AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

She's the only girl allowed to get under my skin ... with her ink.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: She's the only girl allowed to get under my skin ... with her ink. Sam 25 Jan - 21:08


Il passe le seuil de la porte de la petite boutique de tatouage, un sourire sur le visage. Il a rendez vous avec sa tatoueuse attitré, aujourd'hui, elle doit mettre la touche finale sur sa dernière acquisition corporelle.  La pièce a demandé de nombreuses heures de travail, et a occasionné de nombreuses ouvertures pour lui de jouer avec Sadie. Il fallait avouer que le tatouage requérait une tenue plus qu'intime et que cela donnait lieu à de nombreux sous entendus qui n'était pas sans lui déplaire. Ce duel amicale entre eux était probablement dû à une jeune femme, sûre d'elle et qui n'hésitait pas à se faire entendre. Un caractère qu'Isaac ne pouvait qu'apprécier.  Mais retournons au fameux tatouage. Un dragon dont la tête se nichait au creux de son aine et dont le corps était enroulé sur le haut de sa cuisse. Autant dire que l'emplacement ne prêtait pas vraiment à porter beaucoup de vêtement, mais la pudeur n'était pas une vraie entrave pour Isaac. Et puis, ce n'était pas pire que ces mecs qui se font faire un piercing sur le bout de leur engin. Il est donc là, entrant dans la boutique qu'il a fréquenté, plus qu'une fois à l'occasion, attendant patiemment son tour en bouquinant des vieux magazines périmés depuis dix ans. C'était toujours tout ce qu'on trouvait dans les salles d'attentes, à croire qu'il y avait une loi en vigueur, pourtant il avait beau connaître son code pénal, il n'en avait jamais entendu parler. C'était peut être plus une loi secrète façon The Skulls. Il est sur le point de sortir fumer une clope pour passer le temps quand il entends que ca s'agite dans le cabinet adjacent où la jeune femme fait naître sa magie. Faut lui admettre cela, elle a vraiment un don et c'est la raison pour laquelle, il lui fait confiance quand il décide de se faire marquer à vie. Il s'accoude nonchalamment sur le comptoir après avoir jeté la revue dans la pile où il l'a prit.

Une jeune femme sort, mais pas celle qui l'intéresse ... Enfin en notant sa silhouette, elle pourrait probablement l'intéresser dans un autre cadre mais pour le moment, il a pas le temps de compter fleurette surtout que Sadie ne tarde pas à la suivre, surement pour lui faire payer la douloureuse. Il les salue d'un geste de la tête silencieux et les laisse tranquille, le temps pour elle de finir leur affaire. Les images qui peuvent venir à l'esprit à cette évocation, mais c'est peut être pas la meilleure chose que de penser à ce genre de truc peu de temps avant sa séance. Ca pourrait engendrer quelques moqueries qu'il subirait avec bonne humeur. Et c'est humain, comme péter et roter. Il regarde les derniers dessins trônant sur le mur, avant de se redresser en entendant que la discussion arrive à sa fin. C'est enfin son tour. Il fait un peu comme chez lui, et prends la peine de se diriger comme un grand vers l'arrière salle mais il attends sagement qu'elle le rejoigne pour lui sortir son plus beau sourire de vainqueur.

- Tu veux toujours pas m'aider à enlever mon pantalon, sexy Sadie ? Le ton est léger, il ne se prends pas vraiment au sérieux, et c'est pour cela que cela peut rester sur le ton du jeu. Pas de prises de têtes inutiles, même si l'envie de parvenir à la convaincre, un jour est tentante. Et puis ce qui est bien avec elle, c'est qu'elle ne s'offusque pas, ou ne se mets pas à rougir comme une vierge. Elle a du mordant, et n'hésite pas à le remettre à sa place. - Si seulement un jour, tu me laisser te convaincre de participer au processus, je suis sur que les clients se presseraient ... Il laisse son nez se retroussait dans une grimace. - Non, c'est pas venu comme je voulais ... On dirait que je te suggère de transformer ton salon de tatouage en maison close. Quoique ça doit rapporter du pognon Il hausse une épaule avant de commencer à enlever son tee shirt. - Non, en faite tu devrais n'accorder ce privilège qu'à ta clientèle la plus fidèle. C'est pas qu'il avait une carte d'abonnement, il ne ressemblait pas non plus à une toile de gribouillis géants mais il avait accumulé quelques tatouages au cours des années, et pris le pli de les faire faire à sa voisine depuis qu'il avait fait sa connaissance. Il appréciait la jeune femme, et peut être qu'il tentait toujours de faire son numéro de charme mais elle ne le prenait plus au sérieux depuis des lustres, et ne se privait pas de lui dire qu'il ressemblait à ses vieux de quarante piges après un divorce qui abuse de l'auto bronzant et de vêtements faussement jeunes qui écume les clubs à la recherche d'une seconde jeunesse. Elle acceptait ses conneries mais elle ne se gênait pas pour les lui faire remarquer. Et c'était peut être une bonne chose, qu'elle accepte pas son numéro parce qu'il aurait probablement fait réellement sa connaissance si il avait réussi à l'attirer dans son lit dès leurs premières rencontres. Il est pas fier de son attitude, mais il est réaliste.
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Sadie A. Kinney
• Admin masochiste, spécialiste du lancée de culottes •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 187
ϟ Arrivée à Boston : 15/12/2013


MessageSujet: Re: She's the only girl allowed to get under my skin ... with her ink. Dim 2 Fév - 9:58

Le dessin n'est même pas joli. Un peu gauche et vraiment pas terrible. Tout ce qu'elle déteste en temps normal. Si elle ne boude pas, qu'elle ravale aussi sec ses soupirs et ses sarcasmes à deux balles, c'est que Sadie n'a pas encore trouvé la solution miracle à son problème.n'a Alors choisir sa clientèle, faire le tri, ne garder que la crème de la crème et seulement les personnes qu'elle trouve intéressantes, c'est un luxe qu'elle ne peut vraiment pas se payer. Rajouter ça à sa liste longue comme sous lesquelles elle croule ne la tente qu'à moiter. C'est surement pour ça qu'elle ne moufte pas, s'applique du mieux qu'elle peut et pose même des questions à la bimbo sans trop de cervelles assise au beau milieu de sa soit disant salle de torture. La nana est blonde, bien foutue, cliché sur patte qui réspire la connerie et la crache par tout les pores mais rien dans l'attitude de la tatoueuse ne laisse penser qu'elle en a ras le bol. A part peut-être la petite tape sur les fesses une fois la dernière goûte d'encre ajouté à ce chef d'œuvre un peu flasque. - Tu veux que je te rajoute des petits cœurs et un poney avec ça ? Ouais bon, ça va bientôt faire une heure qu'elle se retient et devant la mine pratiquement déconfite de sa nouvelle amie, elle essaye de ne pas élaborer, murmure un « laisse tomber, je déconne » avant de pencher la tête en direction de la minuscule salle d'attente pour qu'elle la paye et se tire vite fait, bien fait. Argent encaissé, carte de visite donnée non sans une certaine appréhension, de plus être là quand la barbie reviendra, elle l'a laisse claquer la porte, en jetant un coup d'œil suggestif au seul type qui traîne maintenant dans la boutique. Elle commente même pas le fait que la nana l'a bouffé des yeux, rigole de manière un peu moqueuse et le suit dans l'autre pièce. Parce que ouais, il fait comme chez lui, sourire de petit con sur le coin de la gueule et l'air de connaître les lieux mieux qu'elle, ça ne la dérange pas plus que ça. Bizarre venant de la meuf qu'à une batte de baseball accroché derrière la porte, prête à l'emploi et qui lui pique les doigts, surtout que depuis le taré égocentrique tout de cuir vétu, ou une connerie dans le genre a gagné sa boutique au poker. Mais Isaac, elle va pas lui refaire le portrait et elle utilise que son aiguille pour changer quelque chose. Elle l'aime bien, elle sait plus trop depuis quand ils se connaissent, ni comment ça à commencer mais elle sait qu'il va tarder à gagner un prix pour être son client le plus fidèle, ou juste de celui qu'à une bonne tête elle sait pas encore. En tout cas, ça l'a rassure de voir qu'elle n'attire pas que des blondasses qui demandent à se faire tatouer le prénom de leur dernier plan cul. C'est plus le genre de type qu'elle a l'habitude de tatouer.

- Deux secondes à peine et tu parles déjà de te dessaper ? Te gêne pas pour moi hein, je suis sur que j'ai une caméra dans le coin, ou je peux aussi me mettre dans un coin et dessiner. Elle est sur le point de faire une moue boudeuse et d'adopter la technique de la fausse vierge effarouchée mais ça prend pas trop de au lieu de ça elle finit par faire un clin d'œil qui en dit long. C'est l'habitude qui prend le dessus, celle de sauter à pieds joints dans la flaque de ses conneries, et il n'est pas vraiment en reste et c'est ce qui lui plaît dans leur amitié, cette petite joute verbale qui va jamais plus loin que le bout de leur nez à tous les deux. C'est pas qu'elle le trouve pas à son goût, ni qu'elle en profite pas un peu pour mater quand il se débarrasse de son haut, en se mordant la lèvre inférieur sans se cacher, c'est que y a pas de sans entre eux. Pas encore en tout cas. Elle l'écoute délirer, rigole un peu de ce rire franchouillard et sans tabou qui lui colle un peu trop à la peau, et pendant ce temps, elle prépare son matériel, farfouille dans ses placards, désinfecte son aiguille et tout le bordel. C'est débile de réaliser maintenant, que cette vie lui tient vraiment à cœur et que la dernière chose au monde qu'elle veut perdre, c'est sa boutique. Fallait peut être y penser avant de faire la maligne, ma mignonne.Elle ravale les mots qui manquent de franchir ses lèvres, genre « j'ai bientôt besoin d'une reconversion anyway, ça m'étonnerait pas que je commence à faire le trottoir » parce que c'est pas son genre de parler de ses problèmes, même à ses potes. Elle fait la grande, toujours, tout le temps. Même avec Lee. - Tu te proposes ? Non parce que si tu veux, j'peux accrocher des dessins de toi en tenues légères, devant ma boutique pour voir si ça me ramène du peuple. Avec un slogan du genre « un tatouage acheté, un mec à poil offert. Elle sait très bien que c'est pas exactement ce qu'il a dit, mais elle a bien le droit de détourner le tout à son avantage non ? Puis elle est convaincue que ça marcherait du tonnerre, faut dire qu'il est pas dégeu à regarder. Et qu'elle préfère largement le tatouer lui que des gros biker qu'on trop forcés sur la bière. Mais elle peut pas trop choisir, surtout pas en ce moment. Elle s'approche de lui, l'aide à prendre place sur le fauteuil en lui posant une main pas vraiment douche sur le torse. - Arrêtes de bouger deux secondes, tu veux pas que je me loupe et que je tatoue une licorne sur les fesses hein ? Même si le tatouage, qu'elle a déjà commencé et qu'il ne lui reste plus qu'à finir, n'est absolument pas sur les fesses, mais c'est un détail qui lui fait ni chaud ni froid., les kinney ne prennent pas trop en compte ces détails-là. Elle se détourne de lui histoire de choper son encre et de le faire patienter quelques micro seconde, avant de prendre la paroles à nouveau. - Si tu veux, je viole ma politique d'anonymat et tout le bordel, et je te file le numéro de la gonzesse qui vient de sortir. Mais je de devrais quand même te prévenir, elle m'a fait lui tatouer le nom de son mec sur l'omoplate. Et elle en a au moins 4 autres dans le même genre. Tu crois qu'elle tient un listing ? La question n'est même pas directement adressée à Isaac, qui s'en fout sûrement. Mais elle non, c'est le genre de truc qui l'intéresse et puis ça passe le temps non ?


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Δ For what it's worth, getting the shit kicked out of you ? Not to say you get used to it, but you do kinda get used to it © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: She's the only girl allowed to get under my skin ... with her ink. Dim 16 Fév - 11:36


Il peut pas s'empêcher de lui faire son sourire en coin typique du mec qui est fier de lui, quand elle rentre dans son jeu. Parce que c'est ce qui lui plait, et qu'il a rien contre se dessaper, il a oublié l'option pudique à la naissance et elle le sait très bien en plus. Mais il s'exécute, parce que l'action vaut souvent plus que les mots, et qu'il a rien contre sentir le regard de la jeune femme glissait sur lui. Il a pas vraiment honte de son corps. D'accord, il ressemble pas au mec qui passe son temps dans les clubs de sport mais il a pas encore choppé le ventre à bière, malgré les menaces de Liam que c'est ce qui lui pends au nez, si il continue à prendre de la pizza et de la bière en guise de petit déjeuner. De toute façon, en général, il lui réponds en lui faisant un doigt d'honneur et en couinant comme une traînée qu'il est heureux de voir que son petit frère se soucie de lui. Parce que qui a dit qu'Isaac n'était pas un petit con ? Mais tout ca pour dire, qu'il a pas encore de quoi avoir honte de se foutre à moitié à poil devant une nana. Et il préfère lui sortir une connerie, que de sauter sur l'occasion de lui offrir sérieusement de transformer cette petite séance de tatouage en autre choses. Pas qu'il serait contre. Parce que Sadie, c'est plutôt son type de filles. Faut pas se leurrer, il a des yeux et il s'est s'en servir, et elle a toute cette attitude dure à cuir qui lui dit que l'amener dans sa piaule, ca pourrait être foutrement intéressant mais le problème, c'est qu'il l'aime bien. Et c'est un problème pour lui. Parce qu'il veut pas faire foirer son amitié avec elle. Alors, il flirte, il l'amuse sans l'amuser, il se prive pas pour la reluquer de manière insisté mais il agit pas en néandertalien, en se jetant sur elle comme un loup affamé sur un morceau de steak. - Avec un modèle comme moi, t'aurais une centaine de gonzesses sur le trottoir, mais même si je suis pas trop mauvais dans un pieu, je risque de pas tenir la cadence. Et pour être honnête, j'tiens plutôt sérieusement à ce que j'ai dans le pantalon, j'ai pas envie de le voir tomber à force de m'en servir. Il lui offre son plus beau sourire colgate, vous savez parce qu'il a plutôt une bonne hygiène dentaire et qu'elles sont encore blanches malgré la clope et le café. Il finit par caler ses bras derrière sa nuque alors qu'il prends place dans le fauteuil. Et faut dire qu'il peut pas s'empêcher de lui offrir un mouvement de sourcil, comme un pauvre looser alors qu'elle le cale avec sa main, et qu'elle lui ordonne de pas bouger son fion comme si il avait des asticots qui tentait de rentrer là ou même la lumière du soleil rentrait jamais. - J'aime ca, quand tu me donnes des ordres .... Et il lui fait une imitation à deux balles d'un tigre qui est plus proche du chat asthmatique que d'une bête sauvage en ronronnant pour ponctuer son point.

Il finit quand même par se caler sagement dans le fauteuil, parce que soyons honnête, il a pas vraiment envie de se retrouver avec un dessin raté à vie, et si il a confiance en la jeune femme, il sait qu'elle a besoin de sa coopération, un minimum pour que les choses ne se transforment pas en catastrophe irrécupérable. Sauf que la meuf, elle aime prendre son temps, et si il a rien contre les préliminaires, il les apprécie dans un autre contexte que celui de se geler les miches parce qu'il s'expose pour les besoins de l'oeuvre d'art de Sadie. Et il laisse un sourire sortir de ses lèvres à ce qu'elle lui raconte. Y a des gonzesses qui sérieusement sont tarés. - J'imagine bien son mec, elle t'a fait barré les autres noms ? Mais je peux pas lui imposer un tatouage aussi douloureux ... Je veux dire, elle pourrait pas s'en remettre et serait obligé de se faire tatouer mon nom tout en travers de sa poitrine. Il lui offre un sourire en coin, et réprime l'envie de fumer sa clope, parce que s'intoxiquer les poumons, il peut le faire mais plus tard. Il en revient toujours pas de ce qu'elle lui a raconté mais il se penche vers elle, avec un air conspirateur - C'est le moment où tu peux m'avouer que tu t'es fait tatouer mon nom sur la fesse droite avec des petits cœurs tout autour ... Je te blâmerais pas. Et c'est peut être dangereux pour lui que de taquiner sa tatoueuse alors qu'elle va approcher une aiguille de ta peau, et a le luxe de te dessiner un bisounours sur tes parties génitales. Mais il dit ca pour déconner, et il sait qu'elle le sait. C'est pas comme-ci, il l'avait pas déjà fait à chaque fois qu'ils s'étaient croisés encore et encore. Et puis, il est pas doué avec les gens, et il voit bien qu'elle a l'air préoccupé sauf qu'il va pas lui offrir une épaule pour la réconforter, il sait pas faire. C'est son frère qui est plus doué pour ce genre de rôle. De toute façon, il a plutôt le poil hérissé aussi depuis qu'il a revu son ex, et qu'elle lui a fait son petit numéro. Il se dit que des fois, Scarlett l'a fait devenir misogyne ou peut être qu'il va pas s'avouer qu'il a peur. Bref, c'est plus simple de jouer, le rôle du con. Il lui jette un coup d'oeil, et il a envie de la faire rire. Et c'est pour cette raison qu'il est jamais sérieux avec elle, qu'il pousse pas parce qu'au fond, il s'y est vraiment attaché et que c'est en sortant ce genre de connerie dans son esprit qu'il s'en rends compte. Il se dit pas, une seconde que ca pourrait être autre chose parce qu'il est bien trop obtus pour chercher plus loin que le bout de son nez. Même si il va pas mentir, il fait vraiment des efforts pour pas laisser ses hormones prendre le pas sur sa lucidité. - Kinney, tu vas me dire ce qui te chiffonne la petite culotte ? Si t'es tellement désespéré de t'envoyer en l'air avec moi, tu sais bien que t'as qu'un mot à dire, et on abandonne le tatouage pour grimper au premier où j'suis sur que tu dois cacher un matelas ... Soyons fous, on peut même tester la solidité de la chaise sur laquelle je suis vautré. Et si c'est pas une façon codé de lui demander si tout va bien. Enfin, il sait que c'est Sadie et qu'elle va pas se mettre à chialer, enfin il l'espère parce qu'il a du mal à gérer les gonzesses qui pleure. Mais il lui laisse aussi une porte de sortie, parce que si elle est comme lui, elle aura peut être pas envie de lui faire des confidences, parce que même si ils s'entendent bien, ils se connaissent pas non plus si bien que ca.
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Sadie A. Kinney
• Admin masochiste, spécialiste du lancée de culottes •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 187
ϟ Arrivée à Boston : 15/12/2013


MessageSujet: Re: She's the only girl allowed to get under my skin ... with her ink. Dim 6 Avr - 14:48

C'est pas le jeu de flirt un peu con auquel ils jouent depuis des lustres qui risque de la choquer. Au contraire, ça la rassure, lui prouve que tant qu'elle répond à ses piques un poil aguicheuses et qu'il lui sourit de manière tout aussi équivoque, le monde tourne à l'endroit, la terre bien autour du soleil ou une connerie dans le genre. Ça n'empêche pas sadie d'en profiter un max pour le mater, coup d'œil dans sa direction. Légèrement plus appuyé et pas trop discret quand il enlève le haut. Elle va pas non plus se retenir, jouer la jeune vierge effarouchée et faire des courbettes parce que, c'est tout le contraire. Elle n'a pas beaucoup de manières, une grande gueule un peu trop souvent ouverte et sans contrôle et un sens de la répartie graveleux. Ça a pas l'air de déranger Isaac, qui en rajoute toujours des tonnes ce qui laisse pas trop à la brunette le moyen ou le courage de reculer. Parce que soyons clair, entre ces deux-là, ça n'a pas trop de sens et surtout pas de fin. Ils jouent à celui qui pisse le plus loin, façon, je t'allume un peu et je la ferme après jusqu'au prochain tour. C'est pas elle qui se couchera, qui perdra la partie et empochera pas la thune à la fin. Même si y a pas d'argent entre eux, juste leur amitié. Elle aime bien prôner la mentalité hippie, les fleurs dans les cheveux, les seins nus et l'herbe dans les poches et surtout qu'elle est le genre de nana qui s'en fout de tout, joue la fille de l'air et écarte les cuisses à la moindre pulsion et c'est pas non plus vraiment faux, mais elle sait que le problème majeur du sexe, même si c'est fendard de prendre son pied, c'est que ça fini par tout changer. Et même s'ils sont pas encore arrivés au point des confidences, de partager de la crème glacée fourrée au cookie et autres joies culinaires et bien caloriques, elle l'aime vraiment bien. Sans se poser non plus trop de questions sur d'où ça vient. Parce qu'elle a rien à voir avec le gosse de la pub débile pour le lait, qui pose une tonne de question et que sur le sujet des bébés, elle maîtrise parfaitement. Elle relève le regard sur Isaac, sa main toujours appuyée contre son torse et ouais, ça à pas de véritable rapport avec ce qu'il est en train de raconter tout ça, mais faut mieux que dans sa tête elle délire sur lactel plutôt qu'elle se mette à baver, avec les yeux qui sortent des orbites comme l'espèce de loup dans elle ne sait plus très bien quel dessin animé. Elle fait mine de réfléchir avant de reprendre la parole et de se détacher de lui, l'aiguille déjà en main et un air un peu plus sérieux sur la tronche. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, elle prend son boulot vraiment à cœur et encore un peu plus maintenant qu'elle est sur le point de tout perdre.

Huuum, je peux pas te dire, je t'ai jamais vu en action,mais bon, ça me paraît pas vraiment juste comme arrangement de toute manière, alors rêve pas je vais pas te faire de contrat de travail tout de suite. Pourquoi y aurait que mes clientes qu'aurait le droit de s'amuser ? Puis faudrait que je teste la marchandise aussi tu crois pas ?

Ca la fait doucement marrer. Même si elle sait parfaitement que sous la tonne de blagounettes pas très fine, y a un fond de vérité qui pourrait la faire flipper si elle s'y penchait deux secondes. C'est l'inconvenant quand on a un voisin/pote/ trop sexy et souvent à moitié à poil sur le fauteuil qui est censé être un lieu professionnel, c'est plus dur qu'il n'y parait de rester à sa place, de laisser les choses traîner dans la zone platonique de l'espace et d'éviter que tout tourne au vinaigre. Mais pour le moment, elle s'éclate, rigole à ses blagues, lui donne un léger coup sur les fesses en essayant de se la jouer dominatrice quand il prononce le mot ordre. - Tu veux que je sorte le fouet et les menotte aussi ? Je dois bien avoir ça qui traine, somwhere. Et non elle est pas sado maso sur les bords, juste bien trop contente de rentrer dans son jeu pour pas faire semblant de laisser son regard parcourir la pièce, à la recherche du moindre truc qui pourrait passer pour des objets aux tendances un peu légères.

Elle essaye quand même de concentrer un poil sur le tatouage qu'elle est censée terminer. C'est pas grand chose, des petites retouches de rien du tout pour que ça soit parfait, parce qu'elle a quand même du mal à faire les choses à moitié, et surtout dans son boulot. Puis faut croire que c'est pas vraiment le moment de rater ses œuvres de pseudo art, pour peu qu'on lui colle un procès et au cul et qu'elle paume sa réputation, en plus des murs qui hébergent sa boutique. - Ouais, presque. Je lui ai offert un bon de réduction pour la prochaine fois qu'elle se fait larguer donc tu vois, tu peux franchement y aller à fond. Si tu lui fais une impression de malade y a des chances qu'elle me demande de lui tatouer ta tronche à la place de ton prénom. C'est pas ton rêve ça ? Et ouais okay, vu le cerveau pas très évolué de la nana, c'est sûrement le rêve de personne mais elle le distrait encore un coup, pendant que l'aiguille de Sadie commence à toucher sa peau, sans vraiment prévenir. Il est pas douillet et plutôt habitué au fait qu'elle parle plutôt que de sonner l'alerte quand elle commence son travail. Elle se marre sans manière à sa phrase suivante, lève l'aiguille et fait mine de relever son tee-shirt à elle, exposant un bout de chair juste au dessus de la fesse en question. - Serieux ? Comment t'as su ? T'as une vision à rayon x et j'étais pas au courant. Elle laisse découvrir le bout d'un tatouage, mais va franchement pas plus bas et arrête ses conneries. De toute façon c'est pas son nom qu'est tatoué là, mais le résultat d'un pari débile avec Lee. Elle reprend sa place et recommence son manège, en essayant de pas être perturbé par l'ambiance de flirt un peu trop généralisé. Elle a l'habitude et il n'y a pas grand chose de différent. Du moins, elle l'espère parce que ça serait craignos et compliqué. Et pour l'instant, elle veut du simple, de la vanne et de la rigolade. Et sous cet air un peu débile et ses blagues dans la bouche, elle voit un peu qu'il sait qu'un truc cloche dans sa caboche à elle, c'est pas son genre de se rouler en boule en chialant. Pas du tout même, elle, elle attrape lee et l'entraîne dans ses histoires et ses combines pour se faire de la thune facile, jusqu'à ce qu'ils en crève. - Elle t'obsède tant que ça, ma petite culotte ? Non parce que si t'arrives pas à dormir la nuit et si t'y pense à mort, je peux franchement pas te laisser comme ça, t'emmener au premier comme tu dis. Mais je suis pas sur que tu tiennes la cadence. Mais si tu veux tester le fauteuil, faudrait peut-être qu'on se magne les miches, il risque de pas être là pour longtemps. Elle veut pas devenir dramatique, mais au cas ou elle arrive pas à réparer ses conneries, que le taré à qui elle a toujours pas payé ses dettes décide de vraiment s'emparer de sa boutique, elle ferait mieux de préparer ses clients non ?

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Δ For what it's worth, getting the shit kicked out of you ? Not to say you get used to it, but you do kinda get used to it © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
• •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: She's the only girl allowed to get under my skin ... with her ink.

Revenir en haut Aller en bas

She's the only girl allowed to get under my skin ... with her ink.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boston Tea Party :: RPG-
Sauter vers: