AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

I just wanted to be alive again (ft. Sev)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




avatar

Elliott Walker
• Admin richou, spécialiste des mots pompeux. •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 505
ϟ Arrivée à Boston : 19/11/2013


MessageSujet: I just wanted to be alive again (ft. Sev) Sam 7 Déc - 0:32


BOUM… Il ne sait pas si c’est son cœur qui fait ce bruit, ou bien le coup qu’il vient de se prendre sur le nez. BOUM… Cette fois, c’est sa machoire, mais encore une fois, il ne sait pas d’où vient le bruit réellement. Depuis qu’il a discuter avec Alisha, il revient sans cesse, ce boum qui le perturbe et qui le rend malade… Ce boum qui lui fait du mal et qu’il attribue aux fameux sentiments que sa jolie blonde éprouve pour quelqu’un d’autre. Ce boum qui lui met la tête à l’envers et qui le précipite dans ce type de situation. Habituellement, il ne s’arrête pas lorsqu’il entend une bagarre ou des cris. Au contraire, il a plutôt tendance à s’éloigner le plus vite possible. Mais là, il a le cerveau détraqué. Il n’arrive pas à réfléchit convenablement. Alors lorsqu’il a vu les deux loubards, encadrant cette femme, il n’a pas hésité une seule seconde. Non, le jeune brun s’est rué dans la bagarre, après avoir enfilé sa cape de super-héros. Bien sûr, la femme n’a pas demandé son reste, elle s’est enfuie en courant, mais de toute façon il s’en moque. Il n’est pas là pour recevoir des compliments. Non, il est là pour recevoir des coups. Juste pour voir si ça va faire moins mal que la douleur qu’il ressent dans sa poitrine. Au début, il a assuré. Un coup par-ci, un coup par-là, une esquive aussi… Et puis il s’est prit le premier coup… Là il a compris son besoin. Il sait qu’il a besoin de sentir son cœur battre de nouveau. Malheureusement pour ça, il a besoin de se prendre des coups, d’en donner… Alors il envoie au tapis tous les conseils de son entraineur et il commence à se laisser frapper. Juste un peu, avant de répliquer de nouveau.

Au bout d’un temps incertain, ils s’en vont finalement, laissant Elliott à genoux dans la rue mal éclairée. Il respire mal, cette bagarre l’a rendu essoufflé, mais au final, il sourit. Un simple sourire… Parce que ça lui a fait du bien tout ça. On dit parfois que pour détourner la douleur, il suffit de se faire mal ailleurs. Là, ça fonctionne en tout cas. Il a mal à la tête, mal à la mâchoire et au nez, mais sa poitrine le laisse tranquille pour l’instant. Alors il souffle, il sourit, il rit même, avant de se relever, toujours un peu essoufflé.

Au loin, il aperçoit une silhouette. Sa vue est un peu trouble après les coups qu’il a prit, mais lorsqu’il se relève finalement, il se rend compte que quelqu’un l’observe. Son sourire ne le quitte pas et d’un pas mal assuré, il avance vers lui. Tout en marchant, le jeune homme se tâte les dents de la langue, comme pour vérifier qu’il n’en manque pas. Heureusement, ce n’est pas le cas. Comment aurait-il pu expliquer ça à son dentiste ? Oh j’ai perdu une dent, pas de soucis, vous m’en remettez une ? Rien que d’imaginer la situation, il rit doucement, mais s’arrête bien vite lorsqu’il se rend compte que ses côtes le font souffrir. Salut ! J’peux faire quelque chose pour toi ? Ce n’est pas Elliott… Du moins pas celui qu’on voit dans les journaux. Pas celui que tout le monde a l’habitude de voir. Non, c’est le Elliott des bas-quartiers, le meilleur ami de Mathias… Pendant quelques secondes, il observe l’homme devant lui. Blond, grand, un peu bad boy… Tout à fait le genre de personne qu’il éviterait en temps normal… mais il n’est pas normal maintenant… J’peux te prendre une cigarette ? Juste une entrée en matière, il voudrait pas brusquer le type avant l’heure quand même.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: I just wanted to be alive again (ft. Sev) Lun 9 Déc - 0:33


Trainer les rues tard le soir ne fait pas peur à Sev. Ce n'est pas à lui qu'on va s'en prendre et si jamais quelqu'un tente de lui faire du mal... Oh le pauvre vous n'imaginez même pas dans quel état il risque de terminer. Sevchenko peut être un type très sympathique, mais dès qu'on commence à le chercher il devient une vraie bête sauvage. Se battre ne le dérange pas et ne lui fait pas peur, même si le mec en face de lui est une armoire à glace. Le jeune homme n'a pratiquement pas suivi de cours pour apprendre à se battre. C'est dans la rue en voyant les autres se taper dessus et en se faisant taper dessus à son tour qu'il a appris. Et vous savez quoi, il n'y a pas meilleure école que celle de la rue. Dans les salles de sport vous avez beau avoir des professionnelles expérimentés, il ne connaisse rien au vrai combat. Se battre c'est pas comme sur un ring de boxe à la télé. Dans la rue, il faut se battre pour sa vie. Aucune règle, aucun arbitre, aucun temps mort. C'est simplement la loi du plus fort. La rue c'est aussi tout un mélange de style de combat. On peut croiser des mélanges de karaté avec de la boxe anglaise, ou bien du taekwondo avec du judo... Tout est permis du moment que ça vous permet de gagner. En plus des poings et des pieds, il y a aussi les armes. Se battre contre un type qui a un couteau ou un flingue ça change tout. C'est la vie ou la mort. Sev a déjà tenté et pour le moment, il n'est pas mort. Du coup, la rue même la plus mal famée, ça ne lui fait pas peur.

C'est d'ailleurs au beau milieu d'un coin pas super fréquentable qu'il entendit des bruits. Le son était très reconnaissable. Quelqu'un était en train de se faire frapper. En général, ce n'est pas le genre de Sev d'intervenir. Si un mec se fait tabasser c'est qu'il y a une raison. De toute manière, il arriva trop tard, les mecs étaient en train de partir en courant en abandonnant leur victime sur le sol. Le Russe s'approcha et resta un peu à distance pour l'observer. C'est lui qui rêve ou ce type avec un visage souriant voir presque heureux alors que des mecs venaient de lui faire bouffer la poussière ! L'être humain est parfois étonnant. Oh, c'est peut-être un drogué ? Non, il ne voit pas quelle drogue peut rendre un mec aussi stone pour qu'il soit heureux de se faire casser la gueule. Le rigolo se leva et s'approcha de Sev. Celui-ci fronça un peu les sourcils, légèrement méfiant. Ce mec avait l'air vraiment grave. Il s'approcha de lui pour savoir s'il pouvait faire quelque chose. What ? C'est plutôt le Russe qui aurait dû lui poser ce genre de question, surtout vu l'état dans lequel il est. Entre les yeux gonflés pas les cours, le nez et les lèvres en sang, sans compter les ecchymoses qui vont apparaitre si tout son corps. "Je doute que tu puisses m'être utile mec !" lança le jeune homme en le regardant. Juste après, il demanda une cigarette. Ce mec était plutôt gonflé. Ceci n'empêcha pas le Russe de sortir son paquet et de donner ce que voulait le type et d'en prendre également une pour lui-même. Il sortit un zippo de sa poche et l'ouvrit pour laisser la flamme danser dans l'air. Doucement, il l'approcha de l'inconnu pour allumer sa cigarette avant de faire de même avec la sienne. "Alors, c'est quoi ton problème ? C'est du genre maso ? Si ce n'est que ça, tu sais il y a un club SM pas loin d'ici. Je pense que ça sera mieux que de te faire péter la gueule par des connards." Sa cigarette aux lèvres, il rangea son zippo dans sa veste en cuir. "A moins que tu ais fais chier ces types..." son regard examina le jeune homme, il n'avait pas l'air d'un mec du quartier, pas les fringues qu'on croisse d'habitude, de plus il lui manque le coté bad boy. "Alors c'est quoi ton problème ? T'as voulu tester de la drogue et t'as pas payé ? Tu t'es dit que tu pouvais jouer les caïds ? Sérieux, dit moi car t'as l'air d'être un numéro spécial avec ton sourire et ton air heureux alors que ton visage ressemble à une zone sinistré !"
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Elliott Walker
• Admin richou, spécialiste des mots pompeux. •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 505
ϟ Arrivée à Boston : 19/11/2013


MessageSujet: Re: I just wanted to be alive again (ft. Sev) Ven 13 Déc - 22:23


La réponse de l’homme en face de lui ne fait que confirmer son sourire. S’il se fit à l’air sur son visage, il doit probablement avoir une sale gueule. Ce qui n’est guère étonnant, vu les coups qu’il vient de se prendre. Lorsqu’il retournera en cours, il va avoir du mal à expliquer ce qu’il lui est arrivé, mais pour l’instant, il s’en moque. Il préfère attraper une cigarette dans le paquet de son vis-à-vis et se la colle au bec. Pourtant il ne fume pas, il n’a aucun attrait pour la cigarette et n’arrive pas à tirer sur les cigarettes normalement. Elliott sait pourtant que la clope donne un air de bad boy et c’est définitivement l’effet qu’il veut montrer à l’heure actuelle. Un briquet est finalement approché de lui et il aspire l’air, pour que la cigarette s’allume. Presque aussitôt, il tousse, peu habitué à l’âcre fumée qui envahit sa bouche et sa gorge. Il tire de nouveau, pour se donner contenance et réussit cette fois à ne pas tousser. Peut être pourra t’il faire passer la toux précédente pour une simple conséquence de son passage à tabac. Les yeux du brun se relève vers son interlocuteur et il arque un sourcil à sa question, finalement pleine de sens. Ni l’un, ni l’autre. J’en ai surtout marre des trous du cul qui s’éclatent à martyriser les gens. Son regard s’est fait légèrement sévère, ses quelques mots ne condamnent pas vraiment ces deux types qui viennent de s’enfuir, mais plutôt ces pseudos-terroristes, qui se font appeler les Sons of Liberty.

Il sait pourtant qu’il ne doit pas y penser. Tout comme il ne doit pas penser à Alisha. Juste à cette douleur qui se répand doucement dans son visage. Et l’homme en face de lui, dont la remarque le fait rire, tout simplement. Alors effectivement, il a bien une sale gueule. Si tu veux mon avis, il n’y a pas que ma face qui est ravagée. Mais ça mon ami, ce n’est pas une histoire que l’on raconte dans une ruelle sinistre. Et bien franchement, t’en a probablement rien à foutre de mes problèmes non ? Cette fois, il n’y a aucune agressivité dans ses propos, ni même dans ses yeux. Le jeune Walker à l’air plus calme, presque serein. Il ne sait pas vraiment si c’est du à sa thérapie par la violence des coups qu’il a reçu, ou si c’est à cause de la présence du caïd à côté de lui, mais son cœur ne cogne plus contre sa poitrine avec violence. Dans sa main, la cigarette se consume lentement, mais il ne tire pas dessus pour autant. Il se souvient maintenant pourquoi il ne fume jamais. Une nausée l’a prit et maintenant, il essaye de conserver le sourire, sans montrer son malaise. Pour répondre à ta question, je préfère me prendre des coups, plutôt que ça soit la jeune femme qui se faisait agresser. J’sais pas, j’essaye peut être d’être un genre de justicier ou je sais pas quoi. J’commence juste le job ! Il éclate de rire à sa propre blague. Au fond, il sait qu’il passe probablement pour un malade, mais le jeune homme ne peut pas s’empêcher d’être ainsi.

Le Elliott qui est de sorti n’est autre que la face cachée. Celle qui se dissimule de plus en plus derrière de faux sourire de circonstance et une carapace de superficialité. Celle qui se dissimule derrière un air affable et qui n’est pourtant que noirceur et douleur, depuis qu’Alisha lui a brisé le cœur. Je m’appelle Elliott. C’est quoi ton nom ? Autant se montrer poli après tout, ce type pourrait bien faire parti de ses futurs amis. Ou bien ennemis… mais après tout, il faut bien connaître ses ennemis aussi non ? Il tend sa main vers lui soudain, comme s’il se souvient juste de ses leçons de politesse, et sourit, un peu plus naturellement, un peu moins façon sale gosse…
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: I just wanted to be alive again (ft. Sev) Lun 16 Déc - 23:12


Ce type était vraiment étrange. Pourtant, n'importe qui qui le croiserait le trouvera surement moins louche que Sev. Mais le fait qu'il se soit fait péter la gueule avec le sourire ça fait de lui un martien qui débarque sur terre. C'est comme-ci ce qu'il venait de se passer était tout à fait normal pour ce mec. Genre tu vas dans la rue, tu te fais péter la gueule comme une grosse merde et t'es heureux ! Franchement, l'expression qui vient en tête à Sevchenko c'est "WHAT THE FUCK !". Le fait qu'il soit en Amérique pour voir ça peut être tout à fait normal ? Non, c'est bien connu, les Russes sont bien plus barré que les 'ricains normalement. Oh ce type est peut-être juste taré, échappé d'un asile de fou furieux. Le bagarreur expliqua qu'il s'était battu pour donner une leçon à ces mecs qui faisaient du mal à d'autre personne. En gros, il venait de jouer les héros. Se sera surement une bonne idée de lui rappeler que les héros gagnent à la fin d'un combat. Car les méchants qui s'en vont en rigolant ça fait un peu tâche."Eh on t'as pas appris de ne pas t'attaquer à des mecs plus fort que toi ?" Un combat singulier peut être gérable, même si c'est un combat de rue. Ajouter d'autres mecs dans la balance et ça devient tout de suite beaucoup plus compliqué. Le Russe ne s’arrêtera pas à ça, il a l'expérience du combat, il sait comme ça se passe. Lui qui a l'air d'un mec qui débute dans le domaine du combat de rue, c'est un novice, logique qu'il se soit pris la branlé du siècle. C'est un peu comme pour la cigarette qu'il vient de prendre juste avant. A quoi ça lui sert d'en prendre une s'il ne sait clairement pas fumer. Sev n'avait pas rigolé, mais la situation tout entière l'amusait terriblement.

Le petit jeune s'imaginait que le Russe était du genre à ce foutre de son problème. Sincèrement en temps normal ça aurait été oui. Sauf que ce type est tellement étrange qu'il aimerait tout connaitre de sa misérable vie. Oui, car pour se jeter dans la gueule du loup comme ça sans raison, faut avoir une "putain" de vie de merde. Quelque chose ne doit pas tourner rond et il aimerait savoir quoi. "Hey, me juge pas si vite mec ! Au contraire, j'ai envie de connaitre tes problèmes. Je suis sûr qu'à côté des tiens, les miens paraitrons d'un coup totalement inoffensif !" déclara-t-il très simplement. Par contre, les problèmes de Sevchenko resteront plus dangereux que ceux de ce type. Les polices du monde entier ou presque aimerait mettre la main sur le trafiquant d'arme qu'il est. On peut dire que c'est un sacré problème, mais comme personne n'a réussi à l'avoir, la vie est belle pour lui. "Fait pas ton timide ! Raconte-moi tout !" Les explications du jeune inconnu sonnaient cruellement faux. Certes, pour ce coup-ci c'était peut-être vrai, il avait peut-être aidé quelqu'un. Le Russe ne peut pas dire n'ayant pas vu le début du combat. Par contre, devenir un justicier de nos jours c'est totalement ringard sauf dans les Marvels. A moins que le petit gars devant lui possède un super pouvoir de la mort qui tue ? "Hum...et c'est quoi ton super pouvoir ? Les justiciers c'est censé avoir une super force, savoir voler ou des conneries du style ? Pour le moment, tu ressembles à Kick-ass...en plus nul bien sûr !" s'amusa-t-il à dire sans même avoir peur de vexer le jeune homme. Notre bad boy fit quelques pas autour du futur justifier pour l'observer sous toutes les coutures ou presque. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il y a du boulot ! "Si je peux te donner un conseil, avant de renouveler ton expérience de ce soir, apprend à te battre et t'inscrire à une salle de muscu ne devra pas te faire de mal." Quoi, vous trouvez Sev un peu cruel dans ses propos ? Il ne faudrait pas oublier que ce n'est pas l'homme le plus tendre de la terre et qu'il n'a pas peur de dire ce qu'il a envie.

Le gringalet fini par se présenter sous le nom d'Elliott et Alenko ne put s'empêcher de grimacer. Ce n’est pas avec un nom pareil qu'il risque de faire peur aux terreurs des quartiers. Ayant un peu de sympathie pour ce futur bad ass -peut-être- il lui serra la main tout en se présentant. "On me surnomme Sev !" Si jamais il le désir, il pourra toujours lui donner son prénom en entier "Sevchenko". Ses parents ont eu une idée étrange de le nommer ainsi. D'un autre côté, il est content de ne pas avoir un nom Russe classique comme Vladimir, Alexey, Dmitri ou autre nom bien connu. "En fréquentant un type comme moi, t'auras peut être la chance de devenir une terreur. Dans mon pays, j'suis une sorte de justicier aussi." plaisanta-t-il pour amuser le petit gars devant lui. Peut-être qu'il pourrait le prendre sous son aile et l'aider un peu ?
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Elliott Walker
• Admin richou, spécialiste des mots pompeux. •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 505
ϟ Arrivée à Boston : 19/11/2013


MessageSujet: Re: I just wanted to be alive again (ft. Sev) Mar 7 Jan - 14:37


Quelque chose dérange le brun alors qu’il se tient face à l’homme. Peut être le fait de se faire encore une fois rabaisser. Pourquoi, à chaque fois qu’il se bat, qu’il prétend savoir se battre, les gens n’arrivent pas à le croire ? Est-ce si étonnant qu’un jeune riche sache se battre pour de vrai ? Il secoua la tête donc et préfère ne pas répondre à la question. Après tout il est presque certain que ça passera encore pour de la pleurnicherie et ce n’est pas son but. Pas ce soir. Ce soir, il est un bad ass… Enfin il essaye de l’être ou simplement de le faire croire. Alors il essaye de tirer une nouvelle fois sur la cigarette, pour se faire tousser comme jamais auparavant. Bon sang, il n’arrive vraiment pas à comprendre comment autant de personnes peuvent fumer. C’est tellement désagréable… Il préfère donc la jeter au sol et l’écrase négligemment, avant de relever la tête vers le russe, un air étonné sur le visage. Non, le jeune homme ne s’était pas attendu une seconde à ce qu’il lui demande de parler de ses préoccupations et sa mâchoire se serre doucement. Il n’a pas envie d’en parler et encore moins à un inconnu, mais laisse échapper néanmoins, du bout des lèvres. Dis toi que ça parle d’une nana et d’un cœur brisé. Tu auras à peu près toutes les informations dont tu as besoin. Une moue étrange décore son visage alors qu’il termine de parler. Rien qu’en parler lui donne la nausée et envie de s’enfuir en courant. Cependant il se retient de le faire, pour simplement ne pas ressembler à une sorte de pleurnichard. Ses réactions ne sont pas vraiment celles d’un homme, plutôt celles d’une fillette et il se sent étrangement dérangé à l’idée que ce type puisse le trouver faible. Peut être parce que le blond dégage une sorte d’aura forte, qu’il semble sûr de lui et qu’au fond, Elliott aimerait bien avoir juste un peu de cette assurance.

Pour simplement savoir quoi lui répondre, quand il lui annonce clairement qu’il le trouve nul. Un brin vexé, mais surtout complètement déçu de ressembler à un tocard de seconde zone, il ne sait pas quoi répondre dans un premier temps. Heureusement, il lui donne, en continuant de parler, une réponse toute faite. Je sais me battre. Tu n’as pas vu le début du combat. Je suis probablement un cas désespéré. J’ai juste abandonné en cours de route. Et ouais, je sais, ça peut étonner, mais je ne suis pas un simple riche incapable de faire quoi que ce soit de ses dix doigts. Là oui, il était beaucoup plus vexé, parce qu’en six mois, il sait avoir appris beaucoup. Ce combat là, aurait pu tourner en sa faveur, s’il n’avait pas décidé de se prendre des coups. De vrais coups. Pas juste quelques tapettes. Il voulait souffrir et ces deux gars lui en ont donné l’occasion. Bien sûr, il ne dirait pas ça au type en face de lui. Il n’a pas vraiment envie de passer pour un taré. Et puis bon, se battre dans la rue, ça n’a pas grand-chose à voir avec ce que j’apprends. Les coups de bâtard, j’ai pas appris. Il tente un sourire cette fois, parce qu’il sait que ce type en connaît probablement un rayon en coups de bâtard. Probablement juste une fausse impression, véhiculé par son physique, mais ça le fait rire d’imaginer son interlocuteur en tueur à gages ou même bras droit dans une mafia quelconque. Il se met à rire d’ailleurs, parce qu’il est presque sûr que c’est son imagination qui lui joue des tours.

Surnomme… Alors soit ton prénom est super compliqué. Soit t’es recherché par toutes les polices du monde et tu peux pas l’utiliser. Soit tu détestes vraiment ton prénom. Ce n’est pas vraiment une question, pour lui, il n’y a que la première et la dernière solutions qui sont possible. Il n’arrive pas à imaginer que quelqu’un à qui il parle puisse être un malfaiteur. Probablement une confiance déplacée. Et tu viens de quel pays ? Attends laisse moi deviner. Je suis sûre que t’es Ukrainien ! En fait, il n’en sait pas grand-chose, mais aime bien donner des hypothèses de ce genre. J’ai pas l’intention de devenir une terreur tu sais. J’veux juste arrêter de fermer les yeux quand y’a des trucs qui se passent autour de moi. Et là, il ne parle pas vraiment des petits délinquants, mais plutôt des Sons of Liberty, mais Elliott n’est pas assez idiot pour en parler ouvertement.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: I just wanted to be alive again (ft. Sev) Lun 13 Jan - 23:00


Si ce mec venait de se faire défoncer "la gueule" de la sorte, il devait bien y avoir une raison. Oui, il y a toujours une raison pour qu'une bagarre explose. Ok c'est souvent pour de la merde. Dans le monde de Sev, ça peut être pour un mauvais regard, un cracha qui a atterri trop près d'un pied ou des raisons encore plus folles. Donc le petit devait avoir une histoire qui l'a poussé à jouer les héros. Surtout qu'il n'a pas la tête à fréquenter le quartier, il n'a rien d'un bad boy qui fait peur. C'est tout le contraire, son allure, ses vêtements et même sa coupe de cheveux indiques que le gars n'a rien d'une terreur. Le Russe le verrait bien dans un beau quartier au volant d'une de ces voitures totalement étincelantes et hors de prix. Bien qu'il ne soit pas enclin à raconter tout son récit, il donna une vague explication. Une femme ! N'y a-t-il pas meilleure raison de se battre pour un homme que pour une femme. Bon, là ce n'est pas pour une raison romanesque, mais pour un petit coeur brisé en plein de petits morceaux. Ah les femmes... voilà pourquoi Sevchenko ne s'attache pas et préfère passer ses nuits avec des femmes différentes. Des histoires sans lendemains, juste des petites soirées comme ça pour prendre son pied et s'éclater comme un petit fou. Ainsi, il est sûr de ne pas se prendre la tête et de finir avec le cœur en lambeau. La vie de célibataire, il n'y a que ça de vrai ! La liberté encore et encore. Le jeune homme s'approcha de l'autre gars et n'hésita pas une seule seconde à passer son bras sur son épaule comme si c'était son pote depuis toujours. "Ah sale histoire ! Prend toi pas le chou. Des nanas, tu peux en avoir tant que tu veux. Regarde-moi par exemple," expliqua-t-il en se pointant du doigt lui-même, "je me tape tout un tas de filles différentes sans aucun attachement et est que j'ai eu le cœur brisé un jour ?" Il arrêta de parler faisant mine de réfléchir et laissant l'occasion à son comparse de donner une vague réponse. "Eh bien non ! Jamais ! Le célibat mon gars, c'est la vraie vie !" Une petite tape sur son épaule et il s'éloigna un peu, lâchant sa propre clope finit sur le sol pour l'écraser avec la semelle de sa chaussure.

Le petit s'offusqua quand Sev pensa qu'il ne savait pas se battre. Cette réponse le fit sourire. Pourquoi ? Peut-être car c'était une réponse de looser. Le genre de choses que dit effectivement une personne démolie par un amour brisé. Vous n'imaginez pas l'envie du trafiquant d'attraper Eliott et de le secouer comme un prunier pour qu'il se décide enfin à se réveiller et voir la réalité en face. Abandonner un combat qu'on a commencé... sérieusement ça se fait pas. C'est nase et abruti comme attitude. Le Russe alla s'appuyer contre le mur et croisa ses bras sur son torse ce qui lui donna un air plus dur et sûr de lui. "Nan, mais tu t'écoutes un peu ? Tu me sors un putain de discours de looser. Faut te réveiller, mec ! Ok ton petit coeur est brisé, c'est pas une raison pour baisser les bras dans un combat," s'écria Sev en s'écartant du mur pour se rapprocher de lui. "Merde, tu veux passer pour le roi des crétins ? Regarde toi, t'es jeune, t'es plutôt beau gosse, visiblement t'as du pognon, crois-moi t'as surement moins de souci que moi. Mais regarde, même avec mes problèmes, j'suis toujours au top !" Ça n'allait peut-être pas lui remonter le moral, mais il voulait qu'il voit la réalité en face. S'il se laisse abattre pour si peu ce n'est surement pas ça qui refera revenir la fille ou n'importe qu'elle autre gonzesse. Va falloir le prendre en main le petit ! "Viens, je t'offre un verre t'en as besoin !" proposa généreusement le Russe. L'alibi room n'étant pas loin, il allait pouvoir lui servir de la boisson d'homme pour le revigorer un peu.

En chemin, il apprit le nom de son nouvel ami qui demanda en échange celui du Russe. Ce-dernier se présenta sous son surnom et tout de suite le jeunot en tirant des conclusions. Tout d'abord, il s'imagina que le prénom de Sevchenko était compliqué. Hum pas plus que ça, c'est juste un prénom long à prononcer avec ces trois syllabes, n'en avoir qu'une à prononcer c'est simplement plus cool est rapide. Ensuite, il présuma qu'il était recherché par la police. Sur ce coup-là ce n'était pas faux, hors la police ignore le nom et prénom de notre trafiquant. La dernière solution comme quoi il n'aimerait pas son prénom était une fausse idée. On peut dire qu'il a un nom qui n'est pas de plus commun en Russie, en général on trouve plus des Vlad, Sergei et compagnie. "Quoi, j'ai pas le droit d'avoir un surnom ? Tu viens bien d'une cage dorée pour penser ça ! Tu sais, les gens parfois, ils trouvent ça plus pratique et amicale d'avoir une dénomination plus courte. Mais bon, si t'as envie de perdre ton temps en m'appelant Sevchenko, c'est ton droit !" répondit tout simplement le jeune homme avec un petit sourire amusé. Être avec Eliott, c'était comme se balader dans un univers totalement différent du sien. On dirait bien que ça commence vraiment à lui plaire... Peut-être car il peut se moquer de lui, ou simplement, car ça l'amuse de voir à quel point ils peuvent être différent. Bien sûr, il n'est pas très difficile de deviner que Sev n'est pas un Ricain. Son prénom et même son léger accent le trahisse toujours très facilement. Quand le jeune homme le pensa Ukrainien, Sev ronchonna en Russe comme quoi il n'était pas du tout de ce pays et qu'il préférait largement sa mère patrie la Russie. "Tu devrais éviter d'essayer de deviner. Nous les Russes, on aime pas trop se faire traiter d'autre chose qu'un Russe !" confia-t-il amicalement avec un grand sourire amusé. Oui, il le taquinait et alors ce n'est pas interdit de le traumatiser un tout petit peu. "Je sais pas si je peux t'aider. Mais ce soir, tu vas faire ce que je te dis et t'éclater, ok !" exigea le Russe en ouvrant la porte du bar Alibi Room et en s'écriant haut et fort "Vodka !!!!!!!!!" avec un très fort accent Russe. Tout le monde se tourna vers eux, levant le verre qu'il avait en main pour répondre un "ouais" de bonheur. Un signe de tête à Elliott et il le fit s'asseoir sur un tabouret du comptoir ou Sev passa derrière pour attraper une bouteille de son alcool préféré. Il se saisit d'un verre à Whisky, le rempli à moitié du liquide transparent et le posa devant le jeunot. "Allez, cul-sec !" ordonna Sevchenko avec un grand sourire.

[je me suis un peu laché xD Sev m'inspire beaucoup !]
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Elliott Walker
• Admin richou, spécialiste des mots pompeux. •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 505
ϟ Arrivée à Boston : 19/11/2013


MessageSujet: Re: I just wanted to be alive again (ft. Sev) Jeu 30 Jan - 21:04


Si le jeune Elliott l’écoute avec attention et poliment, c’est plus à cause de son éducation que pour un réel intérêt à ses paroles. Ce n’est pas que l’homme en face de lui est inintéressant, mais plutôt que ce qu’il prêche le déçoit légèrement. Le jeune homme n’est pas ce genre de garçon, à vouloir coucher avec tout le monde. Dans sa tête, probablement un peu trop féminine, le sexe doit être plus qu’une simple partie de jambe en l’air. Les sentiments doivent entrer en compte, si bien que la vie, comme le décrit le blond, lui semble totalement inconcevable. Cependant, il dit tout de même quelques chose d’intéressant, voire même très important. Avec cette façon de vivre, il n’a jamais eu le cœur brisé. Et à ce moment bien précis, le brun l’envie beaucoup. La douleur, sourde, qui est en lui depuis sa dernière discussion avec Alisha, le rend complètement fou, si bien qu’il se retrouve dans des quartiers louches, à des heures indues, avec pour unique compagnie un type peu recommandable. S’il l’avait croisé en plein jour et dans les rues de Beacon Hills, Elliott aurait probablement accéléré, pour ne pas se retrouver sur ce chemin. Et là, le voilà, à discuter avec lui, comme s’ils étaient de très vieux amis. Difficile de dire, en les voyant juste là, qu’ils ne se connaissaient pas, quelques minutes plus tôt. Tes paroles sont probablement sages. Il est vrai que c’est enviable, ta situation, mais je ne pense pas pouvoir faire de même. Ce n’est pas ma façon de concevoir l’amour. Pour toi, c’est coucher à droite à gauche, sans attachement comme tu dis. Pour moi… C’est… ce qu’on voit dans les films. Et là il soupire, se trouvant légèrement pathétique pour le coup. C’est vrai qu’il n’a pas vraiment l’air d’un homme, avec ce type de discours.

Et il se sent d’ailleurs encore plus enfoncé à la suite de ses mots. Ce type ne mâche vraiment pas ses mots et peut être finalement, que c’est ce dont il a besoin. Quelqu’un pour lui dire que c’est un idiot. Quelqu’un pour l’insulter… Pour qu’il se rende enfin compte que sa vie n’est pas terminée. Bien sûr, il ne peut pas compter sur son père pour ce genre de discours. Et son frère est trop occupé à lui en vouloir pour essayer de lui remonter le moral. Alors peut être que ce type est exactement ce dont il a besoin maintenant. Et à priori, t’as aussi aucun problème de confiance en toi. Il grogne un peu, il essaye d’être légèrement méchant, mais au final, il est plutôt content de cette rencontre. C’est pas mon genre en plus, de baisser les bras. Je sais pas trop ce qu’il se passe dans ma tête en ce moment. C’est tellement le bordel. Lui parler, à cet inconnu, est tellement facile. Comme s’il n’était pas le riche héritier d’une grande entreprise Bostonienne et lui, n’importe quel quidam dans la rue. Comme s’ils étaient amis depuis des années. Et finalement, ça lui fait du bien, à Elliott, de retrouver quelqu’un pour parler aussi facilement. Aussi, lorsqu’il lui propose d’aller boire un verre, c’est tout naturellement qu’il le suit, sans même se poser de questions. De toute façon, sa situation ne pourra pas vraiment être pire n’est ce pas.

Son regard revient vers lui, lorsqu’il lui donne son vrai prénom et il fronce les sourcils. Pas parce qu’il trouve son prénom moche ou ridicule, mais bel et bien parce qu’il se sent incapable de le prononcer correctement. Alors plutôt que d’essayer et de se taper la honte une nouvelle fois, il préfère éclater de rire. Finalement, Sev ça ira très bien. Je voudrais pas te vexer en écorchant ton prénom et je suis presque certain de le faire alors… Sev. Il sourit, un peu bêtement probablement, mais c’est la première fois qu’il sourit depuis plusieurs jours et finalement, ça lui fait du bien. C’est un vrai sourire, du vrai Elliott, auxquels on assiste maintenant et finalement, c’est pas plus mal, au contraire. Pardon. Je voulais pas t’insulter. Etrangement j’étais persuadé que tu étais Ukrainien. Va savoir pourquoi. Et finalement, lorsqu’il lui demande de faire ce qu’il dit, il ne se méfie pas et hoche la tête. La soirée a probablement très mal commencé, mais ce n’est pas une raison pour la laisser continuer être pathétique. Un verre de vodka, voire même plusieurs, ainsi qu’un nouvel ami. Oui, probablement que la soirée allait continuer sous de meilleurs hospices. Merci pour le verre. Il ne peut s’empêcher de laisser ses bonnes manières apparaître, et se sent un peu ridicule à cause de ça. Après tout, ce type n’a rien à voir avec sa belle petite vie. Sans répondre, il vide son verre et en recommande deux aussitôt, un pour lui, un pour Sev. Maintenant qu’il est dans un bar, autant en profiter n’est ce pas. Il vide rapidement le deuxième verre, avant de le regarder de nouveau. Qu’est ce que tu fous aux Etats Unis du coup ? Je veux dire, si t’es si fier d’être un Russe, pourquoi tu viens t’embêter dans le coin ? Et minde de rien, il ne fait pas la conversation pour être poli, mais parce que ça l’intéresse vraiment.
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: I just wanted to be alive again (ft. Sev) Jeu 6 Fév - 23:16


Le Russe commence à voir clair, il va devoir le booster le petit gars. Tous les deux sont très différents, il suffit de voir leur manière de penser. Peut-être que ceci vient de leur milieu respectif. Elliott à l'air d'être nez avec une cuillère en or dans la bouche, alors que Sev lui serait plutôt nez dans une mine de charbon au beau milieu d'un Goulag. Vous voyez un peu l'image ? Deux mondes totalement différents qui font que deux individus ne peuvent pas penser de manière similaire. Quelqu'un qui grandit dans un milieu stable, avec de l'argent et des bonnes manières doit surement se voir inculquer les valeurs de l'amour, le fait qu'il faut aimer et chérir celle que l'on aime. Le Russe n'a rien apprit de tout ça, ses parents c'est à peine s’il les voyait vu qu'ils travaillent beaucoup trop. L'amour ne l'a jamais vraiment attiré, ce qu'il préfère c'est s'amuser, avoir des aventures et ça lui va très bien. De toute manière, il n'a pas de quoi s'enticher d'une femme. Ce type était au final un pire cliché américanisé, normal c'est un Américain ! Il croyait encore aux âneries qu'on voit dans les films. Sev secoua la tête avec l'envie de rire. "Sérieux, faut que tu sortes de ton monde de bisounours ! Les happy ends ou la fille se barre avec le looser ça se voit que dans les comédies. Dans la vraie vie ça n’existe pas. Tu sais, je ne connais pas la nana qui t'as mis dans cet état. Et j'suis sûr que tu l'aimes pour qu'elle t'ait brisé le coeur de cette manière. Tu dois te dire que ta vie est finie et tout le tralala ! Ben je vais te dire non ! Ta vie elle ne fait que commencer. C'est ton droit de ne pas vouloir être comme moi à coucher sans sentiment. Dit toi une chose, vu le nombre d'humain qu'il y a sur la planète, pourquoi il n'y aurait qu'une seule femme qui fasse battre ton coeur ? Tu en trouveras une autre que tu aimeras encore plus, est peut-être que ça ne marchera pas. Et tu retrouveras une fille encore plus extraordinaire. C'est comme ça la vie, mec !" Ok c'était un discours assez étrange surtout sortant de la bouche du trafiquant Russe. Mais dans le fond il n'a pas tort. On peut aimer quelqu'un à en mourir, on peut penser qu'une fois que c'est terminé, il n'y aura plus jamais d'autre histoire comme celle-ci. C'est faux ! Les âmes soeur ça n'existe pas.

A présent, il est grand temps de remettre le moral du jeune homme dans ces chaussettes. C'est pourquoi le Russe décide de l'emmener au bar pour qu'il découvre enfin que si on perd sa bien-aimée la vie n'est pas pour autant terminée. En chemin, il parla de son prénom, qu'il trouva d'ailleurs trop compliqué à dire. Pourtant Sevchenko n'est pas le prénom russe le plus dur à prononcer, mais pour un petit ricain c'est certainement trop difficile. Finalement, il était plutôt content qu'il le nomme Sev, c'était plus sympathique et tellement moins conventionnel. Par la suite, il préféra ne pas relever l'affaire sur son pays natal. Sa mère patrie est la Russie et non l'Ukraine bien qu'autre fois elle fit partie de l'URSS. Son entrée dans le bar fut remarquée et l'ambiance sembla changer pour devenir presque plus folle. Assit à une table, un collègue serveur apporta directement deux verres de Vodka. En même temps vu le bruit qu'avait fait le jeune homme en entra, il savait ce qu'il devait apporter. Avaler le contenu du verre ne fut pas bien difficile pour lui. La vodka c'est presque comme de l'eau pour lui. Elliott en commanda deux autres qui ne tardèrent pas à arriver et être vidé de manière aussi rapide. Son nouvel ami lui posa une question assez sensible. C'était une question à laquelle, il ne pouvait bien sûr par répondre de manière honnête. A moins qu'il le fasse réellement et qu'il prenne ça à la dérision. Non, c'était trop risqué. "Ça fait un moment que je voyage. En fait, j'adore voyager !" Les voyages c'est surtout pour aller un peu partout prendre les commandes de ses clients afin de se faire un maximum d'argent. "Voilà pourquoi je suis ici ! Pour voir du pays et je dois vérifier si le rêve américain est une réalité ou un mythe ! Et pour rigoler, il plaisanta en ajoutant "Oh et puis, j'ai peut-être tué deux ou trois personnes en Russie !" Son visage était d'un coup sérieux, c'était la vérité, enfin la moitié de la vérité. Sev a tué bien plus de deux ou trois personnes, entre les petits cons qui voulaient prendre sa place dans le business, les flics et les dommages collatéraux. C'était assez drôle d'observer le visage du petit. Sev explosa de rire pour faire comprendre que c'était une blague. "Putain mec, détend toi ! Je déconne !"

Le trafiquant remarqua de l'autre côté une fille qu'il connaissait, un strip teaseuse et ceci lui donna une idée. "Je pari que tu t'es jamais payé une strip teaseuse !" Là, il ne parle pas de coucher, mais juste de profiter d'une danse d'une demoiselle. Il siffla en la regardant et elle s'approcha de lui avec un grand sourire. "Salut Maria. Dit, ça te dirai de faire une petite danse à mon pote ?" demanda-t-il en sortant une petite liasse de billet de sa poche. La jeune femme fit un grand sourire et attrapa la liasse avant de retirer son manteau et dévoiler une tenue assez sexy. "Fait ça bien ! Il a jamais eu le droit à ce genre de spectacle !"
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Elliott Walker
• Admin richou, spécialiste des mots pompeux. •


Are you ready to explode?


ϟ Conversations : 505
ϟ Arrivée à Boston : 19/11/2013


MessageSujet: Re: I just wanted to be alive again (ft. Sev) Dim 13 Avr - 16:58


Eh ! Laisse échapper faiblement le brun lorsque son interlocuteur sous-entend de façon très subtile qu’il est un looser. Malgré tout, même s’il grogne un peu, il écoute avec grande attention le discours passionnant du blond. Ses arguments sont de taille et pas vraiment idiots. Les filles, y’en a plein, c’est la vérité et puis, il n’y a pas que les filles, même si Elliott se maudit légèrement de penser ça. Alisha n’a probablement jamais été vraiment pour lui et ne le sera peut être jamais. Après tout, au début, le jeune homme n’a fait que suivre les directives de son père. La belle demoiselle lui a brisé le cœur et la vie malheureusement continue. Et il doit continuer à vivre. Comme quand la bombe a explosé au marathon… Curieux rapprochement, mais finalement, la douleur qu’il ressent est assez semblable. S’il sait qu’elle ne s’effacera pas complètement, le brun sait aussi qu’elle finira par se calmer et qu’il pourra recommencer à vivre, comme avant. En fait, cette rencontre fortuite sera probablement meilleure pour lui que n’importe quelle thérapie par les coups comme celle qu’il a pu commencer. Et soyons honnête, le jeune riche n’a pas vraiment la carrure pour être un super-héros, même s’il a appris à se battre. Alors il hoche la tête au bout d’un moment, pour acquiescer le discours entier du russe et le suivre dans les rues peu recommandables. Un instinct un peu pervers le pousse à se méfier légèrement de son nouvel ami. Après tout, c’est un homme rencontré dans la rue. Russe. Avec des penchants probablement violents. Et il avait du se rendre compte avec toutes les paroles échangées, que Elliott était quelqu’un de riche. Autant de facteurs qui le rendait un peu mal à l’aise en entrant dans le bar.

Heureusement pour lui, ce n’était pas un tripot étrange avec des types armées jusqu’aux dents pour l’accueillir. Non, un simple bar, vendant de l’alcool… Et il allait boire en compagnie de ce russe aux manières de rustre mais qui lui avait fait comprendre plus efficacement que n’importe qui de la futilité de ses états d’âme. Alors il vida son premier verre très vite, à l’image de son compagnon, mais ne put s’empêcher de grimacer légèrement. Les alcools forts, c’est tout de même pas vraiment son truc, même s’il descend souvent des verres de scotch facilement. L’image, encore et toujours… Un Walker ne saurait être vu avec une bière à la main, même s’il s’agit là du seul alcool qu’il apprécie réellement. Pour autant, il commande deux autres verres de vodka, même s’il ne vide pas le sien cette fois là. Il préfère le garder à la main, par politesse et surtout pour laisser son estomac se remettre du tour de grand huit que son précédent verre lui a imposé. Sans dire un mot, il écoute d’une oreille distraite les dires de Sev, jusqu’à se redresser en l’entendant parler de morts. Tu déconnes ? Son étonnement n’est pas feint et il cherche à lire le visage du russe pour démêler le vrai du faux.

Malheureusement, son visage un peu buriné ne lui donne pas vraiment d’indices alors il joue avec sa lèvre, indécis. Jusqu’au moment où son nouvel ami explose de rire. Le corps du brun se détend légèrement, même si son esprit continue à gamberger allégrement. Toujours cette espèce de suspicion à l’égard de Sev, qui ne veut pas s’en aller. Cependant, il n’a plus vraiment le temps d’y penser, car le blond parle de strip tease et amène même une danseuse jusqu’à lui. En paniquant légèrement, il se relève brusquement de son siège, fait tomber son verre au passage sur son pantalon et se détourne pour ne plus voir la jeune femme en tenue beaucoup trop osée. Hum, vous vexez pas mais… je suis pas friand de ce genre de pratique. J’aime pas l’idée de voir des femmes se dénuder pour faire plaisir à des pervers… Hum… Il rougit soudain et se tourne vers Sev. C’est pas que je te traite de pervers hein mais… Enfin j’veux dire, c’est pas mon truc quoi. Et le brun a l’impression de creuser sa tombe un peu plus à chaque mot qu’il prononce. Alors il se force à respirer très fort, avant de finalement reprendre. Ce que je veux dire c’est, merci pour l’offre, mais je ne suis pas intéressé… Et ça n’a rien à voir avec le fait qu’une fille m’a fait du mal. Sa conclusion est maladroite, presque idiote, mais il s’en moque, il ne veut pas que son ami pense que c’est de la faute d’Alisha. Récupère ton argent va… Ou utilise le pour toi. Personnellement, je vais essayer de me nettoyer un peu. J’aimerai éviter de puer l’alcool à dix kilomètres. Il rit doucement, comme pour atténuer la dureté de ses mots, mais il n’est pas vraiment à l’aise avec ce qui se passe…


HJ : Pardon vraiment pour le retard, j’espère que ça ira quand même *-*
Revenir en haut Aller en bas






Invité
• Invité •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: I just wanted to be alive again (ft. Sev) Lun 21 Avr - 21:30


Ce garçon se prenait vraiment trop la tête avec les filles. Pourquoi s'en contentait d'une seule quand on peut avoir un véritable harem ? Non pas que Sevchenko ait un harem, mais il peut avoir toutes les filles qu'il veut. C'est une chose qui n'est pas bien difficile pour un beau gosse comme lui. D'ailleurs, les filles lui courent après assez souvent, après il ne reste qu'à choisir et s'amuser un peu. Oui, c'est assez "dégueulasse" comme manière d'agir, mais les filles sont prévenus, il n'est pas du genre à tomber amoureux. Tout ce qu'il veut c'est s'amuser, passer du bon temps et ne surtout pas se prendre la tête. Croyez-moi, ce n’est pas avec des sentiments que ça risque de se passer comme ça. Il suffit de regarder Elliott, on dirait une pauvre "merde" tellement il est triste que sa bien-aimée ne veuille pas de lui. Autant dire que c'est lamentable à voir. Heureusement pour lui, il a de la chance de tomber sur le Russe ce soir. En général, il ne lui faut pas longtemps pour faire ouvrir les yeux aux gens.

Le Russe embarqua le jeune homme dans le bar ou il travaille histoire de commencer sa "nouvelle vie" par une petite cuite. Ce gars avait besoin de se changer les idées et d'oublier son ex chérie qui le met dans un état si triste à voir. Quoi de mieux que de la Vodka ! Il remarqua du coin de l'oeil la grimace de son ami en buvant le verre. Lui, il en but au moins trois d'affilée, sans ressentir le moindre effet de cette alcool. Sev est tellement habitué à boire de l'alcool fort que ça ne lui fait plus rien et pour être saoul autant dire qu'il lui en faut beaucoup. L'alcool n'était pas tout, il fit venir une collègue strip teaseuse histoire qu'elle change les idées du jeune homme. Cet idiot ne trouva pas meilleure idée que se tourner pour ne plus la voir. Cette réaction fit arquer un sourcil à Alenko qui s'approcha de lui et posa sa main sur son épaule. "Non ! Me dit pas que t'es devenu gay en une fraction de seconde !" commenta-t-il avec un certain amusement avant d'entendre les explications d'Elliott. Voilà qu'il prenait Sevchenko pour un pervers. Il se plaça devant lui et croisa les bras tout en continuant d'écouter son discours. "Ecoute gamin, ça n'a rien avoir avec la perversité ou un quelconque voyeurisme. Tu vois, les filles qui sont là comme Maria, c'est leur boulot. Certaines le font peut-être par dépit, mais Maria, elle aime ça. Sa passion c'est la danse. Pour le moment, elle est en petite tenue, ouais parfois elle retire ce qu'elle porte, elle s'en fou, elle n'est pas pudique. En plus, elle a même posé nue pour des photos. Tu vois, il n'y a aucun souci. Personne ne t'oblige à toucher. T'as juste à regarder et surtout tu penses à rien. Je te garantis que c'est divertissant. Ce n'est pas parque tu auras vu une strip teaseuse danser que ça fait de toi quelqu'un de sale ou pervers. Des hommes politiques viennent des fois. Je préfère te dire que les filles ne sont pas les dernières dans les clubs de strip teaseur. Alors, tu poses ton cul sur la chaise et tu laisses Maria faire sa danse. Tu voudrais pas la priver de cinq cents dollars quand même !" expliqua Sev en obligeant le jeune garçon à s'asseoir à la fin tout en lui montrant la petite liasse de billet que Maria avait grandement envie de recevoir. Il prit place à côté, et se resservit de la Vodka sans vraiment prêter attention au spectacle qu'il voyait assez souvent puisqu'il travaille dans ce bar. "Pète un coup, mon gars ! Elle va pas te mordre.. Attend j'ai une idée !" D'un coup, il se leva de sa chaise, grimpa sur scène et accéda à la chaine hifi derrière le rideau. La musique sexy ça devait le mettre à l'aise. Un truc plus rock'n'roll lui fera peut-être oublier le côté strip tease. Il regarda dans la playlist et choisi un son qui ressemblait plus à une musique des années quatre-vingt. C'était joyeux, sa bougé et ça donnait envie de se remuer avec le sourire. (La musique en question). Le jeune homme revint au bar tout en bougeant en rythme. D'un coup, ça n'avait plus l'air d'un strip tease, mais d'une simple danse.
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
• •


Are you ready to explode?




MessageSujet: Re: I just wanted to be alive again (ft. Sev)

Revenir en haut Aller en bas

I just wanted to be alive again (ft. Sev)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boston Tea Party :: RPG-
Sauter vers: