AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

"Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




avatar

Sadie A. Kinney
• Admin masochiste, spécialiste du lancée de culottes •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 187
ϟ Arrivée à Boston : 15/12/2013


MessageSujet: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 15 Déc - 14:04



Sadie Aileen Kinney
Emmy Rossum - @ Tumblr

Je suis née Le 14 Fevrier 1985 à Boston., j'ai donc 28 ans . Dans la vie j'exerce le métier de Tatoueuse/badass. Je suis Pas difficile et et libre parce que le reste ça me fait chier. Mon groupe est Tea party believers et je suis un nventé .  

If you must know something 'bout me, here it is

Quelques questions pour déterminer votre état d'esprit en ces temps troublés,
ça ne prendra que quelques instants, don't worry :
- Depuis combien de temps habitez-vous à Boston? Depuis votre enfance ou êtes-vous nouveau? Avez-vous une raison particulière pour être venu ici? parce que faut une raison pour poser sa carcasse quelque part maintenant ? Elle ne croit pas au destin, encore moins aux contes de fées et comme on n'a pas le plaisir d'être dans un joli film réalisé par un jeune con opportuniste elle se doute bien que ses parents n'avaient pas d'autre choix que de rester là. Ils ne roulaient pas sur l'or, pas plus que dans le bonheur mais c'est une autre histoire. Elle est sacrement persuadée qu'ils n'avaient pas trop le choix. Mais elle est toujours dans les parages, ça prouve qu'ici ou ailleurs, elle n'en a pas grand chose à foutre au fond.
- Êtes-vous heureux dans cette ville? - Êtes-vous heureux dans cette ville? réponse Sur les bords et au milieu, c'est vrai que ça craint un peu, elle répète sans arrêt que cette ville la fait chier, qu'elle veut se casser et refaire le monde. Et elle l'a fait pendant un temps, faire le tour du monde et se marrer. Arnaquer le peuple pour finalement rentrer au bercail parce qu'elle peut bien dire le contraire tant qu'elle veut, there's no place like home.
- Vous y sentez-vous en sécurité ces derniers temps? Ouais et non. Elle se sent en sécurité partout du moment qu'elle peut raconter de la merde, embobiner le peuple et sans sortir sans une égratignure. Le jour où on la bâillonne, ça sera surement un peu plus complexe mais pour le moment elle s'en sort avec classe.
- Que pensez-vous des Sons of Liberty et de leurs actions? C'est méchant de dire que ça l'a fait marrer ? Parce, certes des gens crèvent et tout le bordel mais ce qui fait chier les flics, boston, ne peut que lui plaire. D'une certaine manière ils la fascine un peu et puis vaut mieux les avoir de son côté que l'inverse. Du coup elle tente de les suivre de prés. Ça peut pas faire de mal et des fouteurs de merde dans ses contacts, même si elle ne les connait pas personnellement, ça ne peut être qu'un petit plus.
- Vous sentez-vous menacés par les Sons of Liberty?Non, elle se renseigne sur eux, enquête de son coté quand elle n'est pas occupée à essayer de trouver du fric sous les coussins du canapé, et s'est même incrustée dans le journal de leur fan club. Elle a une chronique maintenant, de caricatures au second degrés, où elle se fout un peu de la gueule des gens, dédramatise le tout et met les politiciens et les forces de l'ordre à mal. Sons of liberty style.
- Avez-vous été touché par les événements récents? Le marathon par exemple? Ou même l'explosion du bateau? (cf contexte) Elle a la télé comme tout le monde, c'est après l'explosion du bateau qu'elle a commencé à s'y intéresser de près d'ailleurs. Elle a trouvé leur impertinence assez cool. Allez savoir pourquoi.
-De quelle façon comptez-vous réagir à tout ça? En continuant sa vie, regarder derrière son épaule parce que c'est ce qu'on fait quand on vient d'un quartier chaud, apparemment.
I told you there would be trouble

Caractère en 15 lignes minimum
C'est une tête à claque, y'a pas à dire. On a beau retourner la situation dans tous les sens, et même si parfois elle peut paraître assez sympatoche et marrante à vous faire péter une côte de rire, ses réflexions à la con et la manière qu'elle a de toujours l'ouvrir ont le mérite de vite ramener les gens sur terre, les deux pieds plantés dans le béton et la tête dans les nuages. Sadie a un avis sur tout, n'importe quoi, même le sort des agriculteurs sans famille de l'amour est dans le pré ça peut l’intéresser si c’est le sujet de la conversation. Elle n'en a sûrement rien à foutre mais si elle peut trouver le moyen de contredire tout le monde elle le fera, sans même le vouloir ni s'en rendre compte. C'est qu'elle ne peut pas s’empêcher d'essayer par tous les moyens d'avoir le dernier mot, et même quand ça se voit comme le nez au milieu de la gueule qu'elle a tort elle creuse sa tombe, à quatre pattes dans la boue jusqu'à ce qu'elle en crève. Ou qu'elle trouve un moyen de foutre les chances de son côté pour que ça passe crème. Elle n'est pas seulement grande gueule sans cervelle, sous ces derrières de petite conne qu'elle expose à la face du monde sans avoir vraiment le cœur de le cacher, elle à un coté viens par ici que je t'embrouille,ni vu ni connu qu'on a un peu de mal à voir au premier abord. C'est le genre de nana qui t'embarque dans des trucs pas nets sans que tu t'en rendes compte, te retournes le cerveau en deux secondes chrono et te fait même penser que l'idée de génie que tu viens d'avoir venait de toi, alors qu'elle a tout manigancé de A à Z. C'est ça quand on a la parole facile, qu'on est pas trop conne et vachement avenante et qu'on a une belle gueule. C'est sûrement pour ça que les gens lui font confiance, la prenne juste pour une nerveuse qui tacle à base de répliques sarcastiques et qui a un humour de merde mais qu'est pas méchante. Elle ne l'est pas vraiment d'ailleurs, elle a juste vécu dans la misère une bonne partie de sa vie et à très vite comprit que pour s'en sortir fallait soit bosser très dur, soit trouver une autre manière. Sa manière à elle c'est l'embrouille et les idées de merde dans lesquelles elle ramène toujours Lee, son pote de toujours. Qui la suivrait sûrement au bout du monde si elle lui demandait. Elle devrait faire du yoga, fumer le calumet de la paix ou une connerie dans le genre parce qu'elle s'énerve en deux minutes. On ne sait même pas pourquoi mais elle part au quart de tours et même si au milieu de l'embrouille elle se rend compte que c'était débile, elle ne lâchera pas l'affaire. C'est comme ça avec tout ce qu'elle fait, elle va jusqu'au bout des choses et bonne chance pour lui faire lâcher la dernière idée de génie qu'elle a eu et croyez le ou non, elle en a toute les deux secondes des idées et si elle s'écoutait elle serait déjà riche à en crever mais faut croire que c'est pas si facile que ça, d'arnaquer. Quand elle a quelqu'un dans le nez elle a tendance à s'acharner de manière tout sauf subtile, de toute façon en dehors de son talents pour les belles paroles et les combines à deux balles, c'est pas la finesse ni la grâce qui l'habite. C'est le genre de nana qui pointe du doigt l'éléphant au milieu du couloir, qui fout la merde dans une bande de pote parce que ça l'amuse et que c'est comme une maladie, elle ne peut pas s’empêcher de sortir la vérité. Petites répliques violentes qui font pas toujours du bien, mais comme c'est toujours sur le ton de la vanne, on rigole et on tend l'autre joue. Faut mieux pas lui faire remarquer qu'elle est vexante, ça ne le fera même pas arrêter. Elle n'est même pas méchante, juste un peu chieuse sur les bords au fond, c'est pour ça qu'on l'aime non ? .
You're not a dumbass, you've got character right?

Ses manies, ses goûts, ses anecdotes en 10 lignes minimum :
✘ Elle ne sait pas jouer au poker, ni a aucun jeu de carte pourtant elle insiste et se lance dans des paris à la con, sans queue ni tête. Elle a même perdu la bagnole de Lee une fois, et sa boutique de tatouage, y a pas longtemps. Faudrait lui apprendre à cesser de vanter les talents qu'elle n'a pas.✘  Elle devient super câline et limite bisounours gerbante avec un coup dans le nez et ça fait marrer Lee , c'est pour ça que quand il a une mauvaise nouvelle à lui annoncer il lui bourre généralement la gueule avant, faudrait pas se faire sauter à la gorge pour un rien non ? ✘En parlant de soirée arrosée elle se croit intelligente et a prit l'habitude d'écrire ce qui se passe pendant qu'elle est murgée, parce que ça l'énerve beaucoup les trous noirs. Mais elle a surtout des serviettes de bar et des phrases incompréhensibles notées à l'arrache. C'est du génie un peu abstrait, au fond. ✘ Elle ne se maquille pas et coiffe ses cheveux dans un bordel sans nom, parce qu'elle a pas que ça à foutre de ses journée, c'est pas une vraie nana vous avez pas encore capté ?✘Elle dessine super bien, d'où le métier de tatoueuse parce que y a un peu de logique au milieu de remarques à la con, faut lui faire confiance pour ça. ✘Ça doit être la seule nana pas à la page, sans ipod ou mp4, elle a un bon vieux baladeur cd avec un gros casque vachement encombrant, un peu cabossé et qu'elle trimbale partout, la technologie c'est pas vraiment son trip et si elle pouvait elle vivrait au fin fond du Zimbabwe avec rien d'autre que des noix de coco en guise de soutif et des matelas de bambou à même le sol, et ça irait très bien.✘Elle à une bande originale de sa vie qui défile en permanence quand il se passe quelque chose, genre quand elle est énervée ou qu'elle est triste, chaque chanson a une utilité particulière en quelque sorte.✘ Même si elle le met dans la merde avec elle sans pour autant poser le pour et le contre, la seule personne en qui elle a confiance reste Lee, parce qu'il a toujours été là et que c'est son pote d'enfance. ✘ Même si elle le met dans la merde avec elle sans pour autant poser le pour et le contre, la seule personne en qui elle a confiance reste Lee, parce qu'il a toujours été là et que c'est son pote d'enfance✘  Elle déteste les flics, tout ce qui porte un uniforme par principe même si elle sait que c'est un peu con sur les bords, mais quand on a été élevée pire qu'à l'armée et que votre abruti de père savait pas vraiment s'y prendre, faut pas s'étonner. ✘Elle est insupportable quand elle regarde un film, elle est du genre a insulter le personnage principal et à commenter chaque action, si bien que le tout devient pas vraiment compréhensible. Elle agit pareil dans le métro aussi, elle commente les actions des gens en voix off, et ça les fait pas souvent rigoler.
Whatever, liking what I like don't make me a bitch.


  C'est pas moi c'est les autres. En plus, c'est de la faute à roman ce matin il bavait sur emmy VOILA, c'est dit.   
and behing the computer screen there's ... me


Dernière édition par Sadie A. Kinney le Sam 21 Déc - 18:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Sadie A. Kinney
• Admin masochiste, spécialiste du lancée de culottes •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 187
ϟ Arrivée à Boston : 15/12/2013


MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 15 Déc - 14:04


This is me
Well a teacher of mine once told me
That life was just a list of disappoints and defeats
And you could only do your best,
And I said "That's a fucking cop-out, you're just washed up and your tired,
and when I get to your age I won't be such a coward"

Tu devrais t'estimer heureux, il a laissé un mot. J'sais bien qu'il a pas foutu des cœur sur les i et que l'enveloppe était pas parfumée, mais c'est déjà pas si mal vu comment il est con. Il m'a piqué des cds au passage, mais t'en as sûrement rien a branler. Elle sait très bien que les vannes risquent de ne pas passer, mais elle ne fait pas tellement gaffe à la gueule renfrognée de son père, ni à la façon dont il lève un regard mauvais sur elle. Elle s'occupe d'arrondir les angles, ramasser les miettes et accessoirement le verre brisé sur le sol, témoin un peu casse gueule du bordel que le paternel fout depuis environ un heure, en cachant son sourire de petite conne bien comme il faut, même si l'ironie est elle, pas très bien planquée. C'est pas le bruit ou l'inquiétude qui l'a inquiétée, juste son ventre qui grogne qu'on lui serve de la bouffe et qui l'attire dans la cuisine sans qu'elle puisse vraiment s’empêcher de commenter, d'étouffer ses conneries au fond de son crâne. Elle jette un regard en coin, constate qu'il a toujours le même costard noir, sa cravate complètement dénouée est maintenant un peu crado et l'enterrement, c'était y déjà trois jours. Mais ça a l'air de lui passer au dessus, plus vite qu'une tribu de pie qui migre vers d'autres horizons, ou un truc à plumes aussi fendard. Sadie ne trouve pas ça drôle, pas plus que la situation et le côté pathétique mais elle se contente de ne pas moufeter, laisser les remarques qu'elle ne peut pas garder au fond claquer dans l'air et ne bronche que lorsqu'il l'a choppe par le bras, tout sauf doucement. Ça fait quelques minutes déjà qu'elle le laisse continuer son manège, exploser le salon et tout casser. Et décoller de leur place les photos de famille qui, d'un regard extérieur semblent être un gros mensonge vachement niais. Comme celui qu'on fait avaler aux gosses, comme si un gros barbu allait se trimbaler dans la cheminée, pour vous gâter une fois par an. Faut pas prendre Sadie pour une conne, elle se doute que le jour où ça arrive, c'est plutôt pour voler les bijoux de grand-mère Yvonne cachés dans un coffre sous le lit, pour égorger la mère et un tas de conneries qu'on voit que dans les films d'horreur. La magie de Noël, ça fait longtemps qu'elle pense plus à se coller les doigts dans la prise plutôt que d'y croire très fort et après la mort de sa mère, les choses ne vont sûrement pas aller en s'arrangeant. - Je m'attendais à rien d'autre de la part de cette petite merde, tu vas te casser aussi ? Maintenant qu'elle est plus là vous allez tous me laisser crever c'est ça ? T'es pas mieux que ton abruti de frangin, ni que ta salope de mère. Au lieu de carrément prendre la mouche, elle laisse un sourire en coin se coller contre ses lèvres. - T'as passé les trois stades du deuil vachement vite. T'es arrivé à la colère en sautant à pied joint sur le déni, et la tristesse. Tu vas l'insulter pendant longtemps ? Ça le fait pas rire, et elle non plus. Elle a conscience de ne pas parler comme une gamine de 15 ans, que les mots qui sortent du fond de ses tripes n'ont rien à foutre dans la bouche d'une môme, mais vu la façon dont les choses tournent, elle a intérêt à s'endurcir. Et plus vite que ça. - Tu devrais prendre une douche. Et elle se détache de lui, son regard toujours posé sur la pale copie de son père, affalé devant elle. Il n'a jamais été tendre, plutot le genre de type bourru qui vous lêve à 4 heures du matin, vous faire des pompes et un entrainement quasi militaire pour vous garder dans le droit chemin. Un flic violent et pas affectueux pour deux francs, qui fait flipper sa gosse quand elle fait des conneries, lui donne même pas envie de voler un carambar à l'épicerie du coin tellement elle sait qu'elle va en prendre, des claques dans la gueule. Malgré tout, malgré ça, elle ne le déteste pas encore. Parce que sa mère était là pour donner à la chanson un refrain plus sympa, une mélodie entrainante, qui vous reste coincée dans le crâne au moment de dormir, et qui chasse les sale monstres planqués sous le lit. - Tu sais où il est ? Sa voix n'est même pas douce, il pose la question dans le vent et tant pis si la brunette maintenant dans la cuisine, une tasse de café ultra fort dans les pattes, ne répond pas. Non, elle en sait foutrement rien. Elle et Clay n'étaient proches que dans sa tête apparemment, et ça ne lui a pas prit longtemps pour se casser on ne sait où, sans emmener sa frangine dans ses bagages. - Au Népal, en Ukraine ? Ou parti faire du bateau pirate à Disneyland, peut-être. J'en sais rien et je m'en fous, tu devrais faire pareil. Ça te va pas de jouer le papa poule inquiet. Et la gifle part d'un coup sec, elle ne trouve même pas que c'était plus sarcastique que les autres fois, plus méchant non plus mais faut peut-être pas remuer le couteau dans la plaie et lui exposer en pleine tronche que sa vie est misérable, que la seule nana qui lui permettait de garder la tête hors de l'eau s'est faite renverser par un gamin torché en plein milieu de l'après midi, que son gamin s'est cassé tout aussitôt et qu'il est coincé avec le portrait caché de la mère de ses gosses. On a la vie qu'on mérite non ? C'est ce qui trotte en boucle dans le crane de Sadie, quand elle continue de sentir les coups de plus en plus fort, recroquevillée sur le sol et la bouche pour une fois fermée.

___

Même avec le volume à fond elle entend le cliquetis des doigts de l'autre abruti qui cognent à fond sur la chaise et ça la stresse plus que d'attendre, depuis environ une heure. Elle enlève son gros casque un peu lourd, ça décoiffe carrément ses cheveux et relève ses yeux de la feuille sur laquelle elle gribouille depuis qu'ils ont débarqué là. Elle pose enfin le regard sur le type à côté d'elle, avant de lui foutre un faux coup de poing sur l'épaule. - Hey demi neurone, tu vas te calmer 5 minutes. Fais du yoga, j'en sais rien. Et une main tendue passe de l'autre coté d'elle, un joint enfermé dans la paume et un sourire goguenard sur le coin de la tête. Elle le tape lui aussi, pas vraiment prête à l'écouter déblatérer sur les bienfaits de l'herbe et le coté bio du truc, même si elle l'aime à fond les ballons, et qu'elle l'a entraîné dans cette merde de toute manière. Et maintenant elle se retrouve assise au milieu d'un footballeur balaise et de Lee qui n'a pas plus l'air de s'en faire que ça, à cracher la fumée en direction de l'interdiction de fumer juste parce que ça le fait marrer. La secrétaire s'est barrée depuis des lustres et plus personne ne traîne dans les parages, alors même aggraver leur cas ne semble pas si grave que ça. Le footeux prend la parole, cliché sur patte, balaise à en pleurer et bête comme ses pieds. - Je vais me faire virer de l'équipe, jamais je vais aller à la fac, et c'est ta putain de faute. Elle entend le rire de Lee, qu'a franchement pas dit un mot, amusé par la situation et qu'en n'a vraiment pas grand chose à faire de leur connerie. Ça l'a fait trop rigoler et même que ça devrait la vexer mais la seule réaction qu'elle a, c'est de choper le joint toujours dans les mains de Lee, d'en tirer une taffe histoire de pas tout défoncer. - Parce que tu crois en plus que sans moi, t'allais aller à la fac ? C'est pas de ma faute si on s'est fait choper, je suis innocente dans l'histoire, t'avais qu'à me ressembler aussi hein. Bon et elle oublie carrément le fait que c'est elle qu'a convaincu tout le monde que passer des exams pour un type qui fait trois mètres, n'a pas du tout ni le même sexe, ni l'a même couleur qu'elle, ça passerait crème, mais elle persiste et signe qu'ils vérifient pas à tout les coups. Puis elle pleure encore son petit business qui marchait comme sur des roulettes, avec elle qui passait les examens et Lee qui ramenait les pigeons entre ses mains et elle se demande encore quelle connerie elle va pouvoir inventer pour se faire du pognon, parce que c'est pas l'argent de poche inexistant que son père lui file qui va la faire aller très loin. Elle rêve de se casser, d'emporter ses rêves dans ses bagages et d'arnaquer le monde entier. Mais on dit qu'on fait des grandes choses quand on commence petit, alors elle fait ce qu'elle peut avec ce qu'elle a. Le fait qu'elle retienne tout ce qu'elle lit, qu'elle a le cerveau qui fume et qu'elle ira jamais à la fac elle, parce qu'elle supporte pas la justice, le travail et l'armée et tout ce qui s'éloigne de l'anarchie. Ça s'arrange pas chez elle, si Lee remarque les coquards sur sa tronche et le fait qu'elle squatte de plus en plus sa caravane, il ne dit pas grand chose, lui ouvre grand les bras et les conneries. Elle a même l'impression qu'il la suivrait au bout du monde si seulement elle lui demandait mais c'est pas pour tout de suite, parce qu'elle n'a besoin de personne. Lee se marre encore, s'étouffe un peu dans la fumée et de son côté elle repart dans son dessin, pendant que leur compagnon d'infortune stresse et va surement se mettre à chialer d'une minute à l'autre. La porte du principal s'ouvre à la volée, il fait mine de réfléchir 5 minutes et finalement semble opter pour qu'elle passe en premier. C'est pas comme si y avait beaucoup de suspens étant donné qu'elle a été chopé la main dans le sac et que les deux autres se sont collés à l'affaire sans avoir vraiment le choix. - Vous me suivez ? Geste rapide, sourire sur le coin de la tronche et pas vraiment flippée elle balance la feuille de papier un peu chiffonnée sur le genoux de Lee, tape dans sa main comme pour se donner du courage et suit le principal, en souriant comme une grosse chieuse. - Je peux tout vous expliquer, me regardez pas comme ça c'était vraiment pas ma faute cette fois. Vous devriez franchement blâmer la faute sur votre système foireux aussi. Si la sécurité était mieux gérée, ça arriverait moins aussi. Et elle en a d'autre, des excuses dans le même genre. La porte se referme derrière elle et elle est pas sûre de s'en sortir, cette fois.

___

Mais bordel, je vous ai donné 50 foutus dollars, je suis pas complètement tarée merde. Vous voulez quoi ? Que je vous montrer les images des caméras de surveillance ou c'est clair que je retire plein de pognon ? Je vais faire un scandale et vous coller un procès au cul moi, ça va pas tarder.
Et de l'autre coté de la vitre, assise sur le capot de leur voiture qui fume plus qu'elle roule, Sadie se marre parce qu'elle lui a apprit toute ces conneries, le coup classique d'acheter un mars, de prétendre corps et âme qu'on à filé un gros billet et de pas lâcher l'affaire tant qu'on vous rend pas la monnaie. C'est pas l'arnaque du siècle, mais chaque centimes sont bons à prendre vu qu'ils ne roulent quasiment pas sur l'or, qu'elle sait pas trop où ils sont, ni ou ils vont. Ça parait plus ensoleillé que Boston, elle a l'impression d'être en vacances et loin de tous les trucs qui lui collaient la boule au ventre à la maison. Elle n'a pas tout à fait 18 ans, risque gros si on les chope mais conne comme elle est, elle gouverne le monde dans sa tête, règne en maitre dans ses conneries et se fend la poire plus qu'elle ne devrait. C'est vrai que se faire virer du lycée sans avoir aucun diplôme ni de plan pour l'avenir, c'était pas vraiment drôle. Le paternel s'est senti investi de la mission divine de lui exploser quasi toute les dents dans la bouche et après le troisième soir à se faire péter la tronche, elle a débarqué avec une bagnole qui roule à peine, de l'argent emprunté à tout ce qu'elle avait embobiné et des idées plein la tête, direction n'importe où, mais ailleurs. Lee n'a pas plus bronché que ça, l'aventure ça l'a toujours fait kiffer et du moment qu'ils sont ensemble y a pas grand chose qui peut leur arriver si ? Il arrive enfin, sort de l'épicerie, un sourire victorieux étalé sur le coin de la tronche et des jolis billets verts dans les mains. Elle saute d'où elle est assise, monte dans la voiture sans se faire prier et attend sagement qu'il prenne la place du conducteur. - T'es de plus en plus doué pour ces conneries. Tu devrais penser à te lancer dans une carrière. Une carrière de quoi, elle sait pas trop. Le grand banditisme c'est pas vraiment son truc à lui, c'est plus sauver les bébés phoques et empêcher les otaries d'être exploitées dans on ne sait pas quel pays, mais ça la fait rigoler comme une conne de le voir réfléchir deux secondes, avant de démarrer la voiture, direction des contrées inconnues. Ou le premier hôtel qui pourra les accueillir pour la nuit. - Bah bien sûr, c'est vrai qu'en taule, je serai vachement utile pour sauver la planète hein, me faire violer par des tarés assez bien membrés, c'est vachement écologique il parait. - T'iras en taule que si tu te fais choper, la confiance règne. T'as pas dit la même chose 5 mois en arrière ? Il a toujours le sourire et elle se la ferme un peu, parce qu'il a pas tort, pour le coup des examens, elle n'admet que dans sa tête qu'elle s'est plantée, à se foutre la tête dans un mur et à presque s'étaler la gueule en sang par terre. Mais d'habitude, ses combines marchent un peu plus que ça, d'ailleurs elle en a une nouvelle avec laquelle elle lui a prit la tête jusqu'à pas d'heure la veille. Elle n'a pas encore remis le tout sur le tapis, mais la pancarte qu'elle tient fermement dans les mains et sur laquelle elle dessine des trucs que Lee n'a pas encore vu, prouve qu'elle a pas tout à fait lâcher l'affaire. - Je te promets que j'ai retourné le tout dans tous les sens, y a aucun risque et tu pourras tout me mettre dans les dents si jamais on se fait griller, tu vas pas cracher sur le pognon hein ? Je pourrais bien faire ça toute seule, mais ce serait carrément moins drôle. La pancarte est jolie, sobre, un vieux slogan de charité débile est inscrit en lettres rouges et ça la pousse à faire un regard de chien battu, le même qu'elle a l'intention de faire à tord et à travers pour récolter des dons. Pour Tommy, leur frère un peu handicapé qui rêve d'aller voir les montagnes russes d'on ne sait pas trop où. Elle a passé à lui dire que ça pouvait marcher, qu'ils ont justeàu créer un site bidon, qu'il est plus doué avec un pc entre les mains qu'elle et qu'elle a besoin de lui. Ça a fini par marcher apparemment puisqu'il prend la pancarte dans les mains une fois la voiture garée, lui passe une main autour des épaules et ajoute, en se marrant carrément. -T'es vraiment une putain de chieuse, tu le sais au moins ? Ouais elle le sait, elle lui fout un coup dans les côtes mais se détache pas de lui, parce que c'est quand même vachement la belle vie depuis qu'ils se sont tirés de Boston.

___

Elle bluffe même pas si bien que ça, pour une nana capable de convaincre une bonne sœur que le diable à cogné à sa porte un bon soir d'été, c'est franchement pas une bonne nouvelle mais ça se voit pas trop sur sa gueule, qu'elle panique. - Échec et mat. A non merde, je crois que je me suis plantée de jeu. C'est franchement rasoir le poker. Ça fait pas rigoler les mecs autour de la table, les clés de sa toute nouvelle boutique de tatouage trainent au milieu, parce que c'est tout ce qui lui reste et que c'était peut être pas une très bonne idée, de parier sur ça. Surtout qu'elle est pas douée au poker. Mais c'est un détail. Détail qu'a son importance quand elle pose les cartes sur la table, qu'elle à rien dans son jeu et que le type devant elle se fait un plaisir de rigoler franchement. Il prend les quelques billets qui trainent, ses clés et elle a même pas le temps de l'arrêter. Son cerveau fonctionne à 100 à l'heure mais elle a pourtant aucune idée de génie qui lui vienne à l'esprit. Elle revoit des tas de truc en flash back, comme quand le hippie un peu taré qui lui sert de boss est parti un beau matin, en lui laissant tout le matos de tatouage, des dettes sur le coin de la tête mais tous ses clients avec. Elle n'a pas vraiment d'autre choix que trouver un peu de pognon et même si c'est une bouse à ce jeu de carte carrément naze, elle a quand même tenté sa chance. Maintenant elle est dans la merde, comme quand on voit très bien sa vie repasser devant ses yeux, même si c'est pas un couteau qu'elle a planté sous la gorge mais ça lui fait le même effet. Elle qui est revenu à Boston poser ses fesses pas très stables 5/6 ans en arrière, elle n'a pas prévu que les choses dérapent de cette manière. - Hey hey, tu vas pas foutre une gamine à la rue si ? C'est l'hiver en plus et t'as jamais entendu parler de la trêve de noël ? Je vais trouver l'argent je te jure, rend-moi mes clés et on oublie. Ça a beau marcher d'habitude elle voit bien qu'elle fait choux blanc. Elle n'y met pas trop du sien non plus, bute sur ses mots et n'a pas la même conviction tordue qu'elle arbore en temps normal. Faut dire que son cerveau est déjà partie chercher une solution qui lui rapporterait du fric en deux minutes et qu'elle garde les yeux bloqués dans ceux du molosse, pour se donner une toute nouvelle contenance. - Parole de scout. Il arque un sourcil, pas sûr de la croire sur parole et convaincu qu'elle a de toute façon jamais apprit à planter une tente ni vendu de cookie pendant les fêtes de fin d'année. - T'as deux semaines. Je te jure que je rigole pas. T'es vraiment une putain de chieuse. Sourire de grande conne, elle est a deux doigts de se jeter dans ses bras mais au lieu de ça elle récupère les clés de sa boutique, lui fait un clin d'œil à la con et se tire du bar sans demander son reste. La voix endormie à l'autre bout du fil de l'inquiète pas plus que ça. Elle en oublierait presque qu'il est deux heures du matin et qu'elle ne lui a pas parlé depuis des lustres.

- Si t'es revenue de ton sauvetage de gorilles en pleine savane, ou je sais pas trop quoi, j'ai une idée de génie qui va nous faire gagner un max de fric.

And it's a story that might bore you, but you don't have to listen
because I always knew it was going to be like that.


Dernière édition par Sadie A. Kinney le Dim 22 Déc - 12:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Lee Flaherty
• Admin volage, spécialiste du calumet de la paix •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 268
ϟ Arrivée à Boston : 15/12/2013


MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 15 Déc - 14:06

       

EDIT : ce putain de titre de malade mental *ne s'en remet pas*        
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 15 Déc - 14:16

JOTEM. WITH ALL MY HEART. MY SOUL. MY LIFE.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 15 Déc - 14:22

Oh tient le nom de famille me dit quelque chose
Rebienvenue ici (tu m'donnes trop envie que Shameless soit déjà re-lààà tant de feels pour Ian et Mickey Crying or Very sad )
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 15 Déc - 14:31

Bienvenue sur le forum ^^
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 15 Déc - 14:50

rebienvenue (a)
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 15 Déc - 15:38

Bienvenue poulette    Emmy elle est trop belle   
Bonne chance pour ta fifiche honey ^^
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 15 Déc - 15:58

Re bienvenue sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 15 Déc - 19:59

Bienvenue sur le forum Very Happy
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 15 Déc - 20:14

J'ai vu le titre et direct j'ai su. J'ai su que c'était toi xD J'me suis dis qu'y avait que toi pour foutre un titre pareil !! Beuhaha.
la poutrée a écrit:
C'est pas moi c'est les autres. En plus, c'est de la faute à roman ce matin il bavait sur emmy VOILA, c'est dit
Ouais et même pas j'ai honte d'abord ! HAHA !! je pensais quand même que tu résisterais jusqu'à genre demain matin (pour toi) et soir (pour moi) mais étant donné le peuple qui avait craqué avant ti

T'es belle, t'es seksy, t"es canon, tu sens bon la menthe et les épices et la fleur fraiche. Jotem.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Sam 21 Déc - 14:39

Revenir en haut Aller en bas




avatar

Sadie A. Kinney
• Admin masochiste, spécialiste du lancée de culottes •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 187
ϟ Arrivée à Boston : 15/12/2013


MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 22 Déc - 12:32

Je vous mange, comme dirait l'autre.   
DONE.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Δ For what it's worth, getting the shit kicked out of you ? Not to say you get used to it, but you do kinda get used to it © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 22 Déc - 12:33

Je meurs d'amouuur    
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 22 Déc - 13:53

C'est parfait <3
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Lee Flaherty
• Admin volage, spécialiste du calumet de la paix •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 268
ϟ Arrivée à Boston : 15/12/2013


MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head." Dim 22 Déc - 21:02

       


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

You're just living, man. You're just there, in that moment, in that special place and time. Maybe when I get back, I can write a book about my travels. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
• •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: "Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head."

Revenir en haut Aller en bas

"Everyone sounds like Meryl Streep with a gun to their head."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boston Tea Party :: Let's introduce yourself :: You're one of us :: Welcome in hell!-
Sauter vers: