trois semaines qu'il attendait qu'on l'informe de la prochaine cible. Il faut dire que Bucley et Reilly sont des mecs très prudents. Pour faire partir à part entière de leur groupe, il faut du temps et montrer qu'on est bon. Soren va avoir le rôle de leur ancien associé : Jeff, qui est mort lors de leur dernier braquage il y a quelques mois. C'est triste pour les braqueurs, mais sans ça, notre agent de la CIA n'aurait pas été recruté par Reilly.

La mission se passait bien pour le moment, l'agent fédéral ayant vu son agent de liaison pour lui dire tout ce qu'il savait. Hélas, il n'aura pas le temps de lui apprendre la date du prochain braquage. En effet, ce soir-là, Buck lui avait téléphoné pour qu'il ramène son cul illico presto au quartier général du gang. Quand il était arrivé, tout le monde était là, en ce comptant, ils étaient six bonhommes au total. On ne dirait pas comme ça, mais un gang de six braqueurs c'est beaucoup. Le groupe des O'Connell n'est pas n'importe quel gang de braqueur. Chaque membre a un passé militaire ou dans la police, tous expérimenté et doué dans un domaine spécifique. C'est pour cela que la police n'a encore jamais réussi à les arrêter. En s'approchant autour de la table, il remarqua un plan de bâtiment, certainement celui de la banque. Un logo en bas indiquait "Royal Elizabeth Bank" soit une banque assez réputé dans la ville de Boston. Il parait qu'une partie des riches de la ville y cachent leurs économies. Bucley expliqua le plan et le rôle de chacun, tout le monde avait l'air rodait, seul Soren était le petit novice dans cette histoire.

Le lendemain matin, jour J du braquage, Soren se réveilla dans le canapé du hangar des braqueurs. C'était l'heure de s'équiper avant de partir. Les armes et l'équipement étaient disposés sur une longue table. Tout ceci lui rappela la CIA avant un début de mission. A présent c'est clair ces mecs sont vraiment tous des anciens militaires. L'agent infiltré ce saisi d'un gilet par balle et d'un gilet et regarda les masques qui lui étaient proposé. Le jeune homme en prit un qui ressemblait faussement à un clown car le nez était rouge, mais le haut du visage lui était décoré par un drapeau américain (le masque). Ensuite, il prit une arme, un M16 arme de militaire souvent utilisé dans l'armée Américaine. Soren se demandait comment ces types pouvaient se fournir ce genre d'arme... Il prit aussi une arme de poing, son matos pour ouvrir le coffre et monta dans le fourgon.

Onze heures du matin, le fourgon stationna juste derrière la banque. Les ordres étaient simples, il ne fallait pas faire dans la dentelle. Le technicien pianota sur son clavier d'ordinateur pour désactiver les alarmes et il lança le brouilleur de communication à Reilly pour qu'il s'en occupe quand ils seront dans la banque. Avant de sortir, tout le monde mit son masque, chacun en ayant un différent, tous habillés pour faire la guerre ou presque. Le groupe sorti du camion et entra par une porte de service. Bucky démonta le premier garde et les autres se pressèrent dans le hall ou les clients faisaient la queue. Soren ressentait un certain stress. Lui l'agent de la CIA allait devoir participer à tout ça. Il avait peur que ça dégénère et que quelqu'un soit tué, d'un autre coté s'était aussi très excitant de participer à un braquage. Tout lui donnait l'impression d'être dans le film "Heat" ou "The Town". "Tout le monde à terre et ça se passera bien !" hurla Reilly à l'attention de tout le monde. Le brouilleur de communication déjà activité empêchant ainsi les civils d'utiliser leur téléphone portable. Derrière son masque Soren était encore abasourdi, il était vraiment dans une banque, armée, masqué et prêt à vider le coffre...
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over) Dim 26 Jan - 22:37

First heist for M. Nivans !
ft Soren & Sawyer
S'il y avait bien un truc à retenir quand on tentait de communiquer avec Sawyer, c'était qu'il avait toujours raison. Point barre. Il ne fallait pas le faire chier de manière générale de toute évidence. Le cher VRP avait un business à gérer, du fric à gagner, des commissions à se faire et des gens à arnaquer. Il n'avait pas tellement le temps pour les geignards qui venaient lui mettre des bâtons dans les roues. Comme aujourd'hui. Il avait décidé d'aller bosser pour son patron... Fait rare ces derniers temps vu à quel point les billets coulaient à flot dans son club de poker souterrain. Ouais, il avait tellement de dollars sous son oreiller qu'il ne savait pas où le mettre. C'était le pied royal. Il ne lui manquait plus qu'une petite orgie pour faire passer le tout et il aurait la vie parfaite. Mais bon, s'il ne voulait pas se faire virer de son boulot officiel, il fallait bien qu'il aille vendre des cheminées, des slips et des titres avec brio pour ramener un peu de pognon dans les caisses de son boss. Pour le coup, Sawyer avait fait un effort pour se réveiller à l'heure, se foutre un costard sur le dos et prendre sa voiture pour visiter les clients. Bon, bien entendu, son job était ingrat et s'il devait compter le nombre de fois où il devait se prendre une porte au coin de la gueule, il serait déjà tombé au fond de la rivière. En vérité, Lindley en avait strictement rien à faire si on l'insultait ou on lui manquait de respect. Il en avait eu l'habitude... Oui, parce qu'on ne dirait pas comme cela mais lorsqu'il était gamin, Sawyer était le dindon de la force. A l'époque, il se faisait appeler par son véritable prénom, Connor, il avait des lunettes double foyer, une game boy dans la main toute la sainte journée et il avait un léger problème de surpoids. Rien à voir avec le Sawyer qui approchait de la trentaine. Arrivé à presque vingt balais, l'arnaqueur avait pris une décision radicale: puisqu'il ne pourrait jamais aller à la faculté et qu'il ne pourrait jamais faire carrière dans la chanson, il allait devenir un dandy. Le connard dont tout le monde se méfiait mais qui attirait le fric comme un aimant. Et les nanas aussi. Alors, pour en arriver au bel Apollon d'aujourd'hui, Sawyer s'était entraîné des jours durant, il avait vaincu son obésité, changé de personnalité et le voilà en chair et en os. Avare, arrogant, taquin, orgueilleux, la version amélioré du Lindley de base... Ouais, il était clairement insupportable. Il en avait conscience mais se refusait à redevenir le gamin apeuré et soumis d'autrefois. Sawyer préférait mener la danse, emmerder le monde entier et s'enrichir sur le dos des pauvres gens. Un enfant de choeur vraiment. Au fond, il n'était pas bien méchant, il s'était juste renfermé dans sa coquille parce qu'il avait souffert comme un idiot du regard des autres. Autant se venger, non? Pour combien de temps son petit manège allait-il durer? Sawyer n'en savait rien mais cela faisait déjà presque cinq ans que son club de poker lui rapportait un blé d'enfer, dix ans qu'il était VRP et premier de sa boîte et il ne voulait pas s'arrêter en si bon chemin. Il en voulait toujours plus. Toujours. Arrivé à presque onze heures du matin, Sawyer se décida à aller dans l'endroit qu'il détestait le plus au monde... La banque. Ouais, pour aller épargner le pognon durement gagné pour le boss. Pas le sien, jamais le sien. Lui, son fric était sous son oreiller ou bien caché dans son appartement. Sawyer n'avait pas confiance aux banquiers, il ne croyait qu'en lui même de manière plus générale alors filer son blé à des zouaves pareils? Plutôt crever tout seul sur une île déserte, ouais.

Arrivé devant le guichet, Sawyer sortit son air d'ange. Au fond, s'il pouvait ouvrir les caisses derrière le guichetier et se le foutre dans les poches, il serait bien plus heureux que d'être là pour protéger l'argent de son chef. Alors qu'il opérait la transaction avec brio, du bruit se fit entendre derrière lui, bien entendu, avec l'ego surdimensionné de Sawyer, il n'avait franchement aucune envie de donner la satisfaction aux fauteurs de troubles de leur jeter un oeil... Il avait d'autres chats à fouetter. Une voix leur gueula de tomber à terre et allez savoir pourquoi, Saxyer resta debout, son sourire vicieux sur le coin de la tronche alors que des nanas se mettaient à crier à côté de lui. Ils faisaient chier les gens à se pisser dessus dès qu'il y avait deux revolvers de sortis et trois pauvres hommes masqués dans une banque. C'était fou ce que le monde était triste. "Bon, ça se passe comment? Vous comptez tuer des pauvres gens ou pas? Que je me prépare psychologiquement à les laisser crever... Y a moyen que vous me filiez une micro part de votre butin après coup si je coopère? Disons 5%?" Ce type était un vrai connard d'opportuniste. Dès qu'il y avait de l'argent en jeu, il était prêt à crever pour l'avoir... Ouais, Sawyer était un peu cinglé.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over) Dim 2 Fév - 23:04


Le braquage commençait plutôt bien. Le gang des O'Connell avait comme toujours tout prévu. Le système de sécurité était coupé, il ne restait que les caméras qui étaient en marche, mais elles ne pouvaient servir qu'aux gardiens de la banque qui n'allait surement pas tarder à tous ce pointer dans le hall dans le but de stopper le groupe. Les communications allaient toutes échouer vu que le brouilleur était en fonctionnement. En gros, ça laisse une bonne marge de manoeuvre et d'avance aux groupes de six hommes pour dévaliser la banque avant que la police n'arrive. L'un des gars étaient allés à la porte pour la fermer afin que personne n'entre ou ne sorte. Les clients et les employés furent tous mit au courant de ce qu'il se passait quand l'un des frères se mit à le crier haut et fort. L'effet fut immédiat : les gens paniquèrent et se mirent à crier et pleurer avant de se coucher au sol en voyant les M16 pointés sur eux. Seul un type resta debout et se tourna vers Bucley pour lui parler. On peut dire que celui-là en avait une sacrée paire de couilles. Soren espérait intérieurement que le type coopère et se couche sur le sol comme tous les otages. Mais non ! Le gars voulait même les aider et avoir une partie du magot. Alors là, notre agent du FBI était totalement sidéré, jamais il n'aurait pensé que lors de son premier braquage il puisse voir ça. En fait, il n'aurait jamais douté qu'un homme sorte ce genre de choses à des braqueurs un jour. Il jeta un regard à Reilly qui était un peu déstabilisé, mais Bucky ne l'était pas et rigola un grand coup. "Mec, tu fais pas parti de la bande, t'auras rien ! Allonge-toi au sol comme tout le monde !" ordonna Buck. L'agent du FBI était presque certain que l'homme n'allait pas écouter. S'il doit faire ces preuves, autant prendre des initiatives. Alors, il s'approcha du gars et lui mit un violent coup de cross dans la mâchoire pour lui remettre les idées en place. "Un conseil, écoute le ! Mon pote à la gâchette facile. Alors pour le moment, tu t'allonges sur le sol et tu fermes ta putain de grande gueule !" indiqua clairement Soren en espérant que ça allait marché.

Ce geste était tellement incroyable que Bucley s'approcha et tapota l'épaule du nouveau braqueur. Visiblement ce qu'il venait de faire avait surpris et impressionné. "On dirait bien que tu viens de te faire un nouveau pote ! Je n’ai pas envie de le surveiller celui-là. Je te propose de t'occuper de lui. Vois ça comme un bizutage !" confia le boss en lui tendant une paire de lien en plastique pour qu'il attache les mains du gars. Oh yeah, voilà que son acte inconsidéré le fait devenir la baby-sitter d'un mec totalement dérangé du cerveau. Soren se retint de lever les yeux au ciel et reporta son regard sur l'otage. "Tourne-toi, je dois attacher tes mains !" ordonna-t-il sèchement. Les autres gars étaient déjà en train d'attacher les mains de tous les civils pour éviter qu'un idiot joue les héros. La situation n'était pas assez tendue comme ça pour lui. Voilà que maintenant il va devoir ouvrir le coffre et surveiller ce taré ! Manque plus qu'il lui fasse la conversation et ça sera le pompon !

Une fois le lien en plastique attachant les mains du gars mit en place, il attendit les consignes de Reilly. Celui-ci lui expliqua que la voit était libre et le mena à la porte du coffre, c'était à Soren de jouer maintenant. "Tu sais ce que tu dois faire ! Je dois aller éliminer les derniers gardes. Fait attention à ton nouveau copain !" Reilly s'en alla et l'agent de la CIA jeta un regard légèrement sombre à son acolyte du moment. Ne perdant pas plus de temps, il observa la porte massive et blindée devant lui. Ce n'était pas n'importe quelle modèle et pour l'ouvrir il allait devoir utiliser la perceuse thermique. Le jeune homme commença à ouvrir de grosses valises en plastique noir et monta la perceuse. La mèche de celle-ci était incroyablement longue, il la fixa sur la machine et la plaça devant la porte. Hop, il mit le tout en route et prit un mini-ordinateur portable qu'il connecta à une sorte de petite armoire électrique et commença à pianoter dessus. En même temps, il s'adressa au type. "C'est quoi votre problème ? Vous avez envie de mourir pour défier des mecs comme nous ?"
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over) Mar 4 Fév - 1:22

First heist for M. Nivans !
ft Soren & Sawyer
Il n'y avait franchement rien de mal à être opportuniste, bordel. Le problème avec cette société, c'était qu'elle faisait l'apologie du mérite. Ouais, de ceux qui étaient partis de rien pour atteindre des sommets. Et dans le même temps, on assassinait ceux qui se faisaient un peu d'argent sale. Mais merde, de l'argent, ça restait de l'argent, peu importe d'où il venait. Les gens étaient compliqués, Sawyer ne les suivait pas et de toute manière, il ne cherchait pas tellement leur amour ou leur admiration... Du respect, c'était déjà pas mal mais bien souvent, c'était déjà trop demandé. On se foutait de sa gueule parce qu'il venait des cheminées en faisant du porte à porte alors que tous ces connards étaient de misérables comptables incapables de regarder leurs pieds pour se rendre compte qu'ils marchaient tous à l'envers. Oui, tout le monde rêvait de normalité, d'une maison plein sud avec une piscine, quelques marmots et un mariage réussi. Sauf qu'au final, tout le monde était infidèle, frappait ses gamins dès qu'ils devenaient capricieux et la piscine restait bâchée toute l'année. Des sensations fortes, vous en vouliez? Et bien, il fallait s'engager dans le combat de Sawyer. La lutte contre la normalité, la victoire d'un mec amoureux du fric et de lui même plus que des idéaux que transmettaient la société aux plus jeunes. Il avait conscience d'être un gros connard obnubilé par une quête purement matérialiste mais ce n'était pas pour autant qu'il allait arrêter, acheter une propriété au bord de la mer et siroter des margaritas jusqu'à sa mort. Plutôt crever, ouais. Et justement, s'il ne se la fermait pas, il y avait des chances pour qu'il pourrisse dans un cercueil dans pas longtemps. Pourquoi à chaque fois il tombait sur des braqueurs complètement cons? Qu'est ce que ça pouvait leur foutre de perdre cinq pour cent des milliards de dollars qu'ils allaient emporter dans leur sac hein? Apparemment, cela leur posait un problème de lui laisser une micro partie du pactole, aucune espèce de solidarité dans le monde de la criminalité de nos jours, c'en était désespérant. Il avait beau arnaquer le monde entier, Sawyer avait tout de même un minimum d'éthique quand il faisait un marché avec quelqu'un. Bon, là, apparemment, il pouvait aller se manger des lasagnes sans sauce tomate, génial, non seulement, il venait de se faire exploser la mâchoire comme un boxeur à la retraite mais il venait de perdre toutes ses chances de ramener un peu de pactole à la maison.

"Super, y a la bande à Basile qu'essaye de braquer une banque. Vous êtes pas censés faire la chenille là? Je vous vois bien à la queue leu leu avec vos flingues là. Pouahaha, je vous demandais que 5%, y a vraiment plus de solidarité, les mecs..."

Et il sourit avec sa gueule de con avant de se laisser attacher par l'espèce de taré qui lui avait bousillé la tronche deux secondes avant. C'était des malades ces types à attacher tout le monde, comme s'il y avait le temps de faire ça en plein milieu d'un braquage d'envergure. Des amateurs ou quoi? Bien entendu, Sawyer faisait exprès de siffloter pendant que les hommes armés continuaient leur affaire sans vraiment faire attention. A défaut de gagner un peu de fric, il pouvait bien faire chier son monde, non? Finalement, on l'entraîna vers les coffres avec l'espèce de baraqué qui n'avait pas tellement envie de se marrer avec lui. Sawyer, attaché comme un pauvre idiot, s'adossa au mur en le matant taper des codes ou il ne savait trop quoi pour ouvrir la porte. On se croirait dans Mission Impossible, le remake, sérieusement et mine de rien, cela faisait marrer Sawyer.

"Je défie rien du tout, vieux. Des mecs comme vous, comme tu dis, j'en côtoie tous les jours, c'est pas parce que vous avez volé trois flingues militaires qu'on vous doit le respect. Y a d'autres manières de gagner du fric et bien plus jouissives que celle là, t'as déjà tenté le poker? T'as qu'à venir miser à mon club, tu verras, tu seras plus heureux que de traîner avec les mecs de Point Break là."

Et le type était en passe d'arriver vers le fric. Sawyer savait déjà qu'il allait fantasmer, c'était son rêve tout l'argent qu'il y avait là dedans mais bon, il en avait peut être un quart sous son matelas, c'était déjà suffisant pour vivre, non? Et il se remit à siffloter en laissant le braqueur prendre les choses en main. Intérieurement, Lindley espérait quand même que leur opération allait foirer... Bah ouais, ils avaient qu'à accepter de lui filer une petite part et il aurait été plus sympa... Et coopératif.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over) Dim 9 Fév - 23:10


Ce dont Soren avait peur c'était que l'équipe parte en vrille à tout moment. Il avait déjà eu vent du caractère des deux frères et du fait que Buck pouvait devenir violent assez rapidement. Ces types étaient des tueurs et si le besoin de tuer un otage se fait sentir, ils n'hésiteront pas. En tant qu'agent de la CIA, il craint donc pour la sureté des innocents présents dans la banque. Le plus terrible serait peut-être qu'on lui demande de tuer quelqu'un. Quoi qu'il en soit, il croise les doigts pour que ceci n'arrive pas. Si jamais la situation se présente qu'est-ce qu'il va faire ? L'opération a été tellement longue à monter qu'il ne peut pas la faire échouer dès le début. Mais quand il s'agit d'une vie humaine c'est différent. Mieux vaut ne pas penser à ça maintenant sinon il risque de devenir fou. Justement, le moment s'imposait vu qu'un crétin faisait son intéressant. Soren pensa le calmer en le frappant créant ainsi une diversion pour apaiser Buckley. Son chef n'en fit rien, il resta calme et le félicita d'avoir pris cette petite initiative. Une idée vraiment bidon qui lui vaut de ce coltiner ce boulot. Un boulet un peu trop bavard en plus de ça. Nan, mais le mec croit sincèrement quand demandant aux braqueurs il va repartir avec une partie du magot. L'agent de la CIA était comme un fou sous son masque. Ce mec était véritablement taré, il faudrait peut-être penser à ce qu'il aille dans un asile psychiatrique ou qu'il rencontre un psychiatre pour parler de ces problèmes. En tant qu'agent fédéral, Soren connait la loi et d'après lui, si ce mec ressors avec du fric du casse, il est bon pour quelques années de taules.

Devant le coffre, en train d'essayer de l'ouvrir et surtout attendant que la perceuse thermique opère, il écouta le type. Ce gars prenait la bande de braqueur pour des débutants ce qui fit légèrement rire notre faux voleur. Les O'Connell des débutants ! On voit bien qu'il ne les connait pas. Ces types sont tous des ex-militaires et pas de petites frappes qui ne sont restés qu'un an avant de revenir aux pays. Non, c'étaient de vrais tarés ayant fait plusieurs années d'armé ou de police. Ceci explique pourquoi la police n'a jamais réussi à les arrêter. La préparation des braquages est tout aussi folle est soigné, ils ne laissent aucun détail leur échapper. Bref, ils sont vraiment insaisissables. Le type expliqua que c'était plus "jouissif" de gagner de pognon en jouant au poker. Sincèrement ! Il trouve ça plus jouissif d'être le cul vissé sur une chaise avec un paquet de carte en main et de tout jouer sur le hasard ? Ouais, d'accord le hasard peut avoir un coté amusant, devoir observer les autres joueurs pour savoir s'ils bluffent ou pas. Mais ce n'est en aucun cas jouissif contrairement à un braquage qui lui envoie de l'adrénaline et de l'aventure. "Pourquoi se faire chier pendant des heures à une table de poker pour gagner trois fois moins que ce avec quoi on ressort quand on a braqué une banque !" répondit Soren en essayant de penser comme un braqueur. Et vous savez quoi, il arrivait à se mettre dans la peau de l'homme qui était en train d'ouvrir le coffre. Si on lui avait laissé le choix entre infiltré un réseau de braqueur et une table de poker clandestine, il aurait choisi les braquages pour le danger et l'adrénaline. "Ce que t'as pas saisi, c'est qu'on veut de l'action et qu'on emmerde royalement la police en faisant ce qu'on fait." La perceuse finit de forêt la porte du coffre et s'arrêta automatiquement. Soren la dés-installa très rapidement tout en ayant prévenu les autres. Deux gars vinrent l'aider, avec leur gros sac noir. C'est lui qui entra le premier et inspecta les billets à la recherche d'une puce qui pourrait être dans une liasse de billet pour les tracer ou autre. Il n'y avait pas non plus de système d'encre indélébile se libérant sur les billets. Le tout étant ok, les gars commèrent à remplir les sacs. Buck arriva pour aider les autres et sortit avec une liasse de billet avant de s'accroupir devant le boulet. "Tu sais, c'est pas que je veux pas partager, mais pour être payé faut avoir fait quelques choses ! On ne s'est pas cassé le cul pour faire la charité au premier connard qui nous passe sous le nez. Si tu veux de l'argent, faut le mériter !" Reilly qui était dans le hall avec un autre gars parla dans la radio pour prévenir ces collègues qu'une voiture de patrouille venait de s'arrêter et qu'il risquait d'y avoir de l'action. Voir la banque fermée avait dû les intriguer. "Boss, je pense savoir comment il peut mériter son argent," intervint Soren en voulant à tout prix éviter une fusillade avec des collègues policiers. "On peut le prendre en otage. Plutôt que de prendre un autre civil qui risque de ne pas être coopératif, on sait que lui, il fera ce qu'on dit en échange d'argent." Son regard se tourna vers l'idiot et il ajouta "Mais s'il fait un mauvais coup, on le bute !" Buck fit mine de réfléchir un court instant avant de dire : "Ok ! On fait ça ! Mais il reste sous ta responsabilité. Si jamais il faut le tuer, c'est toi qui t'en chargera." Puis le boss retourna voir son frère pour en savoir plus sur ce que faisaient les flics. "Finalement, tu vas peut-être gagner ta journée !" indiqua l'agent de la CIA.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over) Jeu 13 Fév - 16:30

First heist for M. Nivans !
ft Soren & Sawyer
Le problème avec Sawyer, c'était qu'il adorait être condescendant. Vous voyez le type qui remettait tout en cause par principe qu'il était un légèrement meilleur que tout le monde, et bien, c'était lui. Et il n'y avait rien de plus glorieux pour lui que de prouver au monde entier qu'il avait invité la méthode miracle pour s'enrichir ou qu'il était juste plus beau ou plus riche. Sa seule fierté finalement, c'était cela. Son paquet d'argent sous son lit et sa belle gueule dans le miroir. Le reste, il s'en foutait royalement. Il n'avait pas d'amis sur qui compter, seulement des connaissances à trahir, sa maison, elle était la conséquences directe d'une escroquerie d'envergure qu'il avait réalisé et sa famille? Et bien, cela faisait longtemps qu'il avait oublié jusqu'au prénom de ses frères. En même temps, qui voudrait vivre dans l'ombre de deux péquenots pareils? Ses frères n'avaient franchement rien pour être heureux, et certainement pas autant d'argent que lui. Même si au fond, Sawyer n'en avait aucune idée puisqu'il évitait de prendre des nouvelles. Un vrai salaud de base. Un vrai connard qui n'arrivait pas à se la fermer deux minutes et qui risquait la mort en jouant aux héros... Enfin, héros, non plutôt anti-héros puisqu'au lieu de vouloir sauver la veuve et l'orphelin durant le braquage, il souhaitait plutôt sauver un nouveau paquet de billets verts et sa tête, pourquoi pas aussi. Mais il s'avérait que son plan était un peu foireux puisqu'on l'entraînait avec un des braqueurs à la salle des coffres au lieu de rester tranquillement dans le hall avec les autres otages. Ouais, on pouvait réellement dire qu'il était dans la merde et ce n'était pas pour autant qu'il se taisait. Non, du tout. Il surenchérissait en insultant les braqueurs, bonne tactique, clairement, en vue des armes qu'ils affichaient à leurs mains depuis le début mais Lindley faisait celui qui n'avait pas vu... Pourtant, les armes militaires, il les avait vus mais il n'avait plus peur de rien de puis longtemps. Quand on savait qu'il était le premier gamin à se pisser dessus lorsqu'il y avait une araignée sur son pupitre au collège, on constatait qu'il avait dû sombrer dans une sacrée folie pour changer à ce point là en dix ans. Et ouais, c'était un peu le cas. Il restait adossé au mur, les sourcils relevés à diminuer le travail de ce type qui ouvrait le coffre fort de cette fichue banque. Pourquoi avait-il décidé d'épargner les effets personnels de son patron aujourd'hui aussi? Mais quel con. S'il n'était pas rendu au club à l'heure, il allait perdre un chiffre d'affaires considérables et c'était hors de question. Vraiment hors de question. Sawyer tenta de conserver un sourire alors que le criminel tentait de lui expliquer qu'on avait un peu plus d'adrénaline en défonçant des portes blindées plutôt que de jouer aux cartes... Ouais, chacun son truc. Lindley préférait les opérations plus subtiles a priori, les situations qui méritaient qu'il sorte toutes les cartes de son jeu pour arnaquer le monde sans même que les gens autour ne le réalisent. C'était un peu plus son credo mais soit, chacun était différent.

"Ouais, enfin, griller deux ou trois caméras et mesures de sécurité, j'appelle pas ça un exploit non plus... Je préfère les choses plus subtiles et jouer aux cartes, mon cher, ça, ça l'est. Entre autres. Au moins, je vole les gens et ils savent qui les as volés. Là, à part les surfeurs de Point Break, personne ne sera au courant et vous serez vite oubliés les gars, crois moi."

Et Sawyer ne voulait décemment pas se faire oublier. On l'avait déjà trop laissé de côté lorsqu'il était adolescent... Mobydick qu'on l'appelait. Plus jamais. Maintenant, il voulait se faire respecter en tant qu'homme et se venger. Putain, ouais, se venger. Et il y arrivait plutôt bien à l'heure actuelle et il valait mieux que cela continue son petit bonhomme de chemin de la même façon... Sauf qu'à force de trop parler et remettre en cause les braqueurs, il s'était foutu dans une merde impossible. Lui, un otage? Contre du fric? Il semblait peut être cinglé mais il n'était pas con. On n'allait pas le payer pour cela, c'était évident que les gars utilisaient leur meilleur arme pour le faire taire. Et Sawyer n'aimait pas trop cela. Il suivit les échanges de loin, son sourire ironique collé au coin de la gueule. De toute évidence, on n'allait pas lui demander son accord maintenant que le fric était empilé et qu'on passait à une autre phase qui allait inclure le personnel de police. Quelle merde.

"Et j'ai quoi comme garantie que vous allez bien me filer ma part et pas me mettre une balle dans le cul au final? Parce que je suis pas un débile profond et je sais bien que les otages, on les paye pas pour faire le sale boulot. On les bute. Ouais, j'ai regardé le film, les cocos. Et plusieurs fois.Très bon film Point Break d'ailleurs."

Il devrait peut être arrêter d'essayer de détendre l'atmosphère et accepter son destin, parce que là, dans moins d'une minute, on allait le balancer dans la fosse aux lions. Sans garantie de gagner son fric sûrement. Et sans gilet par balle. Il n'aurait peut être pas dû faire le malin. Merde.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over) Jeu 20 Fév - 23:22


Ce gars avait vraiment l'air d'être un petit con prétentieux. Soren n'est pas quelqu'un de méchant et il n'est pas du genre à détester les gens. Mais ce type... il avait ce petit quelque chose d'insupportable qui vous donne cette envie de lui mettre des pairs de claques. Chose que l'agent de la CIA ne fit pas, car il avait tout de même le contrôle de lui-même. C'était d'ailleurs bien étonnant que Buckley ne s'en soit pas pris à lui de manière définitive. Connaissant le personnage impatient et brutal, il l'aurait bien vu le frapper à mort ou le tuer en lui logeant une jolie petite balle entre les deux yeux. Hors, ceci ne se passa pas. D'un côté c'était tant mieux ! Notre agent n'avait pas envie d'avoir des morts sur les bras. En parlant avec lui -une conversation loin d'être vraiment courtoise d'ailleurs- il apprit que l'étranger préférait gagner de l'argent en jouant au poker. Il trouva même l'idée de dire que braquer une banque c'était -attention au mot, vous risquez de vous étouffer avec votre salive- que ça n'avait rien d'un exploit. Sérieux ?! Est-ce que ce type à tous ces neurones ? A t'il déjà vu un système de sécurité ? Non, car les banques sont en général plutôt bien équipé de se côté là. Sans oublier qu'ouvrir un coffre de banque est loin d'être mince affaire. Ce mec était un branlo de première catégorie, Soren ne voit que ça. De toute manière, c'était dit dans la suite de ce qu'il disait. On pourrait presque le prendre pour un gros beauf qui assoit son gros cul sur une chaise et attend que l'argent vienne du ciel. Là en l'occurrence c'est autour d'une table de poker. Il se peut qu'il soit très bon à ce jeu de carte à moins que ce soit un super tricheur ? Sincèrement notre nouveau braqueur ne serait pas étonné que le gars cache des as dans sa manche. "De toute évidence, le jour où tu braqueras une banque, on est sûr que tu te feras arrêter avant même que tu n'es crié au hold-up !" rétorqua Soren avant d'ajouter : "Tu crois peut être que tu ne risques rien en sachant que les mecs que tu as volés le savent ? Nous on laissent aucune traces. Notre truc, c'est qu'on veut être tranquille. Mais bon, faudra pas venir te plaindre le jour ou un mafieux ou un gros connard viendra vider son chargeur sur toi !" Derrière son masque, il afficha un petit sourire narquois que l'homme ne pouvait voir, mais son regard pouvait clairement indiquer qu'il se foutait de sa gueule.

La police étant fraichement arrivée, il fallait faire vite pour quitter les lieux avec le magot. Chose qui ne devrait pas être difficile puisque Reilly prévoit toutes les éventualités. Cette fois-ci, il n'avait peut-être pas prévu que Soren propose de se servir du mec totalement vantard en otage. La prise d'otage pour fuir n'était pas rare dans ce gang de braqueur, mais celui-ci allait peut-être être coopératif. Ce qu'il voulait c'était de l'argent et il pouvait être payé. Le gars se montra méfiant, il ne pouvait pas savoir s'il allait pouvoir repartir libre avec ou sans son pognon ou totalement mort. "Eh bien... je dirai que tu n'as absolument aucune garantie. Mais tu as voulu jouer avec le feu, alors assume, montre que t'as une paire de roubignoles et accepte le deal !" déclara Buck à l'inconnu. L'agent de la CIA était sûr qu'il allait dire une chose pareille. Le type va devoir laisser son destin entre les mains des six braqueurs et croiser les doigts pour qu'on ne le bute pas. Même si ce mec lui était tout à fait anti-phatique, il allait s'assurer pour qu'il n'ait rien. "Fait ce qu'on te dit, et il n'y aura aucune raison pour que ça finisse mal pour toi." A l'aide de son arme, il lui fit signe de se lever et le poussa doucement pour qu'il avance. "Bon les gars, cette fois-ci on s'en va par la grande porte. Notre otage passera devant. J'ai déposé les charges dans la banque. Si les flics décident de jouer les super-héros, tout le monde finira en feu d'artifice !" déclara Reilly en sortant une petite télécommande de sa poche. Buck cria quelques choses aux flics pour expliquer la situation et ce qui allait arriver si tout ne se déroulait pas comme prévu. C'est pour ça que personne n'a jamais réussi à les arrêter, c'est parce qu'ils n'hésitent pas à mettre la vie de tout le monde en danger. La porte principale de la banque fut enfin déverrouillée et l'otage et les braqueurs sortirent dehors. Leurs armes étaient braquées devant eux, sur les policiers, prêt à tirer. Le camion n'était pas très loin, une fois que les sacs furent rangés dedans, Buckley s'adressa aux forces de l'ordre. "Si vous tentez de nous suivre on fait péter la banque. Vous devrez attendre quinze minutes avant d'entrer dans la banque ou on la fait péter. N'essayez pas de nous berner, on a des caméras à l'intérieur, si sur nos écrans de contrôle, on vous vous voient, BOOM on fait tout exploser et vous retrouverez ce type en plusieurs morceaux !" Il rentra dans le fourgon et Rey démarra.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over) Mar 25 Fév - 22:02

First heist for M. Nivans !
ft Soren & Sawyer
Sawyer aurait été définitivement mieux ailleurs, partout sauf ici. Il voulait jouer au plus malin sauf que dans le cas présent, il était loin d'être le roi du pétrole. Certes, provoquer les gens faisait partie de son fort intérieur mais maintenant, vraiment? Il n'y avait que les cinglés pour s'amuser avec des braqueurs armés jusqu'au cou. On voyait bien rapidement pourquoi Sawyer n'avait aucune véritable attache, il se fichait de tout le monde. Un sociopathe? Peut être. Personne ne pouvait vraiment le savoir, il n'avait jamais consulté. Pourtant, il devrait certainement. Lindley avait un sacré problème d'ego, sans compter qu'il vivait pour haïr et se venger, on ne pouvait décemment pas dire que son mode de vie était sain. Mais encore une fois, c'était une question de point de vue. Le misérable arnaqueur ne se voyait pas retourner dans le passé pour redevenir le gentil monsieur prêt à tout pour sauver le monde entier. Oui, le pauvre adolescent qui faisait partie de multiples associations de défense des animaux ou quoi d'autre encore. C'était fini ce temps là, depuis bien trop longtemps pour qu'il puisse espérer retrouver son intégrité un jour prochain. Il était pourri jusqu'au cou désormais, et Sawyer était clairement satisfait de sa situation, il n'échangerait sa condition contre personne... Enfin, en dehors de l'événements présent. Oui, se retrouver otage dans une banque pourrie de Boston, il avait vraiment rêvé mieux que ça pour passer sa journée. Elle avait presque bien commencé, il avait réussi à voler quelques objets de valeur à ses clients en faisant sa ronde de VRP, il rentrait définitivement plus riche chez lui ce jour là. Mais voilà, parfois le karma avait envie de rire de lui et le voilà aux mains d'une bande de braqueurs inconnus jusqu'alors. Sawyer n'avait jamais entendu parler d'eux, ce qui était dommage parce que cela voulait dire qu'ils n'avaient jamais fréquenté le milieu ou alors qu'ils étaient clairement très discrets. Pas sûr que ce serait toujours le cas en vue de ce qu'ils accomplissaient dans cette banque d'ailleurs mais là ne résidait pas le sujet. Plus maintenant en tout cas. Allez savoir ce qui poussait Sawyer à surenchérir en présence de l'un des braqueurs, l'homme n'avait pas tellement envie de discuter, pas si étonnant qu cela en vue de sa mission en cours. Il était en charge de faire sortir les billets du coffre fort et entendre l'arnaqueur parler sans discontinuer ne devait pas l'aider à se concentrer dans sa tâche. Sauf que Sawyer se faisait une mission quotidienne d'emmerder le monde, lorsqu'il n'était pas en capacité de manipuler son petit monde. Et là, c'était franchement le cas. Le pauvre VRP était à la merci de ces chers criminels alors autant rendre la situation un peu plus agréable non? Bien entendu, son interlocuteur ne manqua pas de lui renvoyer la balle avec un certain dédain mais comme à son habitude, Sawyer se contenta d'en rire. Personne n'arrivait à l'atteindre, absolument personne. Il ne se mettait jamais réellement en colère, on ne le rendait jamais heureux et il n'avait pas eu peur depuis bon nombre d'années également. Personne n'arrivait à toucher sa corde sensible... Le jour où cela arriverait, ce serait certainement catastrophique d'ailleurs mais du point de vue de l'arnaqueur, c'était tout bonnement impossible. Encore une question d'ego, voyez vous.

"J'ai pas l'intention de braquer une banque, c'est pas mon mode opératoire, chacun son truc, Al Pacino. Eh, mais il est là le fun. Dans la vengeance. Je les attends les mecs que j'ai détroussés, y a franchement rien de glorifiant à se foutre un masque sur la gueule en criant au hold up. Mais ce n'est que mon avis, encore une fois."

On s'en passerait bien de son opinion, certainement. Et pendant deux secondes, Sawyer regretta d'avoir parlé si vite mais le sentiment disparut bien vite. Il s'aimait. Encore et désespérément. Il considérait, de ce fait, que tout ce qu'il pouvait dire, ressemblait de près ou de loin à une parole d'évangile, oui rien que cela. Alors tant pis s'il se mettait les cinglés à dos, il accepterait les revers. Et quel revers d'ailleurs... Jouer l'otage de fortune, sans véritable couverture, aucune garantie, mais juste un espoir d'avoir un peu de pognon. Pouvait-on être dans une situation plus pathétique encore? Pas certain. Alors, Sawyer se contenta de rire jaune en entendant les remarques successives de la bande de braqueurs. Ils avaient clairement envie de jouer avec ses nerfs, ils tentaient peut être de l'énerver ou de lui faire peur... Mais même cela n'avait pas l'air de fonctionner réellement. Lindley souriait encore en levant les mains au ciel en signe d'acceptation avant de suivre les camarades sans se départir une seule seconde de son tronche de vainqueur. Tout était dans le faux semblant, c'était tout ce qu'on lui avait appris depuis sa naissance et jouer le jeu, il savait le faire. A merveille. Alors, il laissa les braqueurs mener la danse en prétextant qu'ils feraient exploser la banque, sa cervelle avec si quelqu'un s'amusait à déjouer leur autorité. Personne ne sembla s'interposer. Bon, il allait être coincé pour un bout apparemment.

"Je sais pas si vous êtes doués tous... Ou si vous avez juste le cul vraiment bordé de nouilles. Là, je penche plus pour la seconde solution mais bon, il faut de tout pour obtenir une réussite. Si vous pouviez éviter d'éparpiller ma cervelle dans la pièce, ce serait bien tout de même. J'ai encore des rendez-vous de business à tenir, mes amis."

Et c'était limite s'il n'allait pas se mettre à siffloter en se limant les ongles. Ouais, à ce point là. Alors qu'au fond, Sawyer était crevé d'être le type qu'on trimbalait partout pour un but obscur. Merde, était-ce un crime d'aimer le pognon et de se foutre des autres? Apparemment, ouais.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over) Dim 2 Mar - 20:52


C'était le tout premier braquage de Soren, celui qui allait être décisif pour la suite de sa mission d'infiltration au sein de ce petit gang de braqueur. S'il voulait réussir le passage de ce "test" -car oui, ce premier braquage rime avec test- tout devait bien se passer. Tenir une arme, se battre et jouer les salaud ça il pouvait le faire sans trop de problèmes. Quoi que jouer les salauds c'est loin d'être son truc dans la vraie vie. Peu importe, il faut qu'il soit un véritable acteur et convainquant en plus de ça. Ce fut assez facile, le plus compliqué c'était de réussir l'ouverture du coffre. Bien qu'il ait réussi une longue formation par la CIA, il n'était pas sur de réussir à ouvrir le coffre le jour J. Pourtant, Soren est parvenu à ouvrir ce fichu coffre de banque. Le jeune homme se força à cacher sa surprise et son cœur battait extrêmement fort dans sa poitrine comme-s'il n'y croyait toujours pas. La réalité le sortit rapidement de sa surprise. La police était là ce qui voulait dire qu'il fallait sortir d'ici très rapidement. Là encore, les O'Connell avaient tout prévu. Si la police ne voulait pas risquer la vie des civils, ils devaient rester à leur place.

Le groupe arriva finalement sans encombre dans le fourgon et tout le monde entra pour s'éloigner rapidement de la banque. L'otage était toujours là avec son air sur de lui. Quelque chose agaçait notre agent infiltré en voyant ce type. Peut-être le fait que ce soit un type aussi pourri que Buckley et les autres. A moins que ce soit le fait qu'il arnaque les gens discrètement sans que les autres le sachent... Les braqueurs eux ne se cachent pas, ils osent y aller aux périls de leurs vies. Peut-être qu'il les trouve simplement beaucoup moins lâches. "On garde notre ami comique combien de temps ?" Rey réplique qu'il fallait attendre qu'ils soient plus loin pour ça. Pour l'heure, il allait devoir le supporter encore un petit peu. Les hommes avaient tous gardés leur masque à cause de l'inconnu. Vu son bagou, il serait bien capable de les vendre à la police ou quelques choses dans le genre. Une bonne vingtaine de minutes plus tard, le fourgon se stoppa et tout le monde descendit. Le véhicule venait stationnait dans une vieille usine désaffecté. "Nos chemins se séparent ici ! Tu nous as été bien utile. On ne va pas te tuer. Cherche pas à nous suivre, cherche pas à nous retrouver, sinon là on te tuera. Retourne à ta petite vie d'arnaqueur !" Après avoir dit ça, Buck ouvrit un sac et sortit deux liasse de billet, au total ça devait représenter un peu moins de dix mille dollars. En gros, ce n'était vraiment pas grand-chose vue le pactole qu'ils venaient de voler. Mais dix mille dollars pour un peu plus d'une heure en compagnie d'une bande de dangereux braqueurs... c'est plutôt bien payé non. "T'as de la chance ! Ça aurait été moi le chef, je t'aurai rien donné !" lança Soren derrière son masque en lançant un regard mauvais à l'otage.

Rey était prêt à leur montrer la route qu'il fallait qu'ils utilisent pour partir. Mais avant, il fallait mettre l'otage ailleurs. Encore une fois c'est le petit nouveau qui devait s'en charger. Le plus simple fut de le conduire en dehors de l'usine. "T'es libre maintenant !" Ce sont les uniques mots qu'il prononça avant de fermer la porte par ou était entrée le véhicule. Ensuite, il retrouva les autres pour prendre la fuite en passant par les égouts avant de ressortir encore plus loi ou une voiture les attendaient. Mission accomplie pour Soren, il fait à présent partie de la bande !

[Fin pour Soren
Se sera super intéressant de se faire plus tard un sujet ou ils se revoient tous les deux. Soren te reconnaitra, il faudra juste voir si toi tu arrives à le reconnaitre ne serait-ce qu'avec sa voix. Et ce que tu pourras bien faire !
En tout cas, merci pour ce RP, c'était génial Very Happy]
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
• •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over)

Revenir en haut Aller en bas

First heist for M. Nivans ! [Feat. Sawyer] (over)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boston Tea Party :: RPG-
Sauter vers: