AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

It's a long time... [feat. Kelly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: It's a long time... [feat. Kelly] Mar 7 Jan - 21:30

Voilà que l'accomplissement de plusieurs mois de travail allait enfin se réaliser. Non, ça venait de se réaliser. Soren venait enfin d’intégrer le fameux groupe de braqueur qui sévit dans le coin depuis plusieurs années déjà. Le groupe en question est dirigé par les frères O'Connell, des types avec un passé militaire mais c'est tout ce qu'il sait clairement le jeune homme. Être recruté a été très dur et ça fait plusieurs mois qu'il travaille dessus avec des collègues de la CIA. Son intégration n'est pas encore définitive. Disons qu'il est accepté, mais que tant qu'il n'a pas fait un premier braquage, les O'Connell brother ne sont pas convaincus. Ce jour ne devrait pas tarder à arriver et il a intérêt à faire impression sinon il se fera soit tuer comme s'il n'était qu'un vulgaire insecte ou on l'obligera à quitter le gang. Pourquoi ne pas les arrêter si la CIA sait clairement que ce sont de dangereux braqueurs ? La réponse est simple, une rumeur circule comme quoi, ils sont liés de près ou de loin aux Sons of Liberty. En ce moment, il va de soi que le plus gros poisson de Boston ce sont les Sons. Si les frères O'Connell ont un quelconque lien qui peut les mener à eux, alors il faut en profiter et en tirer avantage. Voici donc le boulot de Soren, s'infiltrer pour savoir si c'est vraiment le cas. Et si c'est le cas, il devra tout faire pour rencontrer les Sons. C'est le genre de mission qui risque de durer longtemps. Ce n'est pas en quelques mois qu'il va réussir, non ça peut être l'histoire de plusieurs années. L'agent de la CIA le savait en s'engageant pour cette mission, il est préparé à l'éventualité de jouer les braqueurs un long moment.

Cela fait un peu moins d'un mois qu'il a rejoint le groupe. A présent qu'il connait un peu mieux les gars et qu'il sait qu'un casse approche, il a demandé à rencontrer son agent de liaison. Pour ne pas faire tomber sa couverture à l'eau, il ne peut plus se rendre dans les locaux de la célèbre agence pour voir ses collègues. D'où la mise en place de l'agent de liaison qu'il pourra voir n'importe où. Le rendez-vous d'aujourd'hui était fixé pour 18h00 à Dorchester dans un appartement. L'idée n'était pas mal, si quelqu'un le suis ça peut faire croire à une visite chez un ami. Sans grande difficulté, Soren trouva l'immeuble et y entra avant de monter au bon étage et de frapper à la porte. Le jeune homme ignorait qui avait été désigné pour être son contact, peut être quelqu'un qu'il ne connait pas ? Sans aucune appréhension, il attendit qu'on lui ouvre la porte. Quand celle-ci s'ouvrit, il affichait un sourire amical. Non pas car il était très content de venir, mais tout simplement car c'est plus sympa et que si quelqu'un l'a suivi, ça donnera l'impression que c'est un ami qu'il vient voir. Son sourire se figea brutalement en même temps que ses yeux écarquillèrent. Son cœur manqua un battement sous le choc de la personne qu'il avait en face de lui. Son sourire s'effaça et sa bonne humeur laissa place à une gêne profonde et une envie de prendre la fuite à toute vitesse. C'était impossible, comment pouvait-il avoir Kelly devant lui ? Voilà plusieurs années que leur relation à prit fin et qu'il est parti pour ne plus la croiser tous les jours. Oh ne croyez pas qu'il ne l'aimait plus, bien au contraire. S'il est parti c'est pour ne pas souffrir de voir qu'elle le détestait. Son cerveau lui cria de dire quelque chose, mais quoi ? D'un coup il était perdu et ne pensait quasiment plus à sa mission.
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Kelly V. Stanford
• Admin chaudasse, spécialiste mange-beignets •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 97
ϟ Arrivée à Boston : 23/12/2013


MessageSujet: Re: It's a long time... [feat. Kelly] Dim 12 Jan - 18:01


Les journaux sont étalés devant elle sur la table basse. Les dossiers trainent autour d’elle sur le canapé. Un café dans la main, elle laisse son regard s’égarer un peu partout, pour amasser le plus d’informations possibles sur la mission qui va l’occuper dans les mois à venir. Curieuse ironie, elle doit enquêter et arrêter un groupe pour lequel elle éprouve une curieuse fascination. Ses sentiments personnels ne rentreront de toute façon pas en ligne de compte, mais enquêter sur eux lui amène le sourire. Tout simplement parce qu’elle sait qu’en les comprenant, elle pourra plus facilement les faire tomber. Tout ce qu’elle espère, c’est que le partenaire qui lui est attribué est quelqu’un de doué. Se traîner un boulet pour ce genre d’opération n’est franchement pas optimal et elle n’excècre probablement rien de plus que les incompétents. Enfin si, peut être son ex-mari. Ainsi que son lâche d’ex-copain. Ou peut être aussi beaucoup d’autres choses. Il faut avouer après tout que Kelly n’est pas franchement un modèle d’ouverture d’esprit et elle déteste beaucoup plus de choses qu’elle n’en adore. Son esprit, plutôt que de se concentrer sur ce qu’elle a sous les yeux, préfère s’évader légèrement, dans son passé. Cela lui arrive beaucoup trop souvent dernièrement et la blonde préfèrerait que ça ne soit pas le cas. Se plonger dans ses souvenirs réveille bien trop souvent des douleurs insoutenables, qui la font se comporter encore pire qu’habituellement. Non, elle doit se reconnecter et ce, au plus vite, avant que son partenaire n’arrive.

D’ailleurs, elle n’a absolument aucune information sur lui et elle déteste ça. Bien sûr, son supérieur la connaît et sait très bien qu’elle l’aurait probablement stalké pendant des jours pour savoir à qui elle avait à faire. Ce qui n’aurait pas été franchement discret. Du coup, elle peut comprendre pourquoi personne ne lui a rien dit, mais elle se sent légèrement stressée à cette idée. Simplement parce que nager dans l’inconnu, elle déteste ça. La seule fois où ça lui est arrivée, c’était lorsqu’elle était enceinte et autant dire que ça n’a pas franchement bien tourné. L’américaine aimerait plutôt que ça ne recommence pas, surtout pour une mission de cette importance. Du coup au lieu de se calmer, l’agent se sent un peu paniquée et dans cette situation, elle ne voit qu’une seule chose à faire. Après s’être rendue dans sa chambre pour se changer, elle se rend dans le bureau, dans lequel pend un lourd sac de sable, qu’elle commence à frapper sans discontinuer. A part le sexe, c’est bien la seule et unique chose qui lui permet de ne pas sombrer dans ses souvenirs et qui l’empêche de paniquer. Ce sac de sable est probablement le plus efficace des médicaments contre le stress. Et puis c’est probablement son meilleur ami aussi, elle qui est si douée pour s’en faire.

Elle s’acharne sur le pauvre sac, lorsque quelqu’un se met à frapper à la porte. Enfin, voilà son partenaire qui daigne montrer le bout de son nez. Transpirante, des protections de combat sur les mains, elle quitte le bureau pour aller ouvrir la porte. Sans regarder la personne sur le pas de la porte, elle commence à enlever ses protections. Allez ramène toi on a du boulot ! Bientôt, elle remarque cependant qu’il reste sur le pas de la porte elle lève enfin son regard vers lui, pour se figer. Plus aucun de ses muscles ne bougent. Figée, elle n’arrive même pas à respirer ou même penser. Tout ce qu’elle sait, c’est que Soren se trouve sur le pas de sa porte et qu’elle ne sait même pas comment réagir. Un curieux et horrible instinct lui demande de lui refaire le portrait, mais elle n’arrive même pas à esquisser le moindre geste, pendant plusieurs secondes. Ses poumons la brûlent soudain et elle se remet à respirer avec difficultés. Cette respiration est comme le signal et tout son corps se remet à bouger soudain. Sa main surgit soudain et l’attrape par le col pour le faire rentrer et elle referme la porte d’un coup sec. Je peux savoir ce que tu fais là ! J’espère que ce n’est pas toi qui a infiltré le gang des braqueurs ! Son débit de parole est assez lent, comme si chacun de ses mots contient une menace voilée. Tout son corps est tendu et finalement, elle attend le moindre mot de travers pour lui sauter dessus. Qui dans ce foutu bureau a cru que ça serait une bonne idée de nous associer de nouveau hein ? Sa question est rhétorique, après tout elle sait très bien que les affectations ne se font pas en fonction des affinités, mais là, elle est vraiment l’impression que le karma essaye de la punir de quelque chose…
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: It's a long time... [feat. Kelly] Dim 12 Jan - 22:55

C'était hallucinant quand même. Pourquoi avait-il fallu que l'agent de liaison de Soren se soit elle ? Non pas qu'il la déteste, mais leurs passé était un peu compliqué, peut-être même rempli de haine pour elle. S'il était parti, de manière assez lâche d'ailleurs, c'était pour éviter plein de problèmes. Chaque jour, quand il la voyait, il n'arrêtait pas de penser au fait qu'elle le détestait. Il suffisait de voir les regards noirs qu'elle lui jetait. En plus, elle lui avait refait le portrait et c'est une chose assez douloureuse. Pourtant, Soren aimait Kelly. C'était une femme formidable et malgré l'amour qu'il éprouvait pour elle, il était parti. Tout simplement, car c'était mieux pour eux d'eux. Chaque jour, ou il souffrait de la voir le détester et il ne voulait pas qu'elle souffre en le voyant au boulot. Ce soir, se retrouvant totalement par hasard, sans même l'avoir présager devant elle c'était un choc. Ça faisait plusieurs années qu'il avait coupé les ponts. Aucune nouvelle d'elle et vice-versa. Comment se fait-il qu'elle soit à Boston elle aussi.

Elle était devant la porte lui demandant d'entrer, mais lui était trop choqué pour ça. En fait, elle n'avait pas vu que c'était lui. Il aurait voulu articuler un mot mais n'y parvient pas. Finalement, quand elle releva la tête, elle fut aussi surprise que lui. Tous deux se regardant dans le blanc des yeux sans vraiment parvenir à faire quoi que ce soit. Kelly se ressaisit plus vite que lui et l'attira à l'intérieur avant de refermer la porte. Au moins, elle n'avait pas changé, toujours aussi brutal. Là, elle lui posa la question à laquelle il s'attendait. Malheureusement pour elle, c'était bien lui l'agent dont elle allait devoir s'occuper. "Pourquoi tu poses la question, si tu connais la réponse Kelly !" répondit-il tout simplement. Qui aurait bien pu venir ce soir ? Elle savait qu'il était de la CIA, ça ne pouvait pas être un miraculeux hasard qu'il se trouve sur le pas de sa porte à l'heure même du rendez-vous. La suite le fit avoir un petit rictus légèrement amusé. Ici à Boston qui pouvait connaitre leur ancienne relation ? Peut-être que sur leur dossier il était écrit qu'ils avaient travaillés ensemble. Par contre, il doute qu'il soit écrit qu'ils furent un jour amant. "J'ignorai que tu étais à Boston, maintenant !" Il recula un peu et avança dans le couloir. C'est bien beau, mais s'il devait parler boulot être à côté de la porte d'entrée ce n'est pas forcément idéale. Son appartement était sympa et il y reconnaissait les gouts de la demoiselle. Ceci lui rappela des souvenirs qui lui firent mal. C'est fou ce que ça pouvait être douloureux de la revoir. "Tu sais, si tu préfères que quelqu'un d'autre soi mon agent de liaison, je comprendrai," confia-t-il en se tournant vers elle. Est-ce que lui il avait envie de continuer avec elle ? Difficile à dire, il était partagé entre le oui et le non. Non, car ça lui semblait fou et qu'il imaginait qu'elle devait encore le détester. Donc il n'avait pas envie de lui infliger ça une nouvelle fois. Oui, car dans le fond ça lui faisait tellement plaisir de la revoir et que malgré les années il n'a jamais réussi à l'oublier. "Peut être que je ferai mieux de partir... Je vais appeler le patron et tout lui expliquer." L'ambiance était tellement tendue qu'il imaginait que la fuite était surement la meilleure chose à faire. D'ailleurs, il retourna vers le couloir à moins que Kelly l'en n'empêche et accepte de rester son agent de liaison pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas




avatar

Kelly V. Stanford
• Admin chaudasse, spécialiste mange-beignets •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 97
ϟ Arrivée à Boston : 23/12/2013


MessageSujet: Re: It's a long time... [feat. Kelly] Lun 13 Jan - 1:12


Elle ne répond à sa remarque, qu’elle juge déplacée. Pas parce qu’il lui répond, mais simplement parce qu’elle trouve qu’il manque cruellement d’empathie. C’est un comble pour elle de penser ça, mais cette fois, elle a l’impression d’être légitime. Tout simplement parce qu’elle a l’impression que l’univers tout entier à décider de la punir pour x ou y raisons et elle en a marre de payer les pots cassés. Certes, elle n’a presque jamais fait de trucs biens dans sa vie et a plus ou moins 200 choses à se faire pardonner, mais elle estime toujours ne pas mériter tout ce qui lui tombe sur le coin du nez. Comme la présence de Soren là, dans son appartement. Après tout, même s’ils n’ont absolument rien fait dedans, elle a l’impression d’avoir mille souvenirs à partager avec lui, dans toutes les pièces de son petit nid douillet. Une putain de réminiscence dont elle se serait bien passé.

C’est un peu compliqué… J’ai demandé ma mutation dans le coin. Elle n’épilogue pas sur le sujet. Pas parce qu’elle n’a rien à dire, bien au contraire, mais simplement parce que les mots ne veulent pas franchir sa gorge, encore une fois. Incroyable. Elle qui peut pourtant parler pendant des heures lors d’un briefing ou d’un debriefing, est incapable d’aligner deux mots dès que ça concerne sa vie privée. Un défaut qui lui a coûté son mariage et probablement aussi sa relation avec Soren, et même celle qu’elle a pu avoir avec Lee. Un défaut majeur qu’elle n’a jamais réussi à corriger et qu’elle regrette dès qu’elle laisse les sentiments la submerger. D’façon va pas me faire croire que ça t’intéresse hein. Le ton se veut léger, presque indécent, mais elle s’en moque s’il le prend mal. Les états d’âme de Soren ne l’intéressent pas vraiment. Parce qu’elle a peur de vouloir le consoler, ou même de vouloir le toucher, juste avec un peu de douceur. Elle refuse de se laisser attendrir alors ses traits se durcissent légèrement. Après tout, il lui a brisé le cœur et ce n’est pas à lui d’être consolé, loin de là. Il lui a menti. Il s’est enfui comme un voleur sans lui laisser l’occasion de s’expliquer. Soren ne mérite donc rien de mieux que le pilori et à défaut, son mépris le plus sincère.

Bien sûr que je préfèrerai que quelqu’un d’autre soit ton agent de liaison. Enfin non. Je préfèrerais plutôt que ça soit un autre agent sur le terrain. Son regard se fait un peu mesquin pendant une seconde, avant qu’elle ne continue, un brin sur la défensive. Je n’abandonnerai pas cette mission. Elle est trop importante pour que je me laisse déconcentrer par… peu importe quoi. Bien sûr, elle ne se rend pas vraiment compte à quel point ses mots peuvent être blessants. Ce n’est pourtant pas vraiment le but premier, mais elle n’arrive pas vraiment à utiliser les mots comme ils devraient sortir. Elle en a déjà eu maintes preuves et malgré lui, Soren en a eu beaucoup lui aussi. Aussi, lorsqu’il commence à s’en aller, voire carrément s’enfuir, elle n’est pas vraiment étonnée. Si elle est la professionnel pour laisser des non-dits et ne pas savoir s’exprimer, lui, de son côté, est plutôt doué pour s’enfuir. Alors quand il commence à marcher dans le couloir pour partir, elle ne peut faire qu’une chose… Le rejoindre en quelques enjambées et le plaquer d’un coup au mur. Elle sait très bien qu’il a plus de force qu’elle et qu’il ne lui faudrait qu’un geste pour se déloger, mais elle ne peut s’empêcher cet accès de violence soudain. Ne t’avise pas de t’enfuir ! Pas encore une fois ! Je t’interdis de quitter cet appartement comme ça ! Tu sais que je suis pas douée pour les grosses conversations et tout ! Mais je peux pas te laisser t’enfuir encore honey ! Sa gorge s’est serrée soudain et un observateur averti, comme peut l’être Soren, ne peut pas louper l’éclat soudain de douleur dans ses yeux. Tu ne peux pas partir ! Et sa seconde main s’est aventurée sous sa ceinture, juste une seconde, pour l’effleurer… parce que non, elle ne sait pas parler… Elle ne sait qu’utiliser son corps. En mal, ou en bien…
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: It's a long time... [feat. Kelly] Lun 13 Jan - 22:59


La jeune femme était ici, à Boston après qu'elle y ait demandé sa mutation. Soren s'interrogea pour qu'elle raison elle a bien pu quitter New York, mais c'est son choix et sa vie, il n'a pas à s'en mêler. Il aurait également pu se demander pourquoi elle est venue ici. Le jeune homme se rappela alors qu'elle était du coin ce qui explique la raison de son choix de mutation. Quoi qu'il arrive, il n'était pas prêt à engager la conversation. Si jamais il se lance sur ce sujet, il risque de se prendre une réflexion à la figure ou carrément un beau coup de poing tout droit dans le nez. Alors, s'il peut éviter des douleurs qui ne servent à rien, c'est plutôt judicieux. Ça l'embêtait tout de même qu'elle puisse croire qu'il ne soit pas capable de faire attention à elle et d'avoir envie de savoir ce qu'elle devient. Plusieurs années se sont écoulées depuis son départ. Chaque jour où presque il avait une pensée pour elle ou leur histoire. Combien de fois lorsqu'il était assis derrière son bureau, il repensait à ce moment où elle était entrée tout en refermant la porte assez rapidement. D'ailleurs, il revoit la scène clairement, Kelly s'approchant du bureau de Soren rapidement pour l'embrasser. Leur premier baiser... quelque chose de plutôt mémorable. Chaque fois qu'il y pensait, il se souvenait l'avoir trahie et ça lui faisait un mal de chien. S'il y a une chose qu'il regrette dans sa vie c'est bien ça. La blondinette a beau ne pas être une fille facile, avoir un caractère assez spécial, il l'aimait et il n'est pas impossible qu'il l'aime toujours. "Kelly..." souffla-t-il doucement est tristement avant de finalement se taire. A quoi bon débattre de toute manière, elle finira par gagner ou s'énerver contre lui.

Concernant la situation d'agent de terrain à agent de liaison, la suite risque d'être compliquée. Leur passif faisait qu'elle n'était pas très enclin à s'occuper de lui. Logique, il lui avait tout de même brisé le coeur, ce n'est pas le genre de chose qu'on pardonne facilement, si un jour ça peut se pardonner. Au final, elle voulait tout de même continuer. Ce n'est pas étonnant, Kelly n'est pas le genre de personne à abandonner. De plus, si jamais elle demandait au patron pourquoi elle ne veut pas être l'agent de liaison de Soren, il faudra qu'elle explique ce qu'il s'est passé. C'est certainement une chose qu'elle n'a pas envie de faire. Mais rien n'empêche que lui, le fasse. Il peut très bien partir et dire au chef que le courant ne passe pas du tout avec l'agent Standford et que ceci pourrait compromettre la mission. Le chef n'y verra que du feu c'est certain. Alors, une nouvelle fois, il s'apprêta à prendre la fuite en se dirigeant vers le couloir pour aller vers la sortie. C'était très lâche de sa part et ce geste ne pourra pas effacer ce qu'il a fait. Sauf que fuir est souvent plus facile que d'affronter ses vieux démons. Kelly ne l'entendit pas de cette oreille car elle le rattrapa et le plaqua violemment contre le mur. C'est fou, elle n'avait pas du tout changé, toujours le même genre de réaction. Nivans resta contre le mur, il ne se défenda même pas, de toute manière il était incapable de lui faire de mal, du moins pas physiquement et il aurait aimé ne pas lui en faire moralement autrefois. Elle lui demande de ne pas partir, pas une nouvelle fois et ses paroles lui font terriblement mal. Ça lui fait mal, car il voit à quel point il l'a fait souffrir et qu'elle n'a pas l'air de s'en être totalement remise. Ses dents se referment sur la langue pour éviter qu'il ne dise quelque chose qu'il ne devrait pas. Et quand une des mains de la jeune femme vint le toucher, il se sentit terriblement perdu. Qu'est-ce qu'il devait faire ou penser ? Au fond de lui, il n'avait qu'une envie c'est la toucher, l'embrasser, la sentir de nouveau contre lui... Mais sa raison lui criait qu'il ne fallait pas, que ça pourrait être une erreur. Replonger risque de les faire souffrir tous les deux, du moins tant qu'ils n'auront pas eu une discussion sérieuse au sujet du passé. "D'accord ! Je ne pars pas. J’arrête de fuir..." murmura-t-il en se décollant du mur et s'approcha un peu trop dangereusement d'elle. Sa main vint se poser de manière naturelle sur le bras de Kelly et le toucher de sa peau lui rappela tout un tas de souvenir. Son cœur se mettant à battre plus fort, le poussant à s'approcher encore, encore plus prêt son corps n'étant plus qu'à quelques centimètres du siens. Ça raison revint au galop et il lâcha son bras avant de faire un pas en arrière légèrement gêné. "On doit parler boulot... j'ai pas beaucoup de temps." Soren retourna du côté du salon en se disant qu'il venait d'avoir chaud, très chaud. A présent c'était clair comme de l'eau de roche, son attirance était toujours là et c'était peut-être réciproque. Il prit place sur le canapé et regarda l'un des dossiers, c'était celui sur Bucley O'Connell le chef du gang.
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Kelly V. Stanford
• Admin chaudasse, spécialiste mange-beignets •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 97
ϟ Arrivée à Boston : 23/12/2013


MessageSujet: Re: It's a long time... [feat. Kelly] Dim 26 Jan - 18:06


C’est incroyable comme le temps peut passer, mais les réactions restent les mêmes. Kelly n’a jamais su réellement s’exprimer, parler librement ou même dire ce qui lui fait du mal. Non, elle préfère emmagasiner, jusqu’à faire une connerie. Au choix, coucher avec n’importe qui, ou tabasser un pauvre innocent. Là, elle a envie de faire les deux. Le frapper, pour ne plus avoir envie de l’embrasser. Le toucher, l’embrasser, pour ne plus avoir envie de le frapper. C’est un combat intérieur qui se déroule chez la blonde et elle ne sait vraiment pas quoi faire pour s’en sortir. Mis à part souffler un bon coup et attendre la suite, qui ne manquera probablement de venir. Soudain il se décolle du mur et il est si proche qu’elle peut sentir l’odeur de son après rasage, qu’elle peut ressentir sa chaleur, même à travers leurs vêtements et qu’elle peut même entendre résonner les battements de son cœur. A moins qu’il ne s’agisse que du sien… Les battements sont désordonnés, presque dérangeants, tant son palpitant tambourine fort dans sa poitrine. Leur histoire est inachevée, elle l’a toujours été et le retrouver là, après des années, lui prouve une seule chose… Rien n’a changé. Elle se sent toujours incroyablement bien lorsqu’elle est prêt de lui, même si ce bien être est maintenant teinté d’amertume et de tristesse… Mais au moins, il a pris la bonne décision, il va rester là, avec elle et demeurer son agent de terrain. Une bonne décision, qu’elle chérit au moment même où il pose sa main sur son bras. Un très long tremblement la parcourt et elle est à deux doigts de lui sauter dessus, pour l’embrasser sauvagement.

Son corps, ses lèvres, lui ont terriblement manqué et elle n’a qu’une envie, combler ce vide. Ce qui n’arrivera probablement pas maintenant. Il recule, lui arrachant un grognement de frustration. C’est bien le roi pour faire des choses comme ça. Lui promettre monts et merveilles d’un regard, pour ensuite la frustrer d’un seul pas de recul. Ses mots, aussi, la refroidissent légèrement et elle croise les bras soudain, pour le toiser, presque hautaine. Son regard le suit alors qu’il arrive au salon et qu’il prit le dossier qu’elle était en train d’étudier. Il était réellement en train de changer de sujet, et il n’est pas dit que l’agent ne se laisse faire. Alors elle retourna au salon à son tour et arriva dans son dos, sans trop faire de bruit. Sans parler, elle passa ses deux mains autour de son cou, jusqu’à poser son menton sur son épaule. Cette position la faisait trembler de souvenirs passées, lorsqu’ils préparaient les missions ensemble. Elle se retint de justesse, de déposer ses lèvres sur sa joue, en un simulacre étrange de ce qu’avait été leur passé, et regarda le dossier, sans sourire. Alors comment se passe ton infiltration ? Tout en parlant, elle avait légèrement changé sa position, pour se sentir plus proche de lui. En vérité, à ce moment, ils ont tout du couple qu’ils ont un jour été, comme si le temps n’avait pas passé et comme si elle n’était plus en colère.

Bien sûr, elle l’est toujours. Mais son corps, près du sien, lui donner terriblement envie et elle ne veut pas passer à côté de retrouvailles sexuelles. Tu n’as pas beaucoup de temps à cause de quoi d’ailleurs ? Tu n’as pas le droit de passer un peu de bon temps avec ta maîtresse ? Ah oui parce que c’est cela, ma couverture. Tu veux voir mon dossier ? Cette fois, la blonde sourit franchement et se détache de lui, pour récupérer un dossier, fictif, de ce qu’est sa vie, dans cette mission. Jolie blonde, de 42 ans, photographe de rue, qui va exposer dans la galerie Allston dans quelques semaines. En mal de sensation, elle s’amuse en couchant avec un sexy braqueur de banque. Tiens lis ça. Même si tu es surveillé, tu peux passer tout le temps que tu désires ici. Personne ne s’attend à ce que tu quittes une femme aussi sexy en quelques minutes à peine. Cette fois, la quadragénaire éclate de rire et finalement va s’assoir dans le fauteuil en face de lui, un regard mutin aux lèvres. Ma vengeance sera de te voir te battre avec toi-même. M’embrasseras-tu ? Donneras-tu du crédit à notre couverture… Ou bien non ? Son sourire s’est fait provocateur et il n’y a aucun doutes… Elle s’amuse terriblement de la situation. La première réaction de surprise passée, il s’avère finalement que travailler avec Soren, ne sera pas si mauvais. S’il se retient de céder à ses pulsions, elle sera mille fois vengée…
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: It's a long time... [feat. Kelly] Dim 26 Jan - 22:57

Le jeune homme était encore un peu mal à l'aise. Avant que la porte ne s'ouvre, il ne s'attendait pas à revoir son ex. En fait, dans sa tête, il s'était toujours dit qu'il ne pourrait pas la revoir, car tout était fini. Le pire c'était que tout était sa faute. C'est lui qui lui avait menti et l'avait trahi. C'est également lui qui était parti sans rien en ne laissant qu'un message vocal sur le répondeur de la jeune femme. Oui, les derniers mots qu'il avait dit à Kelly c'était des adieux. Alors se retrouvait là face à elle sans y avoir été préparé ce n'est pas évident. En gros, il ne savait pas sur quel pied danser. Le fait qu'elle se rapproche de lui entre colère et sentiment c'était des plus déstabilisants. Ce qu'elle ignore surement, c'est qu'il ne l'a jamais oublié. Pourtant Soren a essayé de nombreuse fois de la rayer de sa vie et de sa mémoire. C'est tout bonnement impossible. Depuis toutes ces années, il n'y a pas dû y avoir un jour sans qu'il n'ait une pensée pour elle. Ne serait-ce que savoir si elle allait bien, si elle avait refait sa vie ou encore si elle le détestait toujours.

L'agent se contrôla et préféra se concentrer sur le boulot. C'est pour ça qu'il retourna dans le salon en essayant de focaliser Kelly sur la mission. C'est une chose qu'il pensait avoir réussi jusqu'à ce qu'elle s'approche de lui dans son dos et "l'enlace". Soren cessa de bouger pendant une fraction de seconde, son corps se raidissant de surprise. De vieux souvenirs refirent surface et ça faisait encore plus mal de voir la réalité en face. Que devait-il penser ? Est-ce qu'elle peut vraiment faire comme s'il ne s'était rien passé ? Hélas, lui il ne peut pas. Non replonger comme ça dans ces bras ça semble indécent, il aurait l'impression d'être un profiteur. Peut-être qu'elle l'a pardonné et qu'elle ne lui en veut plus. Hors, lui il s'en veut toujours, il lui a fait du mal et il ne parvient pas à oublier ça. Dans le fond, il ne la mérite pas. Tant que l’abcès n'est pas crevé, il ne peut rien envisager, même si ce n'est pas l'envie qui lui manque. Le son de sa voix juste à côté de son oreille le fit sortir de sa torpeur, mais son corps lui resta tendu. "Pour le moment ça va. C'est Reilly O'Connell qui m'a recruté. Le groupe est méfiant et on ne me dira rien tant que je n'aurai pas fait mes preuves officiellement," expliqua Soren à sa collègue qui se décida enfin à s'asseoir sur le siège en face. Ça le soulagea qu'elle le lâche ce qui eut pour effet de le détendre.

Par la suite, elle lui posa la question au sujet du temps. Le jeune homme arqua un sourcil sans vraiment comprendre pourquoi. Puis elle expliqua qu'elle était sa maitresse. Wow ! Doucement, ça ne va pas un peu vite là ? C'est là qu'elle lui donna le dossier de sa propre couverture. Bon sang, qui était l'idiot qui avait pondu cette couverture. Ah si un jour Soren le croise, c'est clair qu'il va lui faire bouffer le dossier. "J'en viens à me demander si c'est un hasard que ce soit toi mon agent de liaison, maintenant !" ironisa l'agent de la CIA en voyant les détails du dossier. Malgré tout, il ne comptait pas passer beaucoup de temps avec elle. Les O'Connell sont méfiants et ils seraient capables d'enquêter de leur côté ou de venir parler à Kelly. Une chose est sûre, il est hors de question qu'il mette la jeune femme en danger. En plus de ça, la jeune femme semblait se jouer de la situation vis à vis de leur passé commun. Soren levant son regard vers elle se fronça un sourcil, ça ne l'amusait pas du tout. "Si tu fais ça uniquement pour me faire payer le passé, c'est pas la peine. Tu t'imagines peut-être que ça été facile pour moi et que je n'en ai pas souffert ?" demanda-t-il en haussant légèrement le ton tout en balançant le dossier sur la table. "J'ai regretté tous les jours ce que j'ai fait. Si je pourrai revenir en arrière, je le ferai." Il se leva quelque peu agacé et s'avança vers la baie vitrée pour regarder dehors. "Qu'est-ce que tu veux ? Me faire souffrir ?" Il se tourna pour la regarder et glissa ses mains hors de ses poches. "Va si ! Insulte-moi, frappe-moi, fait ce que tu veux, je ne me défendrai pas. Je le mérite après tout ! Un soupire s'échappa de sa bouche, tant qu'ils ne se seront pas clairement expliqués sur le passé il est clair qu'ils ne pourront pas bosser sur la mission.
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Kelly V. Stanford
• Admin chaudasse, spécialiste mange-beignets •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 97
ϟ Arrivée à Boston : 23/12/2013


MessageSujet: Re: It's a long time... [feat. Kelly] Mer 5 Fév - 18:28

Les réactions de l’homme à son contact l’amusent. Parce qu’il a l’air franchement mal à l’aise et qu’elle se réjouit de le savoir mal. Une sorte de vengeance pour son silence aussi long et son lâche abandon. Bien sûr qu’il serait probablement plus simple de juste gueuler un bon coup, pour remettre les choses à plat et peut être imaginer une suite à leur aventure un brin étrange. Cependant, ce n’est pas l’optique de la blonde, qui n’a pas très envie de lui pardonner ses actions passées. Son mensonge, son message débile sur son répondeur… Tant de choses qui lui restent en travers de la gorge, bien qu’elle soit incapable de le dire. Au fond d’elle, elle sait très bien que c’est aussi de sa faute, s’il est parti. Soren a après tout cru qu’elle le haïssait pour son mensonge. Oui, elle a été très en colère contre lui, et lui en a terriblement voulu pour tout ça. Cependant, elle ne l’a jamais détesté. Ce quiproquo venait d’elle, de son manque de communication et son incapacité à prononcer les mots difficiles. Et à cause de cela, il s’était enfui, la laissant seule dans un moment où elle avait encore terriblement besoin de lui.

Alors oui, elle est toujours en colère contre lui, même si elle sait que c’est aussi de sa faute, mais après tout, on ne la changera probablement plus. Assumer ses erreurs, ce n’est pas vraiment son genre et puis, ce n’est franchement pas amusant. Mieux vaut continuer à s’amuser, avec les pauvres nerfs de son collègue. Sa résistance sera probablement assez importante, étant donné son entrainement au sein de la CIA, mais Kelly ne doute pas une seconde de sa réussite. Elle le fera tourner en bourrique, avant la fin de cette mission. Compréhensible. Tu es le petit nouveau, ils ne vont pas te faire confiance tout de suite. J’espère que t’es prêt à faire des choses vraiment pas jolies. Ce sont pas des enfants de cœur tes nouveaux copains et je dois m’assurer que tu merderas pas à cause d’un regain de conscience au mauvais moment. Tous ses mots semblent froids et probablement insensibles, mais elle s’en moque. Cette femme est loin d’être un modèle de douceur et de toute façon, elle préfère la vérité brute aux conneries qu’on débite pour rassurer quelqu’un. Ce n’est pas son job de materner Soren, elle, elle doit simplement récupérer ses informations et faire en sorte que tout se passe bien, mais pour ce qu’il ressent, elle ne peut rien faire pour lui.

Alors qu’elle s’assoit en face de lui, elle semble diablement calme, mais un tumulte intérieur s’est levé, lorsqu’elle l’a entendu sous entendre que tout ça puisse être calculé. Sa présence ici, sa couverture… Non, elle ignorait même jusque là, qui était son agent. Probablement pour ne pas qu’elle s’aventure à sa recherche avant qu’il ne soit prêt à venir la voir. Décidemment, ses supérieurs la connaissent bien trop. Crois moi, c’est un pur hasard Nivans. J’ignorais que tu étais mon agent de terrain. Les chefs ne voulaient pas que je m’immisce avant que tu ne sois prêt j’imagine. Si j’avais eu le moindre indice qu’il s’agissait de toi, j’aurais tout fait pour que tu ne sois pas sur cette mission. Son regard s’est détourné vers la fenêtre. Finalement, quand il s’agit de lui envoyer des vacheries à la gueule, elle est toujours plutôt douée en fait. La seule chose qui lui manque, c’est la faculté de s’exprimer normalement, sur des sujets plus graves.

Soudain elle se raidit, alors qu’il s’emporte. Finalement, ses nerfs n’auront pas tenus très longtemps, mais elle ne peut pas dire qu’elle est étonnée. Leur passé commun et les non-dits sont dévastateurs entre eux et elle aimerait arranger ça, sans même savoir par où commencer. Probablement par l’attaque, ainsi qu’un éclat de rire, cristallin, moqueur et presque cruel. Tu as souffert ? Va te faire foutre Nivans. T’as souffert quoi hein ? Tu savais que j’avais besoin de toi. Et tu t’es barré comme un couillon. Alors viens pas me dire que t’as souffert bordel ! Finalement, elle n’a pas beaucoup plus de self contrôle que lui à ce moment bien précis. Parce que son cœur saigne de nouveau, à la moindre évocation de leur rupture. Cette plaie, jamais totalement refermée, qui la fait toujours autant souffrir. Qu’est ce que tu regrettes exactement hein ? De t’être barré ? Ou bien de m’avoir menti ? Peut être est-ce le fait d’avoir privilégié l’agence plutôt que moi non ? Ou simplement le fait de m’avoir jamais demandé de quitter Fred ? Non en fait, je sais vraiment pas ce que tu regrettes. C’est pas comme si tu n’avais rien qu’une seule chose à te reprocher. Sa voix, acerbe au début, s’est adoucie subrepticement jusqu’à devenir lasse. Ces mots, qu’elle retenait en elle depuis son départ, se sont écoulés sans qu’elle ne puisse en retenir un seul et ça lui fait battre le cœur tellement vite, qu’elle sent sa tête tourner. C’est bien pour ça, qu’elle ne parle jamais de choses douloureuses…

Elle sursaute étrangement lorsqu’il reprend la parole et elle remonte son regard sur lui, presque étonnée de sa façon de faire. Ses réactions sont étranges, elle n’en a pas l’habitude et la demoiselle se sent soudain triste et abattue. Qu’il la voit ainsi peut être… Il est vrai qu’elle n’est pas du genre douce et gentille, mais de là à imaginer qu’elle puisse le battre, là comme ça, en plein milieu de leur discussion… Ses sourcils se froncent soudain, alors qu’elle se rend compte qu’il a tout à fait raison. C’est sa façon de faire, de réagir et elle aurait très bien pu le taper, maintenant, mais elle n’en fait rien, se contentant de se lever à son tour pour se planter devant lui. Elle a un milieu de choses à dire, mais les mots se bloquent de nouveau dans sa gorge. Elle se sent mal à l’aise et finalement soupire à son tour… Je sais pas… quoi dire. J’arrive pas merde ! Ca me soule ! Et puis elle se détourne soudain, pour ne pas qu’il voit l’impuissance décorer ses traits.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: It's a long time... [feat. Kelly] Jeu 13 Fév - 23:26


Normalement, la visite de Soren était faite pour parler de la mission. Mais on dirait bien que c'est assez mal parti pour parler de ça. Le fait que son agent de liaison soit Kelly n'aidait pas vraiment. Retravailler ensemble allait être difficile s'ils n'arrondissent pas les angles. Leurs passé commun était lointain et douloureux et en grande partie à cause de lui. Alors, il fallait parler de ce qu'il s'est passé entre eux. Du coup, il mit de côté la mission, ce n'est pas comme s'il avait grand-chose à dire. Pour le moment en tant que nouveau, les frères ne lui accordaient pas encore beaucoup de confiance. Du moins, pas assez pour qu'il en sache assez sur le prochain casse ou sur les éventuels liens avec les Sons of Liberty. Quant à ce que lui expliquait son ex, il le savait déjà. Pour être réellement intégré, il se peut qu'il ait à faire des choses assez moches. L'agent de la CIA le sait très bien, pas contre est-ce qu'il est vraiment prêt à le faire ? Il ne pourra le savoir que le moment venu. Kelly lui confirma que leur "rencontre" était le fruit du hasard. Avant qu'il ne sonne à la porte, elle ignorait qu'il était l'agent de terrain avec qui elle allait être en liaison pendant la mission. L'information ne le rassura pas plus que ça. Tu parles d'un hasard. Le jeune homme ignorait s'il devait être content ou mécontent que ce soit elle qu'on lui ait assigné.

L'infiltré voulu expliquer au vu du comportement de la jeune femme qu'il avait lui aussi souffert du passé. Partir n'avait pas été une décision facile. Pendant très longtemps, il avait eu envie d'aller la voir pour lui parler, pour s'expliquer. Mais à chaque fois qu'il avait croisé son regard, il n'y avait vu que de la haine et de la rancœur. Pour lui c'était fini, il n'y avait aucun moyen de se faire pardonner et de recoller les morceaux. Oh, ça avait été tellement dur de demander sa mutation sans évoquer la vraie raison à son patron. Laisser ce message sur son répondeur téléphonique l'avait été encore plus. Il avait espéré qu'elle réponde, mais ce ne fut pas le cas. Au moins, il avait eu la décence de laisser un message. Pendant un instant, il avait hésité, voulant juste raccrocher et disparaitre. Kelly lui en aurait surement encore plus voulu, mais bon... un peu plus ou un peu moins qu'est-ce que ça changeait au final ? Mentir avait été tellement facile. Tout de suite, il ne s'était pas rendu compte qu'elle le prendrait aussi mal. Ce n'est qu'une fois fini et au moment où elle a su la vérité qu'il a compris son erreur. Maintenant, ça va être difficile de lui faire comprendre qu'il a autant souffert qu'elle. On dirait qu'elle ne le croyait pas, elle était littéralement en train de ce foutre de lui. "Je t'ai fait souffrir et j'en suis désolé. Je regrette ce que j'ai fait ! Voir que je venais de briser tout ce qu'on avait construit ensemble, tu crois que ça ne m'a pas affecté ? J'ai été mal pendant plusieurs mois. J'ai même souhaité pouvoir retourner en arrière pour réparer mon erreur. Hélas, ce qui est fait est fait !" Ensuite, elle lui reprocha tout un tas de choses. Ce n'était pas étonnant qu'il se prenne tout ça dans les dents. Il le méritait de toute manière. Soren ne savait même pas quoi répondre. "Ce que je regrette le plus Kelly, c'est de t'avoir fait souffrir. Je ne pourrai jamais me le pardonner. Quoi que je dise, ça ne réparera pas mes erreurs. Alors, libre à toi de continuer à me détester. Mais sache que je suis désolé pour tout !"

La jeune femme s'approcha de lui, est-ce qu'elle allait l'écouter et le frapper tout en l'insultant ? Visiblement non, elle s'arrêta avec l'air tout aussi perdu que lui finalement. Standford ne savait pas quoi dire, ce qui est bien une première fois. Elle ne trouvait pas ses mots et se retourna. A ce moment-là, il la sentit vulnérable, mais ne sut pas quoi dire ou faire. Il hésita un instant et décidé de poser sa main sur l'épaule de la jeune femme. "Tu n'as qu'à dire ce qu'il te passe par la tête, ou ce que tu as sur le cœur. Dit le une bonne fois pour toute. Peut-importe si c'est blessant. Quoi qu'il arrive je le mérite. J'ai fait les pires erreurs du monde en te mentant et en t'abandonnant. Sache qu'il y a une chose que je ne regrette pas, c'est t'avoir aimé !
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Kelly V. Stanford
• Admin chaudasse, spécialiste mange-beignets •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 97
ϟ Arrivée à Boston : 23/12/2013


MessageSujet: Re: It's a long time... [feat. Kelly] Dim 16 Mar - 21:09


C’est dur… Toute cette discussion, les réactions de son ancien amant, ses propres réactions. Tout ça lui donne la nausée et elle ne veut plus l’écouter. Pas plus qu’elle ne veut lui parler. Elle désire simplement se repaitre de son corps, juste un peu, pour ne pas avoir à parler. Pour ne plus avoir à penser sur son mal être intérieur, qui la poursuit sans cesse depuis qu’il l’a quitté. Pour ne plus avoir à souffrir sur ce qu’aurait pu être leur relation actuelle, s’il ne lui avait pas menti. Pour ne plus se sentir mal de lui parler aussi mal. Après tout, ce n’est pas elle qui est en tort. Elle est l’abusée de l’histoire, alors pourquoi ne peut elle pas se sentir mieux de lui envoyer les pires horreurs à la figure ? Pourquoi ne peut elle pas simplement le plaquer contre le mur ? Elle l’écoute parler, se mord la lèvre, parce qu’elle a la réponse à ses questions. Les sentiments de Soren à son égard ont toujours été forts, ça, elle l’a toujours su, et ses remords semblent sincères. Ses remords, tout comme ses excuses, qui la transpercent de part en part. Une chose est sûre maintenant. Si l’agent avait daigné faire ses excuses, à l’époque des faits, elle aurait ressenti exactement la même chose. A savoir le besoin de lui pardonner. Encore maintenant, plusieurs années plus tard, elle ne cherche qu’une seule chose… Ses yeux sur elle, son corps près du sien, son cœur battant pour elle. La blonde a toujours besoin de Soren, au fond d’elle, alors elle meurt d’envie de lui pardonner, pour enfin passer à autre chose. Mais s’il y a bien quelque chose qu’il a heurté, en agissant de cette façon, c’est sa fierté. Cette dernière n’est pas prête à lui pardonner, loin de là. La souffrance qu’il affiche maintenant, n’est rien, à côté de celle qu’elle attend, pour enfin réussir à le faire entrer dans sa vie de nouveau.

Je dois te répondre franchement ? Oui. J’ai cru que tu t’en moquais totalement. De notre vie. De nous. Mais entre nous, si tu pouvais effectivement revenir dans le passé. Est-ce que tu irais contre les ordres ? Hein ? C’est pas ton genre, on le sait tous les deux honey. Ce surnom, n’est pas affectueux, ni même agréable à entendre. Ce n’est que le petit sobriquet moqueur qu’elle utilise avec à peu près toutes les personnes qu’elle croise. Celui qu’elle utilisait au tout début de leur rencontre, pour se moquer de lui et son malaise, à chaque fois qu’il la voyait. Ma question était rhétorique, t’étais pas obligé d’y répondre. Surtout que t’as l’air sacrément niais. Elle secoue la tête, plus rude qu’elle ne le veut réellement. C’est une façon de se protéger, certes, mais c’est aussi, et surtout, un besoin de le descendre plus bas que terre. Comme si elle ne peut envisager de lui pardonner, que lorsqu’il serait tout au fond d’un trou. Cruelle vengeance probablement, mais elle ne parvient pas à s’en empêcher. Lorsque finalement, elle sent la main de Soren sur son épaule, elle sursaute violemment, ne s’étant pas attendu à ce geste de sa part. Un peu trop vite, elle se retourne vers lui, avant de se rendre compte, bien trop tard, qu’une larme s’est échappée de ses yeux, pour venir rouler sournoisement le long de sa joue. Bien sûr, la blonde se maudit de se montrer aussi faible à son encontre, aussi essuie t’elle rageusement la goutte d’eau salée, avant de cracher.< font color=sienna> Oh tu parles bien Soren. Bordel que tu parles bien. Je t’ai toujours envié pour ça. C’est pas mon cas. J’ai envie de te dire bien des choses, et là pourtant, mon cerveau ne veut faire qu’une seule chose, te baiser furieusement. Comme ça j’aurais plus à penser à mes mots. Merde ! Encore une fois, l’injonction lui échappe parce qu’elle n’arrive pas à s’exprimer comme elle le veut. C’est compliqué pour elle, de mettre des mots sur ce qu’elle ressent.

Alors au lieu de ça, elle obéit à l’injonction de son cerveau et lui saute soudain dessus pour l’embrasser furieusement. Avec difficulté, elle se décolle juste assez de lui pour poser son front sur le sien et enfin murmurer… Je te déteste Nivans… Je t’aime Nivans… Je ne sais quoi penser. Je ne peux pas te pardonner, j’y arrive pas… Tout comme j’arrive pas à me détacher de toi là à l’instant. J’me sens débile… Elle est toujours contre lui et se resserre même encore un peu pour que ses courbes épousent parfaitement les siennes. Ce n’est qu’une simple étreinte, mais elle se laisse totalement aller, parce qu’elle est faible, et qu’elle a besoin de lui…
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: It's a long time... [feat. Kelly] Dim 23 Mar - 23:29


Il n'y a pas à dire, ce qu'il avait fait par le passé, la décision qu'il avait prise n'avait pas été facile. C'était aussi un acte lâche, mais tellement plus simple que de l'affronter tous les jours et de voir son visage rempli d'amertume et de haine contre lui. Ce fut la décision la plus dur de toute sa vie, mais aujourd'hui il l'assume bien que ça lui fasse toujours du mal d'y penser. Il ne faut pas oublier qu'il avait quitté celle qui était pour lui "l'amour de sa vie". Vous imaginez ce qu'il faut faire pour se convaincre d'abandonner et de partir loin sans se retourner ? C'est un énorme travail sur soi et il faut également se persuader que c'est mieux pour les deux. En partant, il avait seulement laissé un message sur la boite vocale de la jeune femme avant de changer de téléphone. Oui, c'était lâche, c'était moche, c'était horrible ! D'un autre côté, c'était aussi extrêmement courageux de sa part de l'avoir fait. Contrairement à ce que Kelly pouvait croire, à aucun moment il s'était moqué de ce qu'ils ont vécu ensemble. Partir avait été plus simple que de gâcher les souvenirs de leur relation. Soren avait voulu partir avant de voir ce qu'ils avaient construit tous les deux détruits à jamais. Quant à sa question, c'était assez difficile d'y répondre. Aujourd'hui c'est clair qu'il ne le referait plus, mais s'il revenait en arrière, il commettrait sans doute la même erreur, sauf si c'est le lui d'aujourd'hui qui se retrouve dans le passé."Rien de ce que je dirai pourra réparer ça. J'ai fait une erreur, je le sais et je n'ai pas d'autre choix que de l'assumer et de vivre avec. Je sais le mal que je t'ai fait et j’m’en suis infligé autant. A présent, est-ce vraiment nécessaire de ressasser le passé à ce point ? Je sais ce que j'ai fait Kelly, il n'y a pas un jour sans que j'y pense." Soren cessa de parler et baissa son regard vers le sol d'une manière assez triste. Le pauvre avait presque l'air honteux. C'est à peine s'il écouta la remarque de la jeune femme.

Puis quand elle lui tourna le dos et qu'il lui dit qu'elle pouvait simplement lui dire ce qu'elle avait sur le coeur, elle se retourna brutalement ce qui faillit le faire reculer d'un pas. Le jeune homme était prêt à tout entendre et il s'attendait à ce qu'elle l'insulte ou quelque chose dans ce gout-là. Mais il remarqua la larme qui avait coulé sur son joli visage et une fois de plus, il se sentit coupable. Ni sans n'est bon qu'à lui faire du mal on dirait bien. Elle fit la remarque qu'il avait le don de bien parler. Il haussa les épaules, depuis toujours il s'efforce de dire ce qu'il pense et d'être sincère. Plutôt que de recevoir des insultes, elle lui dit clairement que ce dont elle avait envie c'était de coucher avec lui. Un de ses sourcils se haussa de surprise. Est-ce qu'elle était sérieuse ? La réponse fut rapide, car elle se jeta à son cou pour coller ses lèvres aux siennes. Étonné par cet acte, il se laissa faire docilement et se surpris lui-même à répondre à son baiser avec fougue. Quand celui-ci cessa, elle resta contre lui et murmura des mots qui le touchèrent autant qui lui firent mal. Entre eux, ça n'allait pas être évident, un mélange d'amour et haine pour elle et pour lui un mélange d'amour, de regret et de douleur. C'est surement le couple le plus compliqué de l'année ! Un petit sourire timide se glissa sur les lèvres de Soren en même temps qu'il glissa une main sur l'une des joues de la jeune femme. Pendant longtemps, il avait rêvé d'un moment comme celui-ci. Les retrouvailles n'étaient certes pas comme il l'imaginait, mais il était heureux de l'avoir retrouvé. "Non, il n'y a aucune raison que tu te sentes comme ça. Je comprends ce que tu peux ressentir. Tu me détestes pour ce que j'ai fait c'est normal. Mais dans le fond t'es comme moi, t'as pas pu oublier ce qu'on a vécu. Et maintenant que t'es là devant moi... je..." le jeune homme préféra glisser ses lèvres sur celle de Kelly plutôt que d'exprimer ce qu'il voulait dire par des mots. Il l'aimait toujours malgré les années qui avaient passé. Son cœur battait toujours pour elle, si ce n'est encore plus qu'avant. Ses mains passèrent autour de sa taille pour la serrer contre lui. A son arrivée, il s'était pourtant juré à lui-même que rien de telle ne se passerait ce soir, mais il faut croire que c'est raté. C'est même lui qui s'emballa un peu plus en la plaquant contre le mur sans jamais quitter ses lèvres.

Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
• •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: It's a long time... [feat. Kelly]

Revenir en haut Aller en bas

It's a long time... [feat. Kelly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boston Tea Party :: RPG-
Sauter vers: